En voie d'extinction

De
Publié par

Pluton s'affaisse sur son axe ! Faut-il s'en inquiéter pour notre avenir immédiat ? Un célèbre présentateur de médias essaye de déceler la vérité, après avoir rencontré sur son plateau deux soeurs jumelles, belles, étranges et étrangères. Adjoint d'un couple inséparable de perdreaux ripailleurs, il tente avec son bras droit de percer le mystère qui entoure, en ce moment crucial, la venue des soeurs en la capitale, et déjouer les attentats et les tentatives d'intimidation pour les faire Terre ! Dans une capitale Venisente, submergée par les eaux d'un ciel courroucé du changement climatique, nos héros préviendront-ils l'issue fatale ?
Publié le : vendredi 10 juin 2011
Lecture(s) : 141
EAN13 : 9782304020960
Nombre de pages : 417
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre
En voie d'extinction

3Titre
Frédéric Foucault
En voie d'extinction
Roman de science fiction
5Éditions Le Manuscrit
Paris























© Éditions Le Manuscrit 2009
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-02096-0 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304020960 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-02097-7 (livre numérique) 020977 (livre numérique)

6





Roman d’anti six passions (sauf gastronomique),
par F. Foucault
.
8






1. Du système ...................................................... 11
2. Sol-air ................................................................ 93
3. Des Astres 171
4. Des plats nets ................................................ 231
5. Du tout ........................................................... 331
9
1. DU SYSTÈME
On pouvait commencer de souffler
maintenant, mais il s’en était fallu de peu. On
pouvait désormais respirer mais nous avions
frôlé l’asphyxie totale. L’avenir semblait radieux
dès à présent alors que nous venions de friser
l’anéantissement final, quelques jours
auparavant, souvenez-vous !

Tous les journaux électroniques, même sans
aucun penchant scientifique, titraient à la une :

07 : 12 Vendredi 3 juin 2011 « PLUTON :
son penchant à l’inclinaison se redresse ! »

11 En voie d'extinction
Les savants du monde entier s’interrogent :
quelle force titanesque peut avoir en quelques
heures fait se redresser cet astre, sur son axe,
dans sa course céleste ? La gîte n’est plus que de
117° par rapport au plan de l’écliptique… Seul
un champ gravitationnel gigantesque peut ainsi
inverser soudainement la tendance. Puis les
rédactionnels de tous acabits prennent la plume
des mains de leurs confrères en blouse blanche
immaculée.

12 Du système
Chacun tente de livrer sa version des faits,
son explication des causes et des répercutions
possibles, voire attendues. Les positions les plus
farfelues voient le jour, sans pour autant
déboulonner le Kama Sutra astral ! Tout le
monde y va de son laïus plus ou moins
ésotérique. Cela va de la main divine jusqu’aux
commentaires météorologiques complaisants :
avec tout ce qu’ils nous envoient dans
l’espace… On a également droit a une pléthore
de refrains funestes et cataclysmiques de fin du
monde, versions religieuse et laïque. Les
sempiternelles questions du type « A qui profite
le crime ? ». Sans compter les ritournelles
toujours rafraîchissantes « On vous l’avait bien
dit ! ». Bref, tout un fatras de stupidités bon à
envahir les 3 (ou TRI pour 3 dim : écrans au
plasma holographique). Seule une fraction
d’initiés parmi d’autres, n’hésite pas à proclamer
que s’en retourne parmi nous la fabuleuse
Nibiru des légendes sumériennes : la planète X
eou 10 ; la 12 de notre système ! Levées de
boucliers thermiques, on nous traite de
lémuriens attardés, de pachydermes infantiles
ou de schyzopathes névrotiques à tendance
dégénérative !

13 En voie d'extinction
Une tribune publique est instaurée sous
l’égide de Gex Deuxlalune au cours de
l’intermission de sa chaîne Pi (comme dans
Piple) : ’Des jours et des semaines programmée
sur le cybercâble ce même vendredi soir et dont
le sujet précédent a été déprogrammé pour
cause d’actualité brûlante !

Le sujet du jour traitant de l’actualité : ’quel
crédit peut-on accorder aux
astronomes/astrologues ? ’Avec l’aimable
concours d’Teshier et la présence Dubert
Riche !

La matinée du vendredi, comme pour
beaucoup en cette veille de fin de semaine (de
4 jours puisque les lundis sont fériés depuis
2005), se passe à essayer d’obtenir ou de glaner
des informations, de toutes sortes : jeunes,
vieilles, caduques et périmées, obsolètes ou
toutes fraîches, confirmées ou pas ! Pendant la
pause déjeuner, on avale sans presque déglutir
tant la tension est sensible dans toutes les
conversations : c’est bien la première fois dans
l’histoire de notre humanité qu’un phénomène
céleste d’une telle amplitude se manifeste.

