Feuilleton Belgravia épisode 9

De
Publié par

Feuilleton Belgravia épisode 9.

Fabuleuse saga en 11 épisodes à découvrir chaque semaine, dans la tradition de Charles Dickens et de Jane Austen, Belgravia déroule l’histoire d’un secret bien gardé, dans l’un des quartiers les plus somptueux de la capitale anglaise.
Dans les années 1840, au moment où l’aristocratie commence à être concurrencée par une classe émergente d’entrepreneurs nouveaux riches, la société londonienne est en pleine mutation. Mais c’est quelques années plus tôt que commence l’histoire, à la veille de la bataille de Waterloo, en 1815, au bal devenu légendaire de la duchesse de Richmond à Bruxelles, qui va changer pour toujours le destin d’une famille…
Amours contrariées, intrigues de classes sociales, sans oublier l’importance des domestiques : on retrouve dans ce roman tout le talent et le charme de l’auteur de Downton Abbey.

Publié le : jeudi 2 juin 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709657846
Nombre de pages : 45
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture : Julian Fellowes Belgravia
Page de titre : Julian Fellowes Belgravia

Du même auteur

Snobs, JC Lattès, 2007, nouvelle édition 2016.

Passé imparfait, Sonatine, 2014.

Épisode 9

Le passé, un pays étranger

Assise à la table du petit déjeuner, Anne Trenchard mangeait ses œufs brouillés. James et elle étaient restés éveillés une partie de la nuit, à se demander quel comportement adopter quand Lady Brockenhurst reconnaîtrait publiquement Charles. Tout bien réfléchi, James avait raison. Ils perdraient Charles dès l’instant où la comtesse l’accueillerait dans sa famille. Ils ne pourraient jamais lui expliquer qui ils étaient, ni quel était leur lien de parenté, pas s’ils voulaient protéger la mémoire de Sophia. Ils se contenteraient d’investir dans l’affaire de Charles, ce qui ferait de James son bienfaiteur. C’était le seul lien qu’ils pourraient conserver avec lui. À condition de faire attention à ce que personne ne devine la vérité.

— Désirez-vous une autre tranche de pain grillé, madame ? proposa Turton.

— Pas pour moi, merci, mais peut-être pour Mme Oliver.

Le majordome hocha la tête et quitta la pièce pour transmettre les instructions. James et lui jugeaient excentrique qu’une femme mariée descende déjeuner le matin. Ils auraient préféré qu’elle réclame un plateau dans sa chambre, comme les autres dames de leur milieu, mais Anne voyait dans cette pratique une forme de paresse à laquelle elle ne pouvait se résoudre. James avait cessé de le lui suggérer. Elle remua les œufs dans son assiette sans porter la fourchette à sa bouche. Tout cela lui paraissait terriblement injuste, mais n’était-elle pas responsable de cette situation ? James et elle n’avaient-ils pas rejeté l’enfant et fait de lui un secret bien gardé ? N’était-ce pas elle qui avait vendu la mèche à Lady Brockenhurst ? Anne se demanda, pour la millième fois, si elle aurait pu sauver Sophia. Pourquoi sa merveilleuse enfant était-elle morte ? Et s’ils étaient restés à Londres ? S’ils avaient fait venir un médecin londonien à son chevet ? Elle ne savait pas si elle devait en vouloir à Dieu ou à elle-même.

Absorbée par ses pensées, à vouloir réécrire l’histoire, elle remarqua à peine Susan entrer dans la salle à manger.

— Bonjour, Mère.

Anne leva les yeux et lui fit un signe de tête.

— Bonjour, ma chère.

Susan portait une charmante robe grise. Speer avait dû passer une bonne demi-heure à arranger ses cheveux, soigneusement tirés en arrière, à l’exception des anglaises qui encadraient son visage.

— Votre coiffure est très réussie.

— Merci.

Susan examina la nourriture sur les chauffe-plats, puis prit un siège.

— Turton, dit-elle au majordome qui venait d’entrer à son tour, je crois que je vais me contenter d’une tranche de pain et d’une tasse de café.

— Tout de suite, madame.

— Merci.

Elle jeta un coup d’œil à sa belle-mère et sourit. Anne lui rendit son sourire.

— Vous avez une matinée chargée ?

Susan hocha la tête.

— Plutôt, oui. Je vais d’abord faire les boutiques, puis j’ai un essayage de prévu, et ensuite un déjeuner.

À dire vrai, Susan ne se sentait pas très en forme. Voire pas en forme du tout. Mais elle était bonne comédienne et, tant qu’elle n’avait pas pris de décision, elle ne voulait donner aucun indice de son tracas.

— Où est Oliver ?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.