Devant le Chinois

De
Publié par

« Aujourd’hui à l’heure où d’autres naissent, Monsieur Sainte-Rose est mort paisiblement allongé dans son hamac. » Dans le village, la nouvelle se propage grâce à devant-le-chinois.
Devant-le-chinois, c’est quelques mètres carré de bitume fatigué et quelques bornes contre lesquelles s’appuyer délimités par un vague muret. L’entrée du seul magasin du village, c’est surtout le théâtre où viennent se rencontrer tous les visages, toutes les histoires et toutes les langues de ce petit recoin d’Amazonie. Il y a Monsieur Sainte-Rose le vieil Haïtien, Lacolle, bagarreur impénitent et amoureux de littérature, Alinata le Malien aux chaussures impeccablement cirées, Kouka l’orphelin, Apunto le Saramaca mystérieux, et bien d’autres encore.


Dans ce roman d’une remarquable finesse, l’auteur s’attache à l’existence des « sans-trace » dont il effleure l’humanité terrée au fond de chacun d’entre eux. Devant-le-chinois se côtoie tout un monde, souvent rugueux, parfois violent, mais toujours riche du besoin de partager un verre ou une histoire, aux sons mêlés de la brega, du reggae et du kasékò.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 58
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844508928
Nombre de pages : 152
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
- 1 -Mort d’un homme dont on ne connaît presque rien aux histoires d’arrière-boutique, dekoulèv-dilo, de pluie et de vin
aujouRd’hui À L’hEuRE où d’àutREs nàissEnt, MonsiEuR SàintE-rosE Est moRt pàisibLEmEnt àLLongé dàns son hàmàc.
DEvànt-LE-chinois EncoRE pEu fRéquEnté En cEttE fin d’àpRès-midi, RiEn n’indiquE quE Là nouvELLE sE soit pRo-pàgéE. aux àLEntouRs LE viLLàgE s’étEnd àvEc indoLEncE suR d’hàRmoniEusEs sinuosités qui àccuEiLLEnt dEs constRuctions ànàRchiquEs ; bois, pàRpàings, bRiquEs RougEs, toits dE tôLEs onduLéEs, vERtEs, bLEuEs, jàunEs pâLEs miRoitàntEs àu soLEiL, pàRfois pàLmiERs tREssés, RàRE-mEnt tuiLEs. l’àsphàLtE dE Là RuE pRincipàLE Est REndu ébLouissànt pàR Là pLuiE-EffiLéE, àvEugLàntE À càusE du soLEiL En contRE-jouR. QuELquEs bànàniERs s’étEndEnt EntRE LEs càsEs, cERtàins poRtEnt un LouRd RégimE vERt sou-tEnu pàR dEs fouRchEs En bois, àLoRs quE d’àutREs ànnon-cEnt LEuRs futuRs fRuits dE LEuR viRiLité RougE-cRàmoisiE. D’immEnsEs touffEs dE bàmbous sE pLiEnt pàREssEusE-mEnt À L’oRéE du bouRg Et pLusiEuRs mànguiERs donnEnt dE L’ombRE àux hàbitàtions.
á pEu dE distàncE dE chEz MonsiEuR SàintE-rosE, où sous Là tERRàssE constRuitE En bois pEnd son hàmàc vidE du poids dE son coRps, Là gRàndE foRêt Est pàRtout, suR Là pàRtiE pLàtE commE suR LEs coLLinEs Et suR LEs pEtitEs mon-tàgnEs pLus LointàinEs. eLLE Est épàissE, puissàntE, màgis-
- 9 -
tRàLE. DE son impéRiEusE immobiLité émànE unE àutoRité qui dit Là LimitE qu’ELLE toLèRE À Là pRésEncE humàinE. DE L’àutRE côté, L’égLisE dominE dE son cLochER LE fLEuvE couLEuR hàvànE qui sépàRE puis RàppRochE àu gRé dE sEs couRbEs LEs vERts foREstiERs. PouR un tEmps EncoRE, LE mouvEmEnt Est À Là mER. PREsquE bàssE, ELLE LàissE À découvERt dEs pàns dE vàsE d’un bRun foncé suR LEsquELs REposEnt dE LàRgEs RàcinE-pàLEttEs, àinsi quE LEs échàssEs noiREs dE pàLétuviERs.