14 Du système
Certes, tout le monde convient pour se
rassurer que cela prend place aux confins de
notre système, mais tout de même, le mal est là
et l’on ne sait que présager du reste à venir !
Dire qu’il y a un siècle tout ceci serait passé
inaperçu : et pour cause, Pluton n’était pas
encore détectée ! On se dit tous que s’il doit
s’opérer une onde de choc comme après une
déflagration, le gros de la vague ne devrait nous
atteindre que dans quelques années… Les plus
optimistes se disent en se régalant qu’il nous
reste encore de biens beaux jours devant nous !
Les plus pessimistes disent qu’ils ne leur restent
que peu de temps désagréable à passer sur cette
maudite planète !

15 En voie d'extinction
– Les Humains ont un cerveau dont la
propension à ne pas se souvenir de certaines
choses, culmine avec l’âge, dit-on ! Mais il n’en
est pas moins vrai que tout ce qui se rapporte à
des événements désagréables ou traumatisants
semble devoir rapidement être écarté, se voir
annihiler ou simplement tomber dans l’abysse
de l’oubli de manière plus expresse que les
bonnes choses. C’est ce choix prépondérant
d’effacer ou d’oblitérer les mémoires négatives
qui nous a sans doute permis de tenir jusque là,
en occultant volontairement des réalités passées
peu affriolantes. Et pourtant, ce n’est pas la
première fois que l’humanité risque son
éradication de la planète Mère/Terre… Cela
s’est déjà produit par le passé, plusieurs fois
même ! Voici en guise d’introduction comment
le Prof Foudleau venait d’entamer sa diatribe,
après la question introductive de l’animateur
vedette de Pi.
16 Du système
– En effet notre bonne vieille planète a déjà
subi des outrages de dimensions galactiques et
l’on sait encore où en trouver les traces, des
séquelles lisibles. Les stigmates sont
déchiffrables par le commun des mortels.
Simplement en levant le nez, nos chers
concitoyens par beau temps pas trop pollué,
peuvent voir à travers les nuages que la face de
la Lune est constellée de tâches noirâtres.
Comme autant de points noirs d’acnés sur un
visage d’adolescent pré pubère, ce ne sont que
l’ombre des cratères creusés par les nombreux
impacts de météorites. Le principe en est le
même pour notre croûte, à la différence près
quelle marque apparemment moins, puisqu’elle
a tendance à laisser la végétation recouvrir ses
cicatrices. Par contre dans les endroits
désertiques, les chutes d’astéroïdes, comètes et
autres météorites laissent des cartes de visite
immanquables !

– Sauf lorsque le corps céleste s’abîme en
mer ? allez-vous me demander…

– Cela dépend du fond à l'endroit de
l'impact : s'il y a suffisance de tirant d’eau pour
amortir la chute en proportion de la masse !
Autrement dit si l’objet doit atteindre le fond
ou non !
17 En voie d'extinction
– Il est évident que même s'il y a
suffisamment d’élément liquide, la biomasse se
trouve irrémédiablement altérée par la chaleur
et les sédiments marins en gardent des traces !
On retrouve des cadavres fossilisés de poissons
frits, plus que bouillis et le plancton fait alors
plus penser à des chips aux crevettes sous la
pression inouïe ! Sachons garder la tête froide :
des dizaines de civilisations à la surface de ce
globe se sont succédées au fil des ères tout au
long de centaines de milliers voire de millions
d’années. Pour des raisons qui nous échappent,
il a fallu repartir de presque zéro à chaque fois
comme si l’expérience humaine ne consistait
qu’en un perpétuel recommencement, tel un
Phœnix mythologique. Notre destinée globale
est peut-être liée à un cycle cosmique
prédéterminé, comme autant d’inversions des
pôles magnétiques ? En tout cas cela semblerait
s’avérer avec ce nouveau phénomène hors du
commun !

– Entendons-nous bien, je ne cherche pas à
faire du catastrophisme, l’inconnue qui frappe
ainsi aux portes de notre système n’est peut-être
pas synonyme de danger, mais l’on ne gagnerait
rien à imiter les autruches et il me semble qu’il
vaut mieux être bravement informé pour
affronter une menace extérieure, pour
hypothétique quelle soit encore à l’heure
actuelle ! .
18 Du système

Sentant que l’attention du public risque de se
relâcher, le toujours sémillant présentateur
intervient en coupant quelque peu la parole de
son invité vedette, seul réel scientifique présent
sur le plateau, hormis l’astronome québécois !

