Derniers jours avant fermeture

De
Publié par

«Les gens sont sur terre pour se désirer mutuel- lement et jouir les uns des autres. Quelqu'un a déjà dit la même chose en des termes à peu près semblables, certes, mai . s on ne le répéteraj amais assez... ... Combien de millénaires de patiente réflexion, de travail, d'amour, d'énergie, de talent, de pensées sublimes et généreuses pour arriver à ceci : le journal télévisé de 20 heures ! » (Extrait des thèses révolutionnaires de Ricardo Razgouliaï, héros de cette histoire )

Imaginez deux milliers d'humains abandonnés à eux-mêmes pendant quarante ans : voici Mongis-Ville-nouvelle, le plus pervers des projets urbanistiques après Sing-Sing et La Défense. Si foireux, même, que les «autorités» ont coulé sur cet immense pataquès une lourde dalle d'oubli, à défaut de béton, sans trop se préoccuper des deux mille âmes qui restaient là-dessous. Voici l'improbable histoire de ces braves gens occupés à restaurer, non pas les ruines de leur ville, mais celles, bien plus précieuses, de la belle humanité qui demeure en nous et dont rien ne pourra jamais venir a bout. Jamais rien, vraiment ? C'est à voir...
Ce roman mi-burlesque, mi-tragique est la chronique de cette résurrection à la fois désespérée et inespérée. Un roman vraiment daté de l'orée du XXI siècle.

Publié le : mercredi 16 mai 2001
Lecture(s) : 182
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213657240
Nombre de pages : 190
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
«Les gens sont sur terre pour se désirer mutuel- lement et jouir les uns des autres. Quelqu'un a déjà dit la même chose en des termes à peu près semblables, certes, mai . s on ne le répéteraj amais assez... ... Combien de millénaires de patiente réflexion, de travail, d'amour, d'énergie, de talent, de pensées sublimes et généreuses pour arriver à ceci : le journal télévisé de 20 heures ! » (Extrait des thèses révolutionnaires de Ricardo Razgouliaï, héros de cette histoire )
Imaginez deux milliers d'humains abandonnés à eux-mêmes pendant quarante ans : voici Mongis-Ville-nouvelle, le plus pervers des projets urbanistiques après Sing-Sing et La Défense. Si foireux, même, que les «autorités» ont coulé sur cet immense pataquès une lourde dalle d'oubli, à défaut de béton, sans trop se préoccuper des deux mille âmes qui restaient là-dessous. Voici l'improbable histoire de ces braves gens occupés à restaurer, non pas les ruines de leur ville, mais celles, bien plus précieuses, de la belle humanité qui demeure en nous et dont rien ne pourra jamais venir a bout. Jamais rien, vraiment ? C'est à voir...

Ce roman mi-burlesque, mi-tragique est la chronique de cette résurrection à la fois désespérée et inespérée. Un roman vraiment daté de l'orée du XXI siècle.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Algues

de albin-michel

Les buissons ardents

de les-presses-litteraires