Destins en guerre

De
Publié par

1917. L’offensive de rupture du Chemin des Dames est un véritable échec. Nos jeunes héros affrontent d’autres drames, ce qui n’empêche pas l’amour de faire vibrer leur cœur. Aurélie et Vincent tentent de résister au plaisir charnel. Hortense et Alban vivent leur passion plus intensément. Mais, le député Hugo de Mareuil, père de Hortense, désapprouve cette liaison qui dérange ses plans. Profitant des mutineries et du passé d’Alban, il ourdit un plan machiavélique pour l’éliminer. Alban est mené devant le peloton d’exécution, au fort de Vincennes, sans pouvoir se défendre. Ses supérieurs réagissent vite. Pourront-ils retourner la situation ? Et la guerre continue, semant la mort et la désolation, mais forgeant des destins exceptionnels.
Publié le : dimanche 19 juin 2011
Lecture(s) : 142
EAN13 : 9782748196849
Nombre de pages : 491
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Destins en guerre
3
Titre Bernard Motron
Destins en guerre Tome 2
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-9684-8 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748196849 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9685-6 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748196856 (livre numérique)
6
.
8
22
22
Les informations confidentielles du capitaine er Montfort s’avérèrent exactes. Le 1 R.I. fut relevé le 23 janvier 1917 et, Vincent et Mathieu Benoît arrivèrent en permission à Cappy le 24 avec tout leur barda. Tout comme Alban, ils er devraient rejoindre leur régiment le 1 février à Romain, dans l’Aisne. Grâce à sa correspondance régulière avec Vincent, Aurélie entama un long travail de persuasion auprès de sa mère afin qu’elle l’accompagna rendre une courte visite à celui-ci pendant sa permission. Marthe de Saint-Léger, qui n’avait pas hésité à se rendre à Bergerac pour accompagner Lisette chez sa belle-mère, n’avait guère de motifs valables pour refuser cette petite escapade dans la Somme, le front ayant suffisamment reculé pour éviter tout danger. De plus, Marthe, connaissant maintenant les parents de Vincent, pouvait difficilement décliner l’invitation officielle d’Eugénie Benoît. Bien évidemment, Odilon se faisait déjà un
9
Destins en guerre
plaisir d’atteler sa calèche pour aller chercher la marraine de son petit-fils à la gare d’Amiens. Pourtant, malgré la joie de revoir Vincent dont elle était maintenant sûre de ses sentiments, un trouble étrange s’était emparé d’elle depuis qu’elle avait lu une certaine lettre assez confidentielle de sa cousine Hortense. Celle-ci, enivrée d’amour depuis son court séjour à Chuignes, lui avait conté avec des mots simples et sans équivoque comment l’amour physique pouvait sublimer le plus noble des sentiments. Les révélations de sa cousine lui donnaient un début d’explications à certaines manifestations étranges de son corps, jusqu’alors inconnues, lorsqu’elle pensait très fort à Vincent. Certes, elle n’était pas naïve, ni totalement ignare des choses de la nature, mais ses connaissances en matière sexuelle étaient purement théoriques et la mise en pratique l’attirait tout autant qu’elle l’effrayait. Elle était consciente de son âge et, par ailleurs, en aucun cas, elle ne dérogerait à ses convictions religieuses. Et même si elle parlait plus librement avec sa mère depuis quelques mois, jamais elle n’oserait aborder un tel sujet tabou qui semblait irrémédiablement inconvenant. Quant à demander l’avis à sa chère cousine, elle craignait que celle-ci, trop enthousiaste par sa propre expérience, ne l’encourageât à franchir le Rubicon un peu trop facilement. Alors, elle se
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.