– Cher professeur, ne nous emballons pas,
on dirait que vous testez les nerfs de nouveaux
étudiants depuis votre chaire… Si vous pouviez
parler du ciel de manière plus terre à terre, si je
puis dire, pour les plus néophytes d’entre nous ;
qui contrairement à vos futurs diplômés ne
comprennent pas toujours exactement le parler
scientifique !
– Qu’en est-il de cette menace ?
– A dire vrai, l’on ne sait pas grand chose,
niveau théorique ; mais il est peut-être temps de
se tourner vers mon éminent collègue Dubert ?
– Merci à toi, John Peter !
La corolle de cheveux blancs hirsutes et
épars, partie intégrante de la physionomie
avenante bien connue du savant, commence à
prendre vie.
– Avec un réseau de proches collaborateurs,
nous avons en quelques heures réussi à
échafauder une théorie toute académique selon
laquelle, de deux choses l’une :
19 En voie d'extinction
ou bien l’ensemble du réseau de capteurs et
la panoplie d’appareils d’enregistrement
ultrasophistiqués, pointés sur l’extérieur de
notre système, sont dans un tel état que l’on
ferait mieux de s’en remettre aux jumelles et au
fil à plomb,
Ou bien,
Un objet céleste inconnu, d’une masse et/ou
d’une dimension bien supérieure à la Terre, se
dirige à grande vitesse vers notre soleil…
– Ce qui reste à déterminer, c’est sa
trajectoire possible… !
– A cette question primordiale, pas de
réponse satisfaisante ; j’avoue que c’est le
néant : on ne sait ce que c’est ni d’où ça vient,
alors il est logique qu’on ne sache pas où cela
aille ! On conjecture seulement qu’étant donné
le redressement de Pluton, cela vient sûrement
de l’extérieur, pour se diriger vers un ailleurs
indéterminé mais qu’on espère lointain ! La
poussée du champ électromagnétique devrait
d’ailleurs logiquement se poursuivre et si la
trajectoire est centrée sur notre système, elle
devrait bientôt influencer un certain
redressement de Neptune, telle une autre boule
de billard ! Ce sera d’ailleurs le seul indice
probant de sa course, il faut donc dès à présent
observer Neptune de manière continue et de
scruter les cieux pour apercevoir tout
changement même infime des fondamentaux
spatiaux de cette planète !
20 Du système
– Merci Dubert Riche !

Le présentateur animateur reprend la parole
en coupant celle du scientifique…
– Nous allons nous tourner maintenant vers
Elizabête pour étudier l’aspect astrologique du
phénomène, après une courte page de messages
à but lucratif avoué !

L’image fait donc place à un écran de
réclames publicitaires, ventant les mérites non
avérés d’une foultitude de choses à vendre, sur
des sites variés de la toile, auxquels les
spectateurs sont invités à se relier !

L’émission reprend sans perdre haleine, ni sa
trame qui n’est pas drôle ! Gros plan sur
Elizabête, pulpeuse représentante des
scrutateurs de cieux et de nos devenirs
immédiats, digne descendante de Ptolémée qui
entame en ces termes.

– Vous me demandez si ce qui arrive était
prévisible ? La réponse est oui !
– Alors pourquoi cela na pas été fait
enchaîne Gex dubitatif…
– Peut-être pas en des termes aussi précis,
bien entendu, mais je rappelle les prévisions que
je faisais encore la semaine dernière dans le
numéro deux de la revue Que prédire ? :

21 En voie d'extinction
Le carré de la Lune avec Pluton en
opposition à Mercure en Taureau au sextile de
la Vierge est porteur de bouleversements
importants - surtout en période rétrograde.

– On ne peut être plus explicite !
– Pour les affranchis uniquement s’empresse
de glisser l’homme orchestre.
– Comment cela, vous ne trouvez pas ça
parlant, vous ?
– C’est à dire… commence-t-il à bafouiller à
titre d’excuses préliminaires
– Vous déraisonnez Gex ! C’est tout à fait
clair mon petit ! s’enhardit-elle !
– Mercure symbole de ce qui change
rapidement, la crise, la guerre, la révolution est
en Taureau, signe d’eau ; et se trouve à
60 degrés, donc assez loin du point d’ébullition,
de la Vierge symbole de douceur contrariée en
opposition carrément forte à la Lune, signe de
déstabilisation, de déception par rapport à
Pluton, l’Hadès insondable !
– Il est donc évident de conclure : on peut
prédire du changement radical pour les
Plutoniens d’entre vous, voire Scorpions
ascendants douteux !

