Des filles qui dansent

De
Publié par

Chronique sentimentale tendre et cocasse, ce roman nous emmène à La Baule, le temps d'un été, dans le flou des années 80. Le sable y est chaud, et les filles, jolies, n'en finissent pas de danser. Jérôme, un jeune homme désireux d'échapper à sa condition de « plouc », y découvre l'arrogance de la bourgeoisie, le charme des femmes mûres, et surtout la fraîcheur de l'amour. Mais la romance tourne délicieusement au jeu de massacre où tromperies, compromis et déceptions tiennent le premier rôle...
Un portrait romanesque à la fois drôle, brillant et sensible, entre révolte juvénile, goût du plaisir et sentiment amoureux. Car Stéphane Hoffmann possède cette intelligence malicieuse, élégante et un peu désabusée de rire de nos faiblesses. Avec lui, les mauvais souvenirs ne sont jamais éternels et virent souvent à la comédie...

« Le roman social de Stéphane Hoffmann a un charme fou. Un charme français. [...] Il installe la guerre des classes dans les décors de diane Kurys et la traite comme Sagan dans Les Faux-Fuyants, bonheur, impair et passe. [...] Si les vacanciers ont du goût, Des filles qui dansent sera le succès de l'été. » Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur.
  « Vif, piquant, déluré. On a déjà evie de partir en vacances. »
Éric Neuhoff, Madame Figaro.
« Un roman plein de grâce, d'humour et de nostalgie diffuse sur les filles drôles et libres que l'on n'oublie pas. »
Christian Authier, Le Figaro.
« Une chronique cynique, légère, tendre, et surtout très drôle. On lit Stéphane Hoffmann comme on regarderait un film de Pascal Thomas. » Le Figaro Magazine.
  « Avec Des filles qui dansent, Stéphane Hoffmann offre au « roman de plage. » ses lettres de noblesse. Légère, tendre et nostalgique, cette chronique sentimentale se révèle plus subtile (et plus sombre) qu'il n'y paraît. » Marianne.
« Le réjouissant roman de Stéphane Hoffmann est LE livre de l'été. Son style est solaire, son humour ombragé par une lucidité féroce qui rend les cellules moins grises. »
Publié le : vendredi 22 mars 2013
Lecture(s) : 20
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226234292
Nombre de pages : 240
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Chronique sentimentale tendre et cocasse, ce roman nous emmène à La Baule, le temps d'un été, dans le flou des années 80. Le sable y est chaud, et les filles, jolies, n'en finissent pas de danser. Jérôme, un jeune homme désireux d'échapper à sa condition de « plouc », y découvre l'arrogance de la bourgeoisie, le charme des femmes mûres, et surtout la fraîcheur de l'amour. Mais la romance tourne délicieusement au jeu de massacre où tromperies, compromis et déceptions tiennent le premier rôle...
Un portrait romanesque à la fois drôle, brillant et sensible, entre révolte juvénile, goût du plaisir et sentiment amoureux. Car Stéphane Hoffmann possède cette intelligence malicieuse, élégante et un peu désabusée de rire de nos faiblesses. Avec lui, les mauvais souvenirs ne sont jamais éternels et virent souvent à la comédie...

« Le roman social de Stéphane Hoffmann a un charme fou. Un charme français. [...] Il installe la guerre des classes dans les décors de diane Kurys et la traite comme Sagan dans Les Faux-Fuyants, bonheur, impair et passe. [...] Si les vacanciers ont du goût, Des filles qui dansent sera le succès de l'été. » Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur.
  « Vif, piquant, déluré. On a déjà evie de partir en vacances. »
Éric Neuhoff, Madame Figaro.
« Un roman plein de grâce, d'humour et de nostalgie diffuse sur les filles drôles et libres que l'on n'oublie pas. »
Christian Authier,
Le Figaro.
« Une chronique cynique, légère, tendre, et surtout très drôle. On lit Stéphane Hoffmann comme on regarderait un film de Pascal Thomas. » Le Figaro Magazine.
« Avec Des filles qui dansent, Stéphane Hoffmann offre au « roman de plage. » ses lettres de noblesse. Légère, tendre et nostalgique, cette chronique sentimentale se révèle plus subtile (et plus sombre) qu'il n'y paraît. » Marianne.
« Le réjouissant roman de Stéphane Hoffmann est LE livre de l'été. Son style est solaire, son humour ombragé par une lucidité féroce qui rend les cellules moins grises. »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.