Donatienne

De
Publié par

Donatienne est l'histoire d'une jeune bretonne mariée et mère de famille qui part à la ville comme nourrice pour aider financièrement son mari et ses enfants. Happée par le tourbillon des conversations des autres bonnes, par leur amoralité, enivrée par le luxe, l'argent gagné sans efforts, elle oublie les siens et devient la maîtresse d'un valet déluré. Son mari chassé par la misère de sa ferme erre sur les routes avec les trois enfants et finit par échouer en Auvergne où il travaille comme manoeuvre dans une carrière...Donatienne est un personnage complexe et très humain avec ses failles et son courage. Ce personnage a parcouru un cycle de vie et de réflexions. Désir de fuir l'enfermement et la misère de la campagne, fascination de la ville et du luxe, oubli et mépris de son origine et de ses valeurs, échec, malheur, remords, solitude, remise en cause puis décision et enfin retrouvailles avec les siens et sa culture. La coiffe bretonne étant le symbole de son appartenance culturelle, elle la retire sous les moqueries des camarades en arrivant à Paris et la remet quand elle retrouve les siens. Ce roman, certes moraliste, s'attache à décrire, comme ceux des naturalistes, la condition sociale des bonnes, leurs logements, les bureaux de placement mais s'attarde aussi sur l'intériorité, la psychologie de Donatienne et surtout la complexité de son cheminement. La chute et la rédemption réunissent en un même personnage les figures de Madeleine et de Marie et lui confèrent une r
Publié le : mardi 30 août 2011
Lecture(s) : 324
EAN13 : 9782820603272
Nombre de pages : 54
Prix de location à la page : 0,0011€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
DONATIENNE
René Bazin
« Lse lcaCssoillqeucetsi oYnouScribe »
Faites comme René Bazin, publiez vos textes sur YouScribe YouScribe vous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-nous sur :
  
ISBN 978-2-8206-0327-2  
té slIe  tmoemmeemalf t asaien lhsis,ur se  lllcoe,ined t al ne ,uah te appuye, la têl  aefmresiu ledtri lu, nsai mesd emuapal rus eétouste, petirès elt  ,leardnsèg e bromLitvaheacebmoted ab enU.rx Br deus deeton enar caen .icnelo, uenge  denbised eil ,seup à nde rouge, mincec moemu  nufesuaniatniolnoitaludla, esrrtes dee  ,àçmaeée tnieenlonpar là,  et iuqa sliroh nozaneveut ieva dntvenirel siastid té de limmensi xun iuaf olgasee luus de, nmièrp tianevlpeuqsers ai Mx.n e nil eoLgrse ,odtnl i sur la forêt dneiael teic n ,lnncox eui qurrbauagede nncs . Baélse sêmuoelneh t enaiuy fesôtscel te snollav sens, toutrondaisoild sef na selp ru b dmencbades ic e ,lead sl snatiospira ree, l ealend tcru nont aisspa, êtor f .sellavretnirapienté daétait orems ne ssnl  eêmrmdot.ai tett ouruetrpâ enU nes seesedr tià bmal tac unerunehe bi siuP .tiava yligman  umpha cre Àall miti eed sbois, à trois ce stnrtèmd seal eai mn,sone uan lal tiatropiuq ,sêten gdeé em sx,é atI.slngnoG ir Rose deseri clop ,t sulnosse énirnooi me  dé blp eirrueiaidllno petit rprès, le eteanrvar plan m ed elles ,nira est qui dis peudeYiossai,cffnimmhoave t aiouéptneiuap servL . service, une fiés ,uar teuo rudets rè tnoinntcesuos as iv s ,sfmie, des déconosrt èr sy uenxioen cesquelqut aiscnarf ed seniatle d cele detant evaE lluœ.c elP tner udmigé,tnee n-cstpae ? s opssdéiartei.nnU soldat qui revilf ed emc ed ruen.melayce  nui Lefa ocfilisexua evée rel fors entu éob nattir pémme il ét. Et coalp iasielleiul cearu q qr, pueneûs ,ibsieic ohvait lauilnt qegra nos ruop snoi mittaé cisMamaison composée  topmmeisr ,nu eseaier t, rengvitcehsera ed vuambailir àtre  quaia t lvatbneupo bea  l à ie,gnsolliavartrud ,ruefin de Rserie en: l caol eomsuesay pt aianndilt  .noepeCG songirait l étquians is xiu sD peam.lntieta éui ltsanfne siort ,éiramivavtil  aavhc,edune étable où rod eiaml tng seundche bramoùe tid  eotliel eap souens, mêms leuot te ed nurb t dispa étrmèn umes  ,rerretà ,e àr,oi msaà lercE  tlvassnoen.rvendait oine se rion élb el ,lamenuesqre pitta ésnmo tocmeneitrèon, mais la mé às,néon dlet er dreinoJ , ,lëiavat cinq mois. La èmerp uoavtià p id aneei mon sernad ,irarg sel s jouandse pers d àerni,el  aumrensDa. rembteep sed nif al ed stie nuup daucoe beocmmed ,uhime  t bleitruevélt aiemmes , te f asn Louarnière Jearb,eedrrl  ahcmasenêhc s sed te ofprs nedes deontê ,f roaricel sombet le lare dnnaaçnoc tiemlaltco.Lesnua  sitc éhitev sel sérajoncs,rendaientraadrsgeulitiq r lainue dimient xuey seL .sap t dût eon, esguvaofêr.tD  sedl  aes de roes gouttul erèimnab d ed-dausuesroe e ug de tite anscinqmé,i ,oNçniaabalieulég r bundr q uaecreep enuuendormait Joël. uE xenb uoegianeent ir tt anr su enudrocE .e ells prjourt deésenels se tt uonoegarep snelu pgetaèsim al  iuq ,erbrise fraîche, npsiortniseà l  anspe, ée csine ayap tntnio ed dr.e tagp îrliy  qusansme, homruel tnarvuo ,tniesaporee  sls Iua xedc  reltsyussant susée, gli uocl edrus  el baomntieumha te,ruoP ! i en iouqtus-retiRi ?as p eérnen ti .opdnruitLe bx de douemmeuot  anrt ale êtrsvee  lndfod  ealhcmarb e: Tire donc, Noémearcbeu  dntmesel te ,atêrras u end malant,enfaLf ai . ,rcroimha cn cuets ue q nosétôctiaf ed lle a tr quand eeLg mésipod ru.éle abét. leisMaul uqinêb ed et mener au marchélriane tiasn ied qisfoe pas ilual sap trèimerp re.Cvendétaie n ,afmeeml  aduar tirf al,iuOper chva e.renda  lrdia tev t:F ualentemenngé, ditolp tiaté li ùo verêu  dtior se,p rè selM iaçn.aomme recsier loir,en  iedl immense campagneéparb n tius eneléitvae  d claseloit t eepé atoJlëndorit eAucumi.  atuoja P.nrauoL sils ui Lt.tue la vendraudrait lihev,r evana tsa,  sns sdeutalleuqF .iovael rdantttene, afairey n eomuartu  ndacidésee  nls i el à tniop tnei. Bonsoir ! ditun,sà d céuoevtres len sertimes à tnort rettrap en sent ut. ursa eesefmmssrèd ermmhoLe.a  lete iov enu éuorne xere tnerif ndtêavant, a pas en iaf nu ta nrtiav, ctuaLoinDinstllnaofiuéh ,epcnura deme il ent,mom nU .tianev iqui lucet  eleel tnatés tiatiafmie e ncmmcoune dneua eltnuo.rL a lueur du couchrp ed sesel ,eio ls,uploaren res .Cf li tltéiae oùheur bêt lesurfos,rét ans dednetf ,u el  uocmartres ds, les  ,esl veôredsuses urlet anouec,secnemmoc ,settapuit,la nent lairocpu t àt uoe ,tra C.ses,pas ind silp uolb enu jaoi ;te upporra,nL uotsm c etot  dutmêe  pmel enrtte .eseCr courir les chesau enh ueerp uozeruemed suoV .rnuaLot di, nsmi .eJetruf ca telepri ! rloin si T .esnei al ével anuèsprui sves id talm ei rténe!Le clos, voilà morb tll  a eede pipentuse,errearb sel énemar sngloles rpcou  d,sp êr t àulttre. Mais, dans la biaft elcnard ehlue èrmique si  la t deppaiéchaastif ia eteoptrirlooutctipen  urb al srevart à  tête apume, uneiu snug apur,tp ds mmhos rorpcorap sel lé eigracar me, homde leé sajbm snertios rèapt rupais dednor esuolb aL.tre fois, une auc  eosrioN,np sareid  ?e lé cdenu uob eeV .t-xud  uastnà c obtu de rrou luiboisassuo teev el tit airmfee rt olara.naTdnsiu i lentrons, dit Louanevé tisiapR . bleuiroarllded d sniom ed uo sullui Gatocavle ia,tafsiul ile adepltre  let uneirt .ets nu erir qce cueu Qt-eseragdr aia,ne  tppe aveclenvelo.letinutux-eu V rertne li-tid ?ayeras pétai, clcédt eeri irutnhPet oaPu? quis lip enavuop tion, le receveur edm dameioesll esueaol nd  uuaese
I – LA CLOSERIE DE ROS GRIGNON
femm sa 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant