Errances bleues

De
Publié par

A feu Douglas Fairbanks, afin qu’il renoue avec la vérité et qu’il reparte sur ses traces, retranscrive son film sur le corsaire Noir où qu’il se trouve, car, en fait, il est reparti en Afrique, sous d’autres latitudes, en plein champ, sous des traits féminins… Par hasard, un jour de pleine lune, il y a de cela plusieurs lunes, j’ai trouvé sur mon chemin des bandits de haut rang. On les appelait corsaires, ceux-là, et aussi flibustiers , ils barraient le chemin afin d’en piller d’autres que leur roi avait mandaté et qu’ils nommaient : pirates. Des bandits, en somme, des filous, des voyous sans foi qui écumaient mers et océans, à la recherche de profits. Des gens d’une autre race , au loin, ils semblaient de couleur rouge.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 141
EAN13 : 9782304021684
Nombre de pages : 225
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Errances bleues
3
Titre Régine Chardon
Errances bleues
Roman familial
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02168-4 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304021684 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02169-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304021691 (livre numérique)
6
.
8
RENCONTRES
ERRANCES D’OS BLEUS A feu Douglas Fairbanks, afin qu’il renoue avec la vérité et qu’il reparte sur ses traces, re-transcrive son film sur le corsaire Noir où qu’il se trouve, car, en fait, il est reparti en Afrique, sous d’autres latitudes, en plein champ, sous des trais féminins… Par hasard, un jour de pleine lune, il y a de cela plusieurs lunes, j’ai trouvé sur mon chemin des bandits de haut rang. . On les appelait corsaires, ceux-là et aussi, fli-bustiers ; ils barraient le chemin afin de piller d’autres que leur roi avait mandaté et qu’il nommait : pirates. Des bandits, en somme, des filous, des voyous sans foi qui écumaient mers et océans, à la recherche de profits.
9
Errances Bleues
Des gens d’une autre race ; au loin, ils sem-blaient de couleur rouge ; de toute évidence, leur peau variait, selon leurs émotions, ainsi que des caméléons ; et, puisqu’ils dandinaient, l’esprit agité par l’alcool qu’ils consommaient, en levant leur longue lame, on eut dit des flammes. Ils n’ont pas pu raser tout le village ; nous les avons chassés, ainsi que leurs complices les ara-bes venus tenter de nous islamiser, piétiner nos fétiches et avec qui ils étaient en compétition… Mais ils sont revenus afin de tenter de nous évangéliser et ils nous prenaient en traître ; il faut dire que pour y arriver, ils étaient armés de bâtons crachant le feu, portaient des vêtements voyants qui les forçaient à se camoufler dans la brousse, et de plus, s’étaient fait aider par d’autres traîtres, qu’ils ont ensuite trahis en les attrapant, eux aussi… Par une coïncidence fortuite, on s’est retrou-vé, alors que je déterrais des racines d’igname dans le champ pour le déjeuner du jour ; Ils attrapaient pèle mêle, hommes, femmes et enfants et en faisait des soit disant butins de guerre ; leur propre guerre économique, qui consistait, disait-on, à les faire trimer dans la
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.