Emilie de Lavalette - Une légende blessée

De
Publié par

Émilie de Beauharnais, née en 1781, est la nièce - presque la fille adoptive - de l'impératrice Joséphine. Grande et jolie, elle a dix-sept ans quand Bonaparte, sans lui demander son avis, la donne en mariage à son fidèle aide de camp, Antoine de Lavalette, pour le remercier des services qu'il lui a rendus pendant la campagne d'Italie.
Lorsqu'en 1815, il est condamné à mort, avec les autres opposants à Louis XVIII, Émilie imaginera et mènera à bien une spectaculaire évasion. Elle refuse de rejoindre son mari en exil. En détruisant des archives qu'elle voulait soustraire à la police, elle a découvert les aventures extraconjugales de son époux. Elle tombe amoureuse de celui qui la soignait : Guillaume Dupuytren, sans doute le chirurgien le plus célèbre de son époque.
En marge de cette histoire d'amour au parfum de scandale qui a défrayé la chronique du temps, apparaît un étonnant mystère de trésor disparu. Lavalette a écrit, dans ses Mémoires, que l'Empereur, en 1812, avant la campagne de Russie, lui avait demandé de cacher dans son château de La Verrière, près de Rambouillet, une véritable fortune : un million six cent mille francs-or. Une partie de cette somme fut confiée à Eugène de Beauharnais avant les Cent Jours.
Mais qu'advint-il du reste ? Y avait-il un lien entre la relation amoureuse du couple Émilie-Guillaume et la disparition du trésor ? Véritable casse-tête pour le policier Martin Varennes, jeune commissaire pugnace et intelligent chargé de l'enquête... et passionnante énigme pour le romancier.
Gilbert Schlogel, chirurgien, se consacre à présent à l'écriture. Il est l'auteur, entre autres, de Les Princes du sang, de mort d'un médecin, de Victoire ou la douleur des femmes - dont l'adaptation télévisuelle a connu un très grand succès ; il a été lauréat du Prix du Quai des Orfèvres pour Rage de flic (1995)
Publié le : mercredi 4 octobre 2000
Lecture(s) : 43
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213649887
Nombre de pages : 352
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Émilie de Beauharnais, née en 1781, est la nièce - presque la fille adoptive - de l'impératrice Joséphine. Grande et jolie, elle a dix-sept ans quand Bonaparte, sans lui demander son avis, la donne en mariage à son fidèle aide de camp, Antoine de Lavalette, pour le remercier des services qu'il lui a rendus pendant la campagne d'Italie.
Lorsqu'en 1815, il est condamné à mort, avec les autres opposants à Louis XVIII, Émilie imaginera et mènera à bien une spectaculaire évasion. Elle refuse de rejoindre son mari en exil. En détruisant des archives qu'elle voulait soustraire à la police, elle a découvert les aventures extraconjugales de son époux. Elle tombe amoureuse de celui qui la soignait : Guillaume Dupuytren, sans doute le chirurgien le plus célèbre de son époque.
En marge de cette histoire d'amour au parfum de scandale qui a défrayé la chronique du temps, apparaît un étonnant mystère de trésor disparu. Lavalette a écrit, dans ses Mémoires, que l'Empereur, en 1812, avant la campagne de Russie, lui avait demandé de cacher dans son château de La Verrière, près de Rambouillet, une véritable fortune : un million six cent mille francs-or. Une partie de cette somme fut confiée à Eugène de Beauharnais avant les Cent Jours.
Mais qu'advint-il du reste ? Y avait-il un lien entre la relation amoureuse du couple Émilie-Guillaume et la disparition du trésor ? Véritable casse-tête pour le policier Martin Varennes, jeune commissaire pugnace et intelligent chargé de l'enquête... et passionnante énigme pour le romancier.
Gilbert Schlogel, chirurgien, se consacre à présent à l'écriture. Il est l'auteur, entre autres, de Les Princes du sang, de mort d'un médecin, de Victoire ou la douleur des femmes - dont l'adaptation télévisuelle a connu un très grand succès ; il a été lauréat du Prix du Quai des Orfèvres pour Rage de flic (1995)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le bLues du paparazzi

de le-nouvel-observateur

Raison souveraine

de editions-du-rocher