Fan de lune tome 2

De
Publié par

Aventures lointaines. Un voyage initiatique. L'existence rectiligne de Blaise, cadre moyen français, se brise en fragments épars et le voilà emporté dans le tumulte , Malaisie, Chine, Chili. Il se débat, construit page après page un avenir, mais chaque fois se brise sur les récifs de sa destinée. Qui est le maître du jeu ? Comment s'extirper de cette mélasse d'humanité, s'élever, trouver l'air, la délivrance. Bévé est un écrivain provençal de coeur et de mémoire, mais parisien d'adoption et de raison.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 140
EAN13 : 9782304024463
Nombre de pages : 261
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Fan de lune
3
Titre Bévé
Fan de lune Tome 2
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02446-3 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304024463 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02447-0 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304024470 (livre numérique)
6
.
A mon père.
8
LEXIQUE
Mais où est encore fourré ce diable d’homme ? Se demanda Pedro. Peut-être se ca-che-t-il à l’Alchézal ou au Fourmil ? Il pouvait être partout dans le quartier. Madre de Dios, autant chercher une aiguille dans une meule de foin. Des éclats de rires jaillirent d’une rue adja-cente. Dans la nuit Chilienne, après le couvre-feu, il était aisé de repérer un tel bruit ; Surtout ici, à Santiago. Le son provenait de l’Alchézal. Madone, pourvu qu’il y soit ! Pedro pénétra dans le bar de nuit à contre cœur. Il n’aimait pas ces bordels, où les militai-res de la Junte venaient dépenser leur solde. Au-jourd’hui, avaient-ils arrêté une famille, un père, un fils, un cousin ? Qu’importe. De toute façon, cela faisait longtemps qu’ils avaient dépassé le point de non retour. Alors, entre putes et whis-ky, la casquette tirée en arrière, dépoitraillés, le bide en avant et la braguette ouverte, ils vomis-saient leurs chansons paillardes. Il fallait bien couvrir le bruit de leur conscience.
9
Fan de lune
Au fond du bar sur une scène, une femme mûre, bien en chair, enlevait ses sous vêtements en dansant comme un hippopotame. Une mu-sique tintée de verre et d’alcool ondulait dans l’air enfumé. Ha ! Il était là, le vieux forban. On le voyait au pied du bar, à quémander une tequi-la à un type installé aux premières loges du spectacle. C’était l’endroit idéal pour profiter au mieux des plis de graisse de la danseuse. Ce mec assit au comptoir, Pedro en vit tout de suite le pedigree. Le genre premier de la classe au bistrot du coin, il avait la quarantaine bedonnante dans un costume bon marché. Une fine moustache amidonnée, les joues tomban-tes, des chaussures noires impeccablement ci-rées, il avait une chemise blanche maculée de sueur et un lacet de cuir autour du cou. Ses cheveux bruns, épais et gras étaient collés en arrière par de la gomina à l’huile de vidange. Bref ! Le prototype du beauf excité, en sueur. Le vieux mendiant lui suppliait un verre. Comme le poupon dégénéré ne répondait pas, il s’agenouilla à ses pieds, baissa la tête et lui tira le revers du pantalon. L’autre, très excité, lui donna des coups de godasse en éructant des in-sultes et en lui crachant dessus. Pedro se rua sur le vieil homme. Tout en le relevant, il sourit au baveux en costume et s’excusa.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.