– Merci de ces éclaircissements éblouissants,
chère Bette ! rétorque le commentateur
22 Du système
– Je me tourne maintenant vers le public
venu nombreux, ce soir aussi ; et lui demande
sil a des questions à poser à nos invités
prestigieux ?
Plusieurs bras se lèvent spontanément. Le
plus vif à avoir réagi se voit octroyer la parole
en premier lieu. Une trappe dissimulée au
plafond s’ouvre et le rayonmicrolaser pointe sur
sa bouche. Une voix féminine,
haute-douceprofonde-chaude-langoureuse-chaleureuse et
sensuelle, assène l’assemblée d’un « Bonsoir, je
m’appelle Astarté ». La personne qui vient de se
présenter fait partie de cette catégorie de femme
que l’on aimerait croiser plus souvent le soir en
sortant du boulot, après une journée de
cauchemar remplie de galères. Beaucoup
d’allure sans trop de fards, châtain clair, yeux
verts malicieux, 180 sentis mètres debout,
resplendissante sans aucun atour (pour des
raisons de sécurité les bijoux sont interdits dans
les lieux publics). « Je voulais intervenir pour
poser une question au Professeur Foudleau ! »

L’animateur se rapproche en essuyant de la
buée imaginaire sur ses lunettes (une
coquetterie de séducteur, puisque les lentilles
autogreffantes existent pour toutes les
corrections oculaires) et articule suavement :
– Allez-y, je vous en prie, nous vous
écoutons ! et d’ajouter en son for intérieur : Et
je te dévisage goulûment !
23 En voie d'extinction
– Voilà, je suis étudiante en paranormal et j’ai
entendu dire qu’il était fort possible que les
Égyptiens pour construire les pyramides, aient
utilisé leurs volontés conjuguées pour décupler
leurs forces et ainsi soulever avec une foi
immense en leur projet, des blocs de pierre de
plusieurs dizaines de tonnes. Alors je me
demandais, si en réunissant les efforts de
centaines de milliers de personnes, nous
n’arriverions pas à redresser cette planète à
distance, si le besoin s'en faisait sentir
évidemment ?
Gex demande à la cantonade « qui veut
essayer de répondre ? »
24 Du système
Le professeur se lance « Mon enfant, ce que
vous dîtes est plein de bon sens dans l’absolu !
Malheureusement dans la pratique, on
s’aperçoit bien vite que c’est irréalisable pour
plusieurs raisons… On sait que les ondes
mentales se transmettent dans l’air comme des
ondes radios, or on sait que sur terre il faut des
réémetteurs dès que l’on dépasse certaines
distances, ce dont nous ne disposons pas
(encore) dans l’espace intersidéral. De plus,
cette planète se trouvant à pas moins de
5733 millions de kilomètres de chez nous en
moyenne, il faudrait à ces ondes un peu plus de
six siècles pour y parvenir, et dans quel état ?
D’autre part pendant ce laps de temps, tout ce
qui est envisageable peut survenir et réduire à
néant nos généreux efforts. Ma pauvre Astarté,
pour être efficace dans ce scénario, il vaudrait
mieux que la pensée se transmette plus vite que
la lumière, mais merci néanmoins d’avoir eu
cette idée brillante autant qu’humaniste ! » La
jeune et jolie personne se rassoit, un rien
dépitée, au grand dam de l’animateur qui n’a pas
eu le temps matériel de conclure son approche.
Partie remise se dit-il in petto ! Il invite alors du
regard le prochain candidat à se lever et se
présenter avant de formuler sa question. Un
bras musclé et velu se lève, Gex acquiesce !
– Jeremy Sah, pilier de l’équipe de St Juste de
Béarn, bonsoir !
25 En voie d'extinction
Gex fait signe de poursuivre d’un très élégant
mouvement de moulinet du poignet droit…
– C’est pas pour faire du gringue à la
demoiselle Aristé, mais j’ai trouvé son idée
lumineuse… et pour poursuivre et abonder
dans son sens, je dirais qu’au billard pour
neutraliser un effet donné, il suffit de donner à
la boule l’effet inverse ou opposé, voilà ! S'il
fallait à tout prix redresser Pluto, on pourrait
peut-être penser à lui donner un bon coup
derrière la tête !
– Merci de votre chaleureuse contribution
Jérémie, qui n’amène ni réponse ni
commentaire, Madame, Messieurs ? dit en se
retournant vers ses invités l’animateur fétiche
de la chaîne… Qui enchaîne brillamment par
un Oui ? en se tournant vers le public averti.
Plusieurs mains se propulsent vers le plafond au
bout de bras de longueurs, d’aspects et
d’épaisseurs variables. GD choisit, et donne la
parole à une femme d’un certain âge toute de
vert vêtue !
26 Du système
La production lui impose des choix
éclectiques parmi les intervenants du public…
La charmante grand-mère se lève timidement et
commence à parler de même : « Je me
prénomme Marie-Cécile et suis issue de l’Indre
et Loir ! C’est la première fois que je monte à
Paris autrement qu’en tour virtuel, alors vous
pensez, je m’en suis payé une bonne tranche
comme on dit par chez nous, la tournée des
grands-ducs et tout le toutim… »

– Chère Cécile intervient Gex pouvez vous
en venir à votre question, sachez néanmoins
que nous sommes tous ravis d’apprendre que
vous avez bien goûté de la capitale ! Oui, j’y
venais Alors, un p’tit bonjour à ceux d’en bas
restés au pays et je me lance : le Schimililibiblick
peut-il tenir dans un tonneau ? Non ! vocifère
Gex Mais à quoi pensez-vous donc ? A rien de
particulier, mais comme j’aime bien les
tonneaux… Maintenant je suis bien
embarrassée, j’ai la confuse impression de
m'être fourvoyée et de m'être trompée
démission ! En effet ! acquiesce Gex C’est le
plateau à côté pour les jeux télédébiles !
Le professeur intervient alors :
27 En voie d'extinction
– Madame ne sera pas venue pour rien, en
effet cet objet inconnu provenant de l’espace
pourrait bien tenir dans un gros tonneau si sa
densité avoisinait celle que l’on rencontre dans
certaines étoiles très denses, en voie
d’effondrement sur elles-mêmes !
– Je vous remercie jeune homme dit la vieille
dame en demandant de l’excuser, comme elle
quitte son gradin de l’amphithéâtre pour aller
assouvir sa passion du jeu dans une autre
salle…
Gros plan sur le sourire figé de Gex, qui ne
sait plus quelle contenance adopter. Il décide de
s’en sortir par une pirouette et sort un « bon jeu
chez vous ! » pas même enjoué.

Des bras semblent vouloir de nouveau
agripper le plafond (les boutons-poussoirs et
autres champignons ayant été relégués depuis
longtemps au placard, car visuellement pas
assez expressifs).

Gex opte pour un monsieur assis juste à côté
d’Astarté, se disant qu’ainsi le projecteur ne
manquerait pas de l’inonder de lumière et qu’il
pourrait de nouveau apprécier ses formes et son
contour, son joli minois… Il s’approche
comme si c’était nécessaire pour donner la
parole. Le faisceau descend et l’on entend :
– B’jour, j’m’appelle Marcel (le) et j’suis pas
zétéro !
28 Du système
– Très bien Monsieur, je veux dire tant pis,
quelle est donc votre question ? abrège Gex.
– Mais vous pouvez m’appeler Zézette mon
chou, c’est ma tante qui s’appelait comme ça !
La tête que tire l’anime-à-c’t’heure ! Qui
arrive tout de même à bredouiller un « On verra
plus tard » ni très encourageant ni très
prometteur pour ce représentant si gai de son
auditoire !
– J’sus allé consulté un astrolog laut jour qui
ma assurée que je vivrais centaine-nerfs alors si
vôt biblot dlespace doit m’raccourcir
l’espérance, j’préfèrrâlé m’fair rembourser
fessa !
– Bien, je ne sais pas si quelqu’un veut
essayer d’expliquer à Môssieur de quoi il s’agit ?
Notre grand cousin à l’accent si
dynamiquement sympathique s’empare de
l’occasion qui lui est une nouvelle fois donnée
de faire briller sa verve féconde :
29 En voie d'extinction
– Zézette Monchoux, je vais vous mettre très
à l’aise : les probabilités statistiques pour que
votre vie se prolonge au-delà de cent ans sont
d’environ 70 pour cent si vous ne fumez pas, ne
buvez pas immodérément et si vous ne
pratiquez aucun sport dangereux, même sexuel !
A la vitesse à laquelle Pluton s’est vue redressée,
on peut gager que l’objet de nos tourments
présents devrait entrer dans notre système bien
avant que ne ce soit écoulé le laps de temps
vous séparant du siècle d’âge, désolé ! Zézette
se décompose en se rasseyant. Gex fait signe
d’envoyer une seconde interruption
commerciale, faisant signes au régisseur et au
réalisateur qu’il va s’enquérir de la santé de
Marcel !
En fait, vous l’aurez soupçonné, il va essayer
de glisser sa carte de visite « spéciale » à la
voisine de la folle, afin de lui fixer rendez-vous
pour l’après émission : avec au menu un dîner
en tête-à-tête ! Comme il s’approche, la belle
âme s’affaire à tapoter les joues blêmes sous le
maquillage craquelé de Zézette, qui reprend
doucement des couleurs non artificielles !

30 Du système
Faisant habilement semblant de lui caresser
amicalement les cheveux, la main de
l’animemateur vient en contact de celle de la belle,
instant fugace. Ils se regardent brièvement
comme ils se rencontrent. Lui cherche à faire
passer un maximum de détresse amoureuse
dans son regard, infiniment prometteur ; elle ne
se hasarde pas trop et s’esquive non sans avoir
marqué une certaine approbation, une velléité
d’approfondissement. Il se penche alors pour
lui susurrer à l’oreille comme quoi il lui glisse sa
carte dans la poche gauche de son blouson de
sport et lui demande de l’attendre à la fin de
l’émission, de rester en arrière… Elle va pour
protester sans véhémence, par pure forme, mais
la lumière rouge se rétablit et le décompte des
cinq secondes avant le passage à l’antenne
commence : plus le temps matériel, alors elle
reste coite, tandis que Gex laisse à regret son
5 à 7 et regagne 4 à quatre le centre de l’arène
en 3 bonds ! Lumières, moteurs, 2 caméras : ça
tourne 1 !

31 En voie d'extinction
– Nous voici de retour, de nouveau parmi
vous et je vous rassure sur l’état de santé
quelque peu défaillant tout à l’heure de
Marcelle : cela va nettement mieux grâce aux
bons soins d’Astarté, cette chère âme si
dévouée, je lui trouverais bien une forme de
récompense personnalisée, je vous en fait la
promesse ! Il lui semble bien la voir rougir,
làbas sous les projecteurs, effet garanti !

Gex sélectionne alors un homme, en
apparence moins efféminé que Zézette !

– Génome Nobaldi, bonsoir !
– Je suis ancien consultant technique pour
un autre canal et ma question est la suivante :
on sait que l’on peut énormément accélérer
l’envoi de données à travers un faisceau
conducteur, type fibre de verre optique
capillaire cuivré, jusqu’à 280.000 km/s. D’autre
part la quantité d’informations que l’on peut
acheminer par câble Giga, d’un ordinateur à une
plate-forme est de l’ordre de 33 Tetras octets la
nanoseconde par angström carré ! Ne suffirait-il
donc pas, pour reprendre l’idée évoquée par
Astarté tantôt, de canaliser nos pensées vers
une turbomachine qui enverrait le tout sous
forme de faisceau laser et ainsi gagner du temps
sur le temps ? "
32 Du système
Le professeur lui répond : « Votre idée est
brillante jeune homme ! Mais il faudrait au
départ un rayon d’une telle envergure que je
n’ose imaginer les dimensions d’un tel appareil,
ni sa puissance ; car vous n’êtes pas sans savoir
qu’il y a une déperdition de l’ordre d’1 k/j
linéaire par milliseconde de transmission… !
Enfin cela reste à étudier si nous ne venons pas
à trouver une solution plus pratique ou moins
onéreuse, je suis navré d’avoir déçu vos attentes
ou vos espérances, croyez-le, bien
sincèrement. »
– Une dernière question dans l’assistance ?
demande Gex.
Les bras se tendent… Parmi la nuée il choisit
une toute jeune fille pour varier les plaisirs.
– Bonsoir ! s’exclame la petite voix fluette. Je
m’appelle Joséfine. J’ai eu douze ans la semaine
dernière.

33 En voie d'extinction
Croyant qu’elle allait digresser, Gex
l’interrompt abruptement « Ta question ma
petite ». Cela ne la trouble pas le moins du
monde. Elle prend une pose, marque une pause
et pose la question du jour pour ce soir : « Si
tout cela est voulu, n’y a t-il pas de fortes
chances pour qu’on ne nous laisse pas faire ? ».
Gex pense bon de traduire dans une version
plus adulte, ce qui n’était vraiment pas
nécessaire. « Oui, si tout ceci n’est pas inopiné,
nos entreprises ne sont-elles pas condamnées à
se trouver contrées, par la ou les volontés
déclenchantes de l’événement ? »
– En gros !, explicite vaillamment Dubert
Est-ce qu’il y a quelqu’un qui se cache derrière
ce qui se trame ? Ou avons-nous à faire à un
phénomène naturel, historique et probablement
non récurant ? Puis il se tourne vers son
collègue John Peter d’un air interrogatif ? Celui
ci d’un air dubitatif interroge du regard sa
voisine, qui lui répond d'une moue indéfinie
voulant signifier son incompétence en ce
propos. Gex intervient.
La question reste en suspend jusqu’à la
semaine prochaine, bravo et merci encore de
nous avoir suivi, ceci termine notre émission
hebdomadaire, bonsoir à toutes et à tous ce qui
a pour effet de déclencher les applaudissements
enregistrés et de faire envoyer le générique.

