Désespoir

De
Publié par

Elle était heureuse dans les bras protecteurs de cet homme. Leurs lèvres se cherchèrent... Tentation. Nahash, serpent de la discorde. L'arbre contre lequel ils étaient adossés, subit la véhémence des foudres. Les feuilles en frissonnèrent et les branches se plièrent sous les rafales célestes. L'épaisse écorce s'arracha et du bois nu coulait une sève teintée rubis. Dès lors, les fruits churent. Alors que la foudre enflamma cette terre ataraxique. Bannis, ils fuirent leur berceau originel. Aussitôt, les chérubins se proclamèrent gardiens du temple de la connaissance. Excommuniés du jardin, ils furent condamnés à errer à travers des marécages nauséabonds et peuplés de sortilèges. Ils marchèrent encore et encore. Harassés. Ils hésitèrent. Puis trébuchèrent et tombèrent dans une crevasse opaque remplie de vase, d'algues et infestée de serpents. Morsures et scarifications.Les voilà tavelés pour la vie.
Publié le : jeudi 19 juillet 2012
Lecture(s) : 80
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748388695
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748388695
Nombre de pages : 48
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Crépuscule, éditions Édilivre, 2009 Broken hearts, éditions Édilivre, 2011
Ibrahim Belarbi
DÉSESPOIR
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www. monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0117738.000.R.P.2012.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2012
1. Les jardins du péché Natascha, fille de Russie
Elle vit à plus de trois mille kilomètres dici, au fin fond de la Russie.Cest une belle slave blonde aux yeux bleus avec un corps glamour. Me perdre avec elle dans le désert ou dans les toundras de Sibérie, Fragile fleur froissée enfouie sous une avalanche de neige à Baïkonour. Ton cur brisé, en émoi, nespère plus la venue du beau prince ténébreux, Quitte ces faux amis titubant de vodka, de nationalisme et dhooliganisme,Rejoins-moi et aimons-nous sous le clair dune lune pleine de romantisme. Natascha, reste cette étoile scintillante de mille lumières dans le ciel furieux.
Alexia, la grecque
Ô, Alexia, voguons vers des vestiges helléniques. Avec toi, fuir cette cité dévastée par la violence,
7
DÉSESPOIR
Puis ôter ces oripeaux de nos petits egos tragiques, Désertons cette agora foulée par tant derrances. Le soleil indolent inonde ta peau couleur cuivre. Ô ! Alexia, je bois à la source de tes lèvres sacrées Ton corps épanoui tel un fruit méridional frais et sucré. Ô ! Lexhalaison de ton parfum dont je menivre Ici, éloignés des cieux chargés de mauvais augures, demeu-rons. Buvons le vin dionysiaque et livrons-nous à une nuit bac-chanale. Suppliante Eschyléenne en quête damour platonique pour idéal. Athéna, Artémis, Aphrodite Alexia ailleurs, nous nous aimerons.
Antique automne
Dès que les arbres perdent leurs feuilles, Aurore, tu revêts ta robe arc-en-ciel, Les rayons du soleil réchauffent ton cur enfermé dans le Capitole monotone. Mais, La flamme fébrile, Diane, tassombrit, mélancolique Vénus surnaturelle, Sabine, enlevée durant la nuit des temps, précieuse flamme de mon automne.
8
Princesse égarée
DÉSESPOIR
Surgie de nulle part, apparue, une princesse inconnue Elle semble provenir dune lointaine contrée glauque. Aveugle, désorientée, elle marche dans le noir sans appui, Durant cette traversée, elle tâtonne dans lespace flasque Jaimerais que tu téloignes, belle amblyope, de ce fatal che-min. Que tu saisisses ma main et que tu te glisses dans dobscurs draps, Dans la nuit profonde, nos corps ainsi livrés à lavidité de nos mains, Succomberont aux promesses dun éphémère amour qui dé-faillira
Fleur du désert
Dans le jardin, une jeune fleur a éclos au soir dun printemps évanescent.Au milieu, des arbustes chargés de Fuchsias au cur rouge, Bella rosella, Des palmeraies et des plantes exotiques cernées par des cac-tus envahissants. Alors que sur le côté, la vigne sauvage et un jasmin odorant ornent la véranda. Fragrances sensuelles et envoûtantes qui charment les roma-nesques carpelles,
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant