Evasions horaires

De
Publié par

David, trente-cinq ans, salarié dans une entreprise agroalimentaire depuis dix ans, ne supporte plus ses journées de travail routinières et sans saveur. Jusqu'au jour où il trouve le remède: à chaque moment contraignant de la journée, il se voit "un autre" dans "une autre vie", mêlant ainsi rêve et réalité. Évasions horaires est un roman dramatique doté d'une réflexion caustique sur le monde du travail en entreprise.
Publié le : jeudi 4 décembre 2014
Lecture(s) : 9
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342031416
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342031416
Nombre de pages : 60
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Infortune de Mer, roman illustré paru aux éditions Comédia en novembre 2009
Grégory Asquin ÉVASIONS HORAIRES
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0120006.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2014
7 h 00 – Réveil Endormi dans mon lit, je me complais bien au chaud sous la couette. Une sonnerie stridente me réveille en sursaut. Qu’est-ce que c’est ? Ah oui, c’est ce maudit réveil qui m’assaille tous les matins, pour aller au boulot. Beau programme en perspec-tive, non ? D’ailleurs, savez-vous pourquoi tous les soirs avant de se coucher, on vérifie à plusieurs reprises que le réveil est bien en position ON ? Pour être sûr de ne pas manquer une journée mémorable de travail, vous pensez ? Sûrement pas. C’est parce qu’on n’a pas envie d’y aller, au travail ! Sans réveil, on conti-nuerait de dormir pour surtout ne pas se réveiller… afin d’éviter une énième journée de labeur sans saveur. Si on désirait forte-ment se rendre au boulot, nul besoin d’un réveil, on se lèverait naturellement et sans stress. Le réveil résonne de nouveau. Maudit soit-il… Non seule-ment il nous extirpe de notre sommeil, mais en plus il continue de nous agacer si on n’appuie pas sur OFF. On n’a pas envie de se lever pour aller au boulot mais on n’a pas envie non plus de rester au lit pour l’entendre. Et si on l’éteint, on a peur de se rendormir ! La journée commence bien ! Pourtant, je suis bien dans mon lit, il y fait bon. Mieux que sur mon lieu de travail sans chaleur. Bon qu’est-ce que je fais ? Allez, j’attends qu’il sonne une dernière fois et je me lève pour aller… Ah non pas là-bas… Je n’ai pas envie de retrouver ce bureau que je connais depuis plus de dix ans… et côtoyer tou-jours ces mêmes personnes égoïstes, qui jugent sans cesse ce
7
ÉVASIONS HORAIRES
que vous êtes ou ce que vous avez. J’en ai assez de me lever le matin en sachant que je vais exécuter les mêmes tâches de tra-vail depuis dix ans. La journée débute à peine et je ressens déjà de la fatigue. Pourtant, j’ai très bien dormi. Ce paradoxe s’explique peut-être par mon aversion envers le monde professionnel dans lequel nous vivons, nous, salariés d’entreprises. Le corps est reposé mais pas l’esprit. Et cela ne va guère s’arranger au cours de la journée. En toute sincérité, j’aimerais tellement me réveiller pour aller ailleurs qu’au travail où je me rends déjà depuis trop longtemps. Tant pis si je me rendors, je ferme les yeux. Encore une sonnerie. Dans la pénombre, je tends le bras vers mon réveil et constate, avec une légère surprise, qu’il est éteint. Qu’est-ce que c’était alors ? La sonnette d’entrée ? J’attends quelques instants en guettant tout bruit suspect. Oui c’est bien elle. Mais qui peut me rendre visite à cette heure-ci ? Allez je vais voir, ça m’intrigue. Tiens ça y est je suis debout ! Finalement, c’est pas si difficile de se lever ! Je traverse d’un pas rapide le couloir, vêtu d’un simple pyja-ma et j’ouvre la porte d’entrée. Un homme et une femme, tout de vert vêtus, me bousculent brusquement, m’obligeant à recu-ler de quelques mètres en arrière. La dame en vert referme la porte d’entrée et s’avance vers moi. — Monsieur, allez vous recoucher, m’ordonne-t-elle. — Me recoucher ? Mais j’ai déjà eu du mal à me lever ! Alors pas question que j’y retourne ! — Écoutez Monsieur, étant un fidèle abonné à Canalnew, nous vous offrons un voyage sur une île paradisiaque. Et vous partez aujourd’hui. Alors remettez-vous au lit. On vous apporte un somptueux petit-déjeuner. Laissez-nous préparer toutes vos affaires. Voici la brochure de votre lieu paradisiaque. Savourez-la en même temps que votre petit-déjeuner !
