Destin fluctuant

De
Publié par

37 ans. Ce n’est peut-être pas l’âge du Christ, mais ce qui attend Floyd Colin n’est pas vraiment plus enviable que de se voir enfoncer une batterie de clous dans les membres...

En effet, à presque 38 ans, c’est déjà la redoutable midlife crisis qui pointe à l’horizon. Les démons de midi et les fantômes de l’ennui sont à l'affût et prêts à surgir pour prendre Floyd à la gorge. Bientôt, il ne se retrouvera pas crucifié entre deux criminels, mais bien écartelé entre sa femme et sa future maîtresse, entre ses gosses et son boulot, ou encore entre l’acceptation de vieillir ou le refus de voir que le temps, cet éternel salaud, le tient fermement en sa poigne.


Publié le : lundi 1 janvier 2007
Lecture(s) : 31
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9999998621
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
My name is Lester Burnham. This is my neighborhood; this is my street; this is my life. I am 42 years old; in less than a year I will be dead. Of course I dont know that yet, and in a way, I am dead already. Both my wife and daughter think Im this gigantic loser and theyre right, I have lost something. Im not exactly sure what it is but I know I didnt always feel this sedated. But you know what? Its never too late to get it back. Lester Burnham I. Ce vendredi était encore un énième vendredi de prin-temps qui inaugurait un énième week-end familial à la côte belge. Cette fort belle tradition avait débuté il y a trois ans, quand, après le décès de son père, Anne-Sophie Colin avait hérité en tant que fille unique de sa villa au Zoute, la station balnéaire transformée depuis belles lurettes en véritable fief de la high society belge. Ce public haut de gamme se fout en vérité éperdument que le Zoute se trouve par hasard le long de la mer (tiens, de quelle mer sagit-il en fait ?), mais accorde par contre la plus grande importance au fait que lon y trouv e les boutiques les plus chiques (vous savez, ces magasins qui
13
nosent même pas organiser de soldes, par peur que leur clientèle exclusive juge indigne de se rabaisser à de tels prix dérisoires), que lon y trouve les plus belles baraques (telle-ment bien conservées à force de ny habiter que quelques jours par an) et que lon y rencontre à coup sûr ses voisins dUccle, de Rhode-Saint-Genèse, de La Hulpe, de Rixensart, de Bonheiden ou de Brasschaat  quelques-unes des communes les plus huppées du Royaume , question de leur montrer que lon est bel et bien présent, fidèle au rendez-vous saison-nier des classes privilégiées. Personnellement, Floyd Colin se fiche du Zoute tout court, que ce soit de ses magasins, de ses maisons ou de ses habi-tants. « Quitte à passer mon week-end à enchaîner foot et cyclisme à la télé », avait toujours été son raisonnement, « autant le faire en respirant lair du littoral rempli diode bienfaisant » ; pour peu quil ouvre au moins une fois les fenêtres de tout le week-end Malheureusement, aucune compétition sportive digne de ce nom ne se déroulera ce week-end  avis que les inconditionnels du championnat du monde de pêche à la mouche ne partageront certainement pas  et il nen fallait pas plus pour que Floyd se dirige vers sa villa côtière avec des pieds de plomb. Anne-Sophie avait quant à elle déjà rallié le Zoute dans laprès-midi avec Baptiste, son fils de 8 ans, et Chloé, sa fille de 10 ans. Elle avait dû faire des pieds et des mains auprès de la direction pour que ses deux mioches puissent quitter EXCEPTIONNELLEMENT lécole prématurément. Ce manège
14
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.