Fashion Caraïbes

De
Publié par

Poivre de Cayenne a été écrit un jour où je n’avais plus rien à lire. C’est l’histoire d’une nana qui vit dans la jet-set parisienne et qui, suite à un coup de fil de ses parents, se retrouve à Saint-Laurent du Maroni à faire marcher une rhumerie avec un moteur de Peugeot 403. C’est en lisant dans un énorme bouquin de Géographie deux grandes pages sur la conquête du Mexique par Cortés, que j’apprends l’existence d’une princesse Maya folle amoureuse de lui, sans laquelle il n’aurait pu donner le Mexique à l’Espagne. Je n’ai eu alors qu’une envie, écrire "Que jamais le soleil ne se couche". Sur la base d’un fait historique, j’ai tourné en dérision la vie d’Hernán Cortés, l’un des plus grands Conquistadors. Quant à "Fashion Caraïbes", c’est ce que certains non conventionnels, déconnectés du système, marins aventuriers, aimeraient vivre, ont vécu ou vivront dans les îles Caraïbes!
Publié le : vendredi 30 mars 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748354683
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748354683
Nombre de pages : 184
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Anne de Laval
FASHION CARAÏBES
et autres nouvelles
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0114994.000.R.P.2010.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2010
À mes filles May et Hélène de Fougerolles et à mon mec Joël Caradec.
Poivre de Cayenne
Paris
1
Dix heures déjà. Jai une sacrée journée et je suis encore à poil ! Vite, quest-ce que je vais mettre ? Tiens la dernière nippe de Chanel. Et maintenant dans mon sac la trousse de maquillage. Où ai-je mis mon portable ? Il faut que jappelle un taxi car je ne prends plus ma Porsche, jen ai marre de conduire dans Paris. Allô France ? Merde, ce standard toujours occupé. Allô Ma-rie-Caroline ! À quelle heure arrive mon premier rendez-vous ? Il est déjà là. Ok, tu lui dis comme dhab. Si si, je serai là dans cinq minutes. Heureusement que jai rangé ce bureau, mon client rentre. Pas mal ce mec. Oh ! Jarriverai à lui fourguer cette usine. Marie-Caroline, réserve une table pour deux à treize heures chez Diep sur les Champs ! Merci. Affaire grassement conclue. Je ne sais pas encore ce que je vais faire ce soir : jai un cock-tail à dix-huit heures au Georges V, Patrick minvite à voir la pièce de théâtre avant que toute la France nen entende parler, Romuald un film absolument génial et Jérôme une soirée un peu plus intime mais de toutes les façons je verrai le jour se lever en même temps que se fermera la porte de chez Castel. Jaime Paris.
9
POIVRE DE CAYENNE
Dix-sept heures, France du standard me passe la communi-cation en me disant que la ligne nest pas très bonne. De St Laurent du Maroni même la chaleur ne passe pas bien ! Ma chère mère, perdue quand elle na pas eu ces deux tasses de thé et pu regarder la messe à la TV me demande de venir les voir. Que se passe-t-il encore ? Cest vrai que je ny suis jamais allée mais St Laurent du Maroni ne me fait pas rêver. Jen veux à mes parents davoir acheté une rhumerie dans ce trou perdu de lAmazonie et je sais quil faut absolument que jy aille car à force de remettre ce voyage cela fait deux ans que je ne les ai pas vus. Mes parents qui vivaient à Paris pleinement heureux et réjouis des très bonnes situations de leurs trois enfants ont eu tout dun coup les plombs pétés, ils nont hésité que pendant soixante secondes chrono entre lassurance Norwich Union qui leur offraient un enterrement de première classe et acheter une rhumerie à St Laurent du Maroni où là nous ferons une tête denterrement. Petit à petit mes parents surent récupérer les deux autres. Philippe ingénieur agronome débarqua à Cayenne rêvant daventures et Théraize prof au lycée Henri IV à Paris eu beaucoup de chance (aux dires de maman) dobtenir une promotion dinstit à St Laurent du Maroni. Il faut que jy aille, mais quand ? Ce week-end je vais à Deauville avec Brice. Le prochain cest Biarritz car Éric joue au golf ! Oh, et puis merde ! Marie-Caroline, peux-tu me prendre un billet Paris-Cayenne acheminement St Laurent du Maroni pour ce week-end et re-tour dans dix jours. MC me dit quil ny a pas dacheminement direct à St Lau-rent du Maroni, cest compliqué, il vaut mieux prendre un taxi arrivé à Cayenne et il y a encore quatre heures de route.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.