8
ÉVASIONS HORAIRES
Elle me tend une tablette tactile que je saisis sans en croire mes yeux et me précipite vers ma chambre. À peine suis-je assis dans mon lit, adossé contre le mur, que l’homme en vert arrive avec un plateau-repas très bien garni : des croissants, des pains au chocolat, du jus d’orange, des tarti-nes de pain grillé, des pancakes, des œufs brouillés, du riz sauté, de la confiture de fraise, des morceaux de mangue, des bananes. Bref, rien ne manque. Tout en dégustant ce délicieux petit-déjeuner, j’allume la ta-blette tactile. Une présentation vidéo démarre automatiquement… Ce n’est pas possible, c’est là-bas que je serai tout à l’heure ? Puis, un menu s’affiche proposant les qua-tre rubriques suivantes : découverte, transport, gastronomie et activités sportives de l’île. Je clique sur l’icône Découverte de l’île. Et là, je crois rêver. La plage paradisiaque revêt les mêmes couleurs émeraude que celle du film La Plage de Danny Boyle. Du sable d’une extrême blancheur, des palmiers, un hamac et une mer entourée de montagnes qui tombent à pic dans l’eau, voilà le paysage qui m’attend dans quelques heures. Puis, vient la séquence Transport sur l’île. On distingue un bateau longue-queue filant à vive allure sur les flots. À son bord, le capitaine et un invité. La caméra zoome sur ce dernier. Et quelle surprise ! C’est moi, assis confortablement à l’avant du bateau, le visage au vent ! C’est incroyable, ils ont dû récupérer ma photo et l’incruster grâce à un logiciel. En tout cas, je peux vous assurer que le rendu est troublant de réalisme. À ce moment-là, la dame en vert entre dans ma chambre et ouvre un placard dans lequel elle extrait ma valise jaune. En repartant, elle m’adresse un regard souriant. — Le petit-déjeuner vous convient ? me demande-t-elle en connaissant bien sûr la réponse. — Oui excellent, lui dis-je la bouche pleine. Mais au fait, je dois prévenir mon patron.
9
ÉVASIONS HORAIRES
— Ne vous inquiétez pas Monsieur, nous l’avons prévenu, me répond-elle en sortant rapidement de la chambre avec ma valise jaune. Je goutte alors un morceau de mangue, elle est exquise. C’est fou quand même les idées que vont chercher les bouquets de télévision par satellite ! Ils n’hésitent vraiment pas à surprendre pour se démarquer et ainsi faire face à la folle concurrence qu’ils se livrent entre eux. Ils créent toute une mise en scène pour qu’on ne les oublie pas. Et c’est sûr, je m’en souviendrai ! Je devais me lever pour aller au boulot et finalement je me suis rendu sur une île paradisiaque à l’autre bout du monde ! Tous frais payés et sans rien avoir à expliquer à mon patron ! Moi, je dis merci Canalnew, je resterai un fidèle abonné ! Et puis pour eux, tout est bénéfique car lorsque je vais le raconter à mon entourage, ils vont tous vouloir prendre un abonnement chez eux. Ah les malins ! L’homme en vert, m’ayant apporté le petit-déjeuner, revient dans ma chambre. — Voilà Monsieur, tout est prêt me dit-il, avec un large sou-rire. Votre taxi arrive dans vingt minutes. — Super ! Encore merci. — Bon voyage Monsieur. La dame en vert entre à son tour dans la pièce et récupère le plateau posé sur le bord du lit. Les deux personnes quittent alors la chambre, en me souhaitant encore un bon voyage. Quelques instants plus tard, j’entends la porte d’entrée se fer-mer. Allez une petite douche et c’est le départ pour le paradis ! Je me lève et me dirige vers la salle de bain. Quinze minutes plus tard, je suis sur le pas de la porte de mon appartement, ma valise jaune posée à mes pieds. Je ferme mon logement à clé et descends, l’esprit libre et serein, les esca-liers qui mènent au bas de l’immeuble. Je regarde ma montre pour la énième fois. Qu’est-ce qu’il fait le taxi ? Ils m’ont bien précisé dans vingt minutes ? Cela fait
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant