En ton nom, Révolution Tome 2

De
Publié par

Voici la seconde partie des aventures du jeune marquis Charles de Ricault, tentant désespérément de survivre honorablement à la Révolution Française. Nous le retrouvons au lendemain du retour du Roi de Varennes, et nous l'accompagnerons au siège de Lyon, pendant la guerre de Vendée et sous la Terreur. Avec lui nous côtoierons Robespierre, Marat, Danton, Bonaparte et tous les autres ! Parviendra-t-il à survivre sans renier les valeurs discutables qui sont les siennes, et parviendra-t-il à séduire l'amour de sa vie, la comtesse Adélaïde de la Rozelle-Prieuré ? Une deuxième partie plus tragique et sombre que la première, mais emplie d'espérance, d'amour et d'amitié!
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 140
EAN13 : 9782748182804
Nombre de pages : 431
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
E N TON NOM, RÉ VOLUTION
3
Titre Bernard G rousset
E N TON NOM, RÉ VOLUTION
TO ME II  La Raison et l’Illusion
Roman
5 É ditions Le Manuscrit
© É ditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com ISBN : 2748182804 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748182804 (livre imprimé) ISBN : 2748182812 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748182811 (livre numérique)
6
.
.
8
EN TON NOM, RÉVOLUTION
CHAPITRE X X II
Pas un instant, il n’était apparu à Louis X VI que son départ, ou disons plutôt sa fuite, risquait de provoquer des troubles graves, et de surexciter une opinion publique qui n’avait pas besoin de cela. De plus, il avait laissé un document qui fut lu à l’Assemblée. Dans ce texte, le Roi déclarait choisir de reprendre sa liberté, et il y reniait toutes les concessions faites depuis le début de la crise, c’estàdire depuis mai 1789 ! La liberté du Roi, garantie par la Constitution, avait en effet été bafouée à plusieurs reprises, dont la première avait eu lieu le 18 avril, quand la garde nationale s’était opposée à son départ pour SaintCloud. Le corps du Roi était donc esclave et prisonnier. Le jour de Pâques qui avait suivi, Louis X VI fut forcé d’assister, en l’église de SaintGermain l’Auxerrois, à la messe du curé schismatique de
9
En ton nom, Révolution
la paroisse. L’esprit du Roi était donc esclave comme son corps ! La Constitution avait garanti à tous le droit d’aller et de venir, ainsi que la liberté de conscience, excepté au représentant de l’autorité. L’effet produit par la proclamation royale fut donc à l’encontre de celui souhaité, et lorsque le Souverain revint à Paris, l’abolition de la Royauté en France était maintenant à l’ordre du jour. Ce que les révolutionnaires les plus enragés n’avaient pu obtenir en une année de discussions acharnées, le Roi y était parvenu en deux jours seulement : le trône vacillait et ne pouvait plus que s’écrouler ! Il suffisait de définir l’échéance. Toutefois, cette défiance contre la Royauté était plutôt factice que réelle pour la majorité des citoyens. E lle était surtout plus parisienne que française. A Paris même, et jusqu’au début de juillet, la haine et le mépris pour l’autorité présentaient un caractère curieux. Il y avait quelque chose qui rappelait le sauvage injuriant son fétiche parce qu’il ne le guérit pas, mais ne l’injuriant quand même qu’à genoux ! L’opinion, chez les théoriciens les plus hardis, pourvu qu’ils eussent gardé en eux quelque patriotisme réfléchi, en était restée aux appréhensions de JeanJacques Rousseau : on
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.