Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

En attendant, go to

De
128 pages
Un huit-clos contemporain et déroutant...

Quatre jeunes gens se retrouvent enfermés dans un appartement, sans autre moyen de communication avec l’extérieur qu’un ordinateur interactif à la logique programmée et inébranlable.

Qui sont-ils ? Pourquoi se retrouvent-ils là ? Sont-ils prisonniers, ou les acteurs involontaires d’une télé-réalité ? Et pendant qu’ils vivent et s’interrogent, sur les murs de leur prison, s’étendent des graffitis tracés par une main inconnue…

Entre Beckett et les langages de programmation Basic, cette pièce s’ancre dans notre modernité et ses angoisses. Elle a été traduite en allemand dans le cadre d’un projet de la SACD.

Découvrez cette fresque de la société moderne aux accents angoissants !

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'histoire contemporaine à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur ; à ce titre, il a collaboré avec Le Soir, Victoire (supplément hebdomadaire du Soir) et Mint en radio. Depuis 2014, il collabore avec La Première, en tant que chroniqueur au sein de l'équipe de l'émission CQFD. Chez Ker, il est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre, d'un essai ainsi que de plusieurs romans, comme Raphael et Laetitia et Les Diaboliques.

Pour en savoir plus sur l'auteur rendez-vous sur son site : http://www.edern.be/vincentengel/

EXTRAIT :

Un plateau dépouillé. Un appartement de jeunes, en désordre. Vieux meubles de récupération, pas de télévision. Sur la table basse, des vidanges, des assiettes sales. Sur le divan, Hannah dort. Au centre, une machine étrange, à mi-chemin entre le juke-box et l’ordinateur. Un écran, un clavier.  Jean entre, comme s’il venait de se réveiller d’une nuit trop courte. Il marche vers la machine et l’allume en tapotant sur le clavier. Sur l’écran, une image apparaît tandis qu’une voix retentit, neutre et métallique.

LA MACHINE

Bonjour. Sélectionnez votre profil dans la liste qui apparaît à l’écran. Si vous ne figurez pas dans cette liste, cliquez sur « nouvel utilisateur » et introduisez les données qui me permettront de mieux vous connaître.

Jean tape sur l’écran. La voix de la machine change. C’est à présent une voix féminine très douce, très sensuelle.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Un huit-clos contemporain et déroutant...

Quatre jeunes gens se retrouvent enfermés dans un appartement, sans autre moyen de communication avec l’extérieur qu’un ordinateur interactif à la logique programmée et inébranlable.

Qui sont-ils ? Pourquoi se retrouvent-ils là ? Sont-ils prisonniers, ou les acteurs involontaires d’une télé-réalité ? Et pendant qu’ils vivent et s’interrogent, sur les murs de leur prison, s’étendent des graffitis tracés par une main inconnue…

Entre Beckett et les langages de programmation Basic, cette pièce s’ancre dans notre modernité et ses angoisses. Elle a été traduite en allemand dans le cadre d’un projet de la SACD.

Découvrez cette fresque de la société moderne aux accents angoissants !

À PROPOS DE L’AUTEUR :

Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'histoire contemporaine à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur ; à ce titre, il a collaboré avec Le Soir, Victoire (supplément hebdomadaire du Soir) et Mint en radio. Depuis 2014, il collabore avec La Première, en tant que chroniqueur au sein de l'équipe de l'émission CQFD. Chez Ker, il est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre, d'un essai ainsi que de plusieurs romans, comme Raphael et Laetitia et Les Diaboliques.

Pour en savoir plus sur l'auteur rendez-vous sur son site :
http://www.edern.be/vincentengel/

EXTRAIT :

Un plateau dépouillé. Un appartement de jeunes, en désordre. Vieux meubles de récupération, pas de télévision. Sur la table basse, des vidanges, des assiettes sales. Sur le divan, Hannah dort. Au centre, une machine étrange, à mi-chemin entre le juke-box et l’ordinateur. Un écran, un clavier.  Jean entre, comme s’il venait de se réveiller d’une nuit trop courte. Il marche vers la machine et l’allume en tapotant sur le clavier. Sur l’écran, une image apparaît tandis qu’une voix retentit, neutre et métallique.

LA MACHINE

Bonjour. Sélectionnez votre profil dans la liste qui apparaît à l’écran. Si vous ne figurez pas dans cette liste, cliquez sur « nouvel utilisateur » et introduisez les données qui me permettront de mieux vous connaître.

Jean tape sur l’écran. La voix de la machine change. C’est à présent une voix féminine très douce, très sensuelle.