34 Du système
Il remercie ses intervenants en les
raccompagnant vers la sortie du plateau, puis se
ravise promptement en se souvenant de son
rendez-vous galant avec Astarté ! Il prend alors
congé de ses invités sous un prétexte fallacieux
et reste en arrière. Il attend patiemment que le
public se soit dispersé. Soudain, il entrevoit la
belle étudiante faisant le pied de grue, non loin
des deux pompiers de service (qui a été
renforcé). La vingtaine alléchante, une
silhouette de mannequin, deux yeux vert clair
quasi-émeraude, rouquine, carré court, une
paire de lèvres sensuelles et charnues, une paire
de jambes très longues sous une jupe très
courte et une paire de seins à vouloir se
réincarner en soutien-gorge ! Je ne puis vous
parler de son fessier car je ne le vois pas de là
où je me tiens, mais je gage qu’il est prometteur.

Moi, je suis l’assistant imprésario de Gex et
l’on me connaît sous le prénom pseudonymique
de Sean. Je suis également son conseiller
technique car j’ai une formation de journaliste
scientifique. Certains prétendent même que je
serais en quelque sorte son éminence grise,
alors que j’abhorre cette non-couleur (cocktail
de deux non-couleurs). Toujours est-il que nous
sommes amis de longue date et que j’essaie
toujours de prendre nos intérêts en mains pour
le mieux disant !

35 En voie d'extinction
Jacky, sa femme ; ma sœur, est au courant de
ses aventures sans lendemains, ces amourettes
de collégien, de toutes ses frasques extra
conjugales, depuis belle lurette ! Elle a pris le
parti de fermer les yeux mais de réciproquer,
cela forme un couple très uni : lorsqu’ils sont
ensemble… Ce soir ma sœurette prend un
cours d’équitation sur cheval virtuel, ce qui
laisse les coudées franches à son mari pour
galoper vers sa proie à bride abattue.

Astarté l’attend sans trop y croire, mais
n’ayant rien à perdre et plutôt à y gagner
croitelle, elle s’est auto persuadée qu’il en valait
peut-être la peine, malgré tout… Depuis sa
dernière peine de cœur elle s’était bien juré de
ne plus tomber dans les filets de l’amour
aveugle, se promettant de bien faire attention !
Mais là c’était irréel, inopiné, invraisemblable,
imprévisible ce qui lui arrivait. Comment
imaginer une seconde que ce célèbre animateur
la remarquerait, elle, parmi cette foule
d’anonymes ? Elle n’aurait jamais su ou pu se
prémunir, il n’y avait aucun vaccin connu.
Évidemment, en l’attendant, elle se disait bien
que tout ceci ne mènerait sans doute pas très
loin, que ce ne serait qu’une passade.

36 Du système
Tout était poudre aux yeux, paillettes et
strass, décors de carton pâte, trompe l’œil, faux
et usages de faux. Elle ne savait au juste pas
trop à quoi s’attendre n’ayant jamais côtoyé le
milieu du show-biz. Mais basta, pensa-t-elle
alors qu’il s’approchait, je suis libre de
m’engager comme de me désengager à tout
moment. Il enlace sa taille nonchalamment,
l’entraînant vers la sortie et lui susurre :
– Ça na pas été trop long ?
– Non, absolument pas, j’observais les
va-etvient ! lui répondit-elle franchement
– J’étais bon ce soir, non ?
37 En voie d'extinction
Fallait-il flatter son ego d’entrée de jeu ? Elle
pensa que cela devait faire partie d’un rituel et
affirma : « Excellent ! J’adore vos émissions, je
suis une fanatique inconditionnelle ! »
mentitelle avec aplomb. Elle décide de jouer la carte
de l’hypocrisie à fond, tout de go, en lui
lançant : « J’évite d’ailleurs de sortir quand vous
passez à l’antenne ! “ Ce mufle, pense-t-elle, ne
relève même pas le compliment, trop habitué
sans doute à ce qu’on l’encense à
tirelarigot… ”Avant que je n’oublie, il faut
absolument que vous me donniez un
autographe pour ma petite-nièce ! » qui n’existe
pas, jubila-t-elle intérieurement : quelle fieffée
menteuse je fais quand je veux… Gex (son
diminutif pour les intimes) lance un « Bravo et
bonsoir tout le monde, vous étiez formidable !
“à l’encan et lui répond”Bien sûr, on verra cela
plus tard, veux-tu ? » Elle comprit que ce n’était
pas une question. Elle hoche la tête d’un air
quasi résigné, presque apitoyant, mais l’effet est
raté car il regarde déjà ailleurs, vers moi en
vérité, comme il m’adresse un grand
mouvement de bras semi-circulaire, la main
semi-ouverte avec le pouce en opposition à
l’index pour former un O comme dans O. K.
Oui, Oh lala et O revoir. Sachant quel genre de
programme attend cette jeune femme, je
souhaite seulement que le traitement réussisse
aussi bien à Gex et qu’il sera en forme Mardi ! Il
m’a tellement décrit ses virées nocturnes et de
38 Du système
fin de semaine, que je pourrais aisément me
faire passer pour lui, avec le masque adéquat !

