Fenêtre sur rêves

De
Publié par

Quand le rêve rejoint la réalité, quand un rêve rejoint un autre, quand des êtres se croisent dans les dédales de leurs pensées nocturnes, il n’est pas toujours simple de trouver la limite entre le rêve et la réalité. Deux personnages vont se croiser, s’éviter, se provoquer, sans savoir s’ils rêvent ou vivent. "Il faut retourner sur les lieux, ne jamais arrêter d’y retourner. Voir, écouter, penser, recommencer. Recommencer indéfiniment, jusqu’à ce que la vérité surgisse. Recommencer peut-être éternellement. La vérité existe-t-elle?"
Publié le : vendredi 30 mars 2012
Lecture(s) : 43
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748359831
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748359831
Nombre de pages : 84
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Rudy Danau
FENÊTRE SUR RÊVES
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0115835.000.R.P.2010.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2010
À celle par qui la porte blanche sest ouverte, et qui partage désormais les plus beaux moments de ma vie.
Les méandres de la nuit
«Lui» Tout nest que mensonge. Le monde est un énorme mensonge sur lequel des milliards dhumains sentraînent à mentir, à se tirer dans les pattes avec la bénédiction de leurs congénères qui en font de même. Dès la nais-sance, on nous ment. On nous donne la vie en sen ventant autour de nous, mais en réalité, on le sait bien, on nous donne surtout le droit de crever comme des rats. Entre ces deux événements, on pourrit lentement, en ten-tant du mieux que lon peut de pourrir les gens qui nous entourent dans lespoir secret de les voir crever avant nous. Et dans ce jeu immonde, on trouve le temps dinventer des choses absurdes : lamitié, lamour, les senti-ments et le bonheur. Tous des mensonges, de la poudre quon nous jette aux yeux. Et on sen contente, pourrissant encore plus vite de voir quon natteint aucune de ses idées préconçues que lon nous force à atteindre. La vie est ainsi faite et depuis des millions dannées, elle continue à tuer quoti-diennement son lot de personnes stupides. Si lêtre humain avait été honnête, il ny en aurait plus un seul sur cette terre pour témoigner. Tous se serraient donné la mort pour ne plus vivre ce cauchemar quon appelle la vie. Aux yeux de Dieu, et de ce que certaines personnes continuent à véné-rer malgré quil soit un assassin, nous ne sommes que de cupides sujets. Et des millions dimbéciles continuent, tous les week-ends à sagglutiner dans des lieux dit « saints » pour rendre compte au malade qui nous gouverne des massacres quil commet. Reproduisez-vous, bande de malades décéré-brés. Donnez-lui quelques sujets en plus, ça loccupera, le gâteux. Et noubliez jamais, quen donnant naissance, vous ne faites quoffrir une victime à un monde qui en possède déjà de trop.
9
FENÊTRE SUR RÊVES
Je vous aurai prévenus, vous ne pourrez jamais men vouloir. Je ne sais pas pourquoi, il y a quelque temps déjà, javais écrit cela. Sans doute avais-je déjà en tête lenvie de mettre fin à cette comédie. Mais la lâcheté ma retenu ici. Je vous aurai prévenus, je suis dingue, je suis un mort en sursis Je suis peut-être même déjà mort !
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Banal oubli

de vents-d-ailleurs

suivant