* * *
C’Est lison qui à découvERt MonsiEuR SàintE-rosE àu tRès pEtit màtin, quànd LE jouR nE sEmbLE pàs EncoRE décidé À dEvEniR LumièRE, quE LEs àmàzonEs En coupLEs cRiàRds n’ont pàs EncoRE ponctué LE début dE Là jouRnéE dE LEuRs voLs sàccàdés. là màRéE étàit hàutE Et offRàit àu REgàRd sà pLus gRàndE suRfàcE, donnànt LE sEntimEnt fuR-tif d’unE RàdE àvEc sEs piRoguEs àmàRRéEs Et stàbiLiséEs EntRE dEstakari, tELLEs dEs voiLiERs màssifs qui poRtE-RàiEnt cuRiEusEmEnt dEux mâts fins pàs tout À fàit dRoits. en REntRànt dE son sERvicE dE nuit àu cEntRE pénitEn-tiàiRE, iL étàit pàssé voiR son viEux compàgnon hàïtiEn. DEpuis LongtEmps, dàns cEttE soRtE dE RituEL tàcitE quE pàRfois àdoptEnt LEs hommEs, lison pàssàit pouR LE càfé, cE qui ànnonçàit pouR L’un LE début d’unE jouRnéE, pouR L’àutRE LE signàL du REpos. loRsqu’iL n’àRRivàit pàs À doRmiR, iL REvEnàit àux àLEntouRs dE midi àvànt Là siEstE dE MonsiEuR SàintE-rosE Et tous dEux pàRLàiEnt àvEc LégèREté ; dE L’humidité àmbiàntE, ou àu contRàiRE du bLànc-soLEiL ; dEs dERnièREs histoiREs quE LEs gàmins sE RàcontàiEnt dàns Là couR àutouR dE Là stàtuE En bois qui REgàRdàit fixEmEnt L’EntRéE ; dE Là bonnE ou màuvàisE
- 10 -
pêchE dEs uns Et dEs àutREs ; du fRàcàs EffRoyàbLE quE font pàRfois LEs gRànds àRbREs dàns LEuR chutE, RàppELànt d’un Long gRondEmEnt LEuR pRésEncE. IL àRRivàit àussi quE LEs confidEncEs dEviEnnEnt impoRtàntEs, LEs convERsàtions épàissEs.
Chàcun àvàit L’hàbitudE àu viLLàgE dE voiR lison déàmbuLER nonchàLàmmEnt, màins dERRièRE LE dos, jouànt àvEc sà gouRmEttE, sàLuànt cEux qu’iL cRoisàit, Et invàRià-bLEmEnt EntRER dàns Là couR ouvERtE àux REgàRds. lÀ, iL s’àssEyàit sous Là véRàndà où À cEttE hEuRE du jouR duRànt Là sàison sèchE, LEs bougiEs s’incLinEnt LEntEmEnt jusqu’À sE couRbER àvEc gRâcE sous LEs àssàuts RécuRREnts dEs Ràyons du soLEiL. DE son hàmàc, MonsiEuR SàintE-rosE pàRLàit àvEc sEs dEux chàts À tRois pàttEs qui sE RégàLàiEnt d’unE gàmELLE biEn REmpLiE. CEux-ci En LàissàiEnt pER-pLExEs pLus d’un àu viLLàgE, màis LEuR màîtRE un bRin pRo-vocàtEuR, sE Réjouissàit dE cE hàsàRd qui Lui àvàit confié dEux féLins dE Là soRtE.
Quànd iLs REgàRdàiEnt Là RuELLE, àssis côtE À côtE, sE touchànt dE LEuR fLànc àmputé d’unE pàttE, cELà donnàit un gRos chàt bicoLoRE À dEux têtEs. aLoRs, cERtàins pàs-sànts détouRnàiEnt Là têtE.
PàRfois En début dE soiRéE, lison REvEnàit vêtu dE son unifoRmE qu’iL poRtàit àvEc dE pLus En pLus dE difficuLté, commE unE màL-àisàncE pRochE du dégoût. IL chERchàit un pEu dE RéconfoRt dàns cEttE RELàtion EmpRuntE dE viEiLLEs connivEncEs, àvànt dE REpREndRE cEt étRàngE tRà-vàiL qui consistE À gàRdER dEs hommEs. « C’Est pàs DiEu possibLE… » àimàit-iL RàppELER À qui vouLàit biEn écoutER sà RitouRnELLE, « vivRE EnfERmé Là moitié dE sà viE… MêmE du bon côté dEs bàRREàux, c’Est pàs unE viE… »
* * *
- 11 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Léger légère

de la-bibliotheque

Les compagnons du silence

de thriller-editions

suivant