Les deux futurs amants évanouis, je me
retrouve seul face au néant de cette immense
salle vide et sombre, reflet de ma vie. Seule une
clarté diffuse émane depuis la sortie, dont la
porte est restée entrebâillée. Je réunis mes
affaires et m’apprête à prendre congé du plateau
pour un congé bien mérité, lorsqu’à ma grande
stupéfaction, me croyant seul, je sens quelque
chose de chaud se poser délicatement sur mon
avant-bras ! Je tressaille, alarmé, et me retourne
vivement. Je ne distingue pas clairement dans la
pénombre. Mes yeux s’acclimatent rapidement
et comme je réussi à percevoir une forme assez
vague un « Bonsoir, Monsieur Sean » se fait
entendre et roule en écho dans le studio désert.
Je crois déceler une intonation familière dans
cette voix féminine. L’inconnue me décoche
alors un « Désolée de vous avoir apeuré,
vraiment, je suis confuse ! »
39 En voie d'extinction
– Il n’y a pas de mal ! la rassuré-je. J’allais
partir ! Voudriez-vous m'accompagner ? lui
proposé-je. Mais certainement ! rétorque-t-elle.
Je fantasme abondamment et intensément sur le
type de beauté infernale à qui je donne le bras,
pendant les quelques pas qui nous séparent du
voyant lumineux Sortie. Je lui conseille de bien
s’accrocher car le sol est jonché de divers
matériels. Soudain elle trébuche et se rattrape
vigoureusement à deux mains à mon bras. Ses
cheveux ont alors un mouvement d’ensemble
qui permet à mon sens olfactif de respirer
largement son odeur corporelle, composite
aromatique de senteur naturelle et de parfum
additionnel ! Cette fragrance me chavire
jusqu’aux neurones de l’hémisphère gauche !
J’embarque ses phéromones avec délice ! Le
mélange est capiteux et suave, profond et un
peu douceâtre.

Impossible de déterminer avec exactitude de
quel type de peau peut émaner ce genre
d’effluves ! Le mystère ne peut que s’éclaircir au
fur et à mesure que nos pas nous dirigent vers
le faisceau de lumière…

Encore quelques mètres, nous y sommes
presque. Je m’efface galamment pour la laisser
passer et dans l’encadrement, elle se retourne et
me lance « Ishtar ! ».

40 Du système
Au lumineux hâle doré qui nimbe sa tête tel
une rayonnante auréole de gloire, une aura de
sainteté, je devine sa blondeur. Mais comme elle
se situe entre la lumière et moi, je ne peux
dévisager ses traits à loisir puisque aussi bien
son visage se trouve à contre-jour ! Je fais deux
pas en crabe en avant et de côté et commence à
lui dire « Bonsoir Ish… “puis ma langue fuit à
la recherche de ma pomme d’Adam, se confond
à mon palais, va fondre entre mes amygdales,
bref prend des libertés qui me laissent pantois !
Au bout de cinq respirations j’articule enfin”…
tar ». Boudiou, comme disait ma nounou ! Quel
beau brin de fille que voilà ! Elle a légèrement
rosi pendant le laps de temps où je perdais mon
aptitude à émettre un langage articulé, la faisant
devenir si possible encore plus resplendissante
de beauté. J’avais comme le vague souvenir de
l’avoir déjà vu quelque part, récemment qui plus
est. Une couverture de magazine ? Un spot de
publicité ? L’élection de Miss Univers ? Le
calendrier des pompiers zingueurs ? Un dépliant
d’agence de voyages pour des excursions sur
Mars ?

Elle commence, devant ma perplexité, à me
dire : « Je suis la sœur d’Ash… »
Et là ses traits me reviennent en plein ou
plutôt ceux de sa sœur, comment n’avais-je pas
su la reconnaître ? Pourtant seule la teinte de
ses cheveux différait !
41

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.