Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Fort Saganne

De
395 pages

Un "bâtisseur d'empire", un "Français d'épopée", tel apparaît, à distance, le lieutenant Charles Saganne, le héros de ce roman qui, en 1911, dégoûté de la vie de garnison qu'il mène en France, part pour le Sahara. Les tribus nomades du Grand Sud y résistent encore à la pénétration française.


De Djelfa à Tombouctou, au Hoggar, puis au Tassili des Ajjer, il connaîtra, à la tête de ses guerriers chaambas, des aventures qui paraissent aujourd'hui inimaginables. Il connaîtra aussi cette poignée d'officiers qui, isolés par le désert, loin des ordres et de tout contrôle, avaient licence de se comporter en maîtres absolus : grandeur et bassesse d'une conquête. Il sera fasciné, comme le sont encore de nos jours les voyageurs, par les Touareg, dont il apprendra la langue et sur lesquels il écrira un livre. Enfin, envoyé en mission à Paris, il sera mêlé aux intrigues du "parti colonial", et il découvrira, à travers une passion pour Louise Tissot, féministe et romancière célèbre, l'envers mondain de la politique.


A la veille de la guerre de 1914, ses exploits, et en particulier son combat contre le chef Sultan Ahmoud, lui vaudront d'être chanté par les poètes touareg et d'être célébré en héros par les journaux parisiens.


Au-delà de cette légende qui naît autour de lui sans qu'il y prête attention, qui est-il, ce petit-fils de paysan ariégeois ? Est-il, comme le lui dira le père de Foucauld, "un chercheur d'absolu" ? Est-il un ambitieux, avide de revanche sociale ? Qui est-il, ce beau garçon rieur, ce séducteur naïf, inconscient de son charme, qui semble à tous la solidité même, mais qui s'effondre parfois, terrassé par des crises de désespoir radical ? Qui est-il, ce jeune homme qui se méfie des sentiments, mais qui sera sur le point de renier tout ce à quoi il croit pour l'amour d'une femme ? Pourquoi lui, qui s'écriera en apprenant que la guerre est déclarée en Europe : "C'est la plus grande imbécillité de l'histoire !", est-il, depuis l'enfance, tenaillé par le besoin de risquer sa peau ?


Bref, comment est-ce fait, de l'intérieur, un héros d'autrefois ?


Ce troisième roman de Louis Gardel, étayé sur une sérieuse documentation est, certes, une épopée lyrique, vivement enlevée. Elle réveille en nous le romanesque saharien de l'entre-deux-guerres, mais teinté d'un humour, parfois cruel, qui ne laisse pas le drapeau indemne.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

F O R T S A G A N N E
Toucheàtout, Louis Gardel s’est illustré en tant que roman cier avecL’Été fracasséen 1973,Fort Saganneen 1980 qui a reçu le Grand Prix du roman de l’Académie française, et plus récem ment avecLa Baie d’Alger; en tant que scénariste avecIndochine etEstOuest de Régis Wargnier, etNocturne indien d’Alain Corneau. Il est membre du Conseil supérieur de la Langue française, conseiller aux éditions du Seuil et également éditeur.
D UM Ê M EA U T E U R
L’Été fracassé Seuil, 1973
Le Couteau de chaleur Seuil, 1976
Notre homme Seuil, 1986 et « Points », n° P28
Le Beau Rôle Seuil, 1989 et « Points Roman », n° P407
Dar Baroud Seuil, 1993 et « Points », n° P52 réédité sous le titre La Maison du guerrier, Dar Baroud,en 2007
L’Aurore des bienaimés Seuil, 1997 et « Points », n° P546
Grand Seigneur Seuil, 1998 et « Points », n° P774
La Baie d’Alger Seuil, 2007
L o u i s G a r d e l
F O R T S A G A N N E
r o m a n
Éditions du Seuil
T E X T E I N T É G R A L
ISBN9782021219029 (ISBN202005539, édition brochée ISBN2020057816, édition reliée re ISBN2020058871, 1 publication poche nde ISBN2020316269, 2 publication poche)
© Éditions du Seuil, 1980
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Pour Aurélien et pour Fabrice
AVERTISSEMENT
Pour écrire ce roman, j’ai consulté une grande quan tité d’ouvrages et de documents ayant trait, en parti culier, à la pénétration française au Sahara avant 1914. Parmi ces livres et documents, figurent notam ment les écrits laissés par le capitaine Gabriel Gardel, mon grandpère, et surtout le récit qu’il a rédigé du combat d’Esseyène, ainsi que des lettres du comman dant Édouard Charlet, officier saharien de 1900 à 1913. De nombreux extraits de cette correspondance ont été insérés dans les lettres attribuées au héros de ce roman, et qui se trouvent au chapitreVI. Plusieurs épisodes du livre sont largement inspirés d’événements réels. Pourtant, on ne saurait assimiler les personnages que j’ai imaginés à des officiers ou des personnes publiques impliqués dans ces événements. L. G.
Chapitre 1
Charles Saganne est beau. Au premier regard il touche. Naturellement, beaucoup d’hommes, et beaucoup de femmes aussi, s’arment contre cette séduction ; au second regard il est accepté tout entier, ou obscurément craint et parfois haï. Lui connaît son pouvoir, mais vaguement. D’ordinaire il l’oublie. Une ou deux fois par mois, pendant quelques secondes, il se sent irrésis tible. C’est alors qu’il l’est le moins : dans la pose son visage se bute, il a l’air impitoyable. L’attrait qu’il exerce est dans sa démarche, son port de tête, dans le jeu de ses épaules, de ses hanches, de ses genoux. L’épaisseur des vêtements n’y fait pas obs tacle. Aperçu de dos, au fond de quelque caserne, le torse mal pris dans une vareuse d’exercice, les jambes alourdies par le pantalon de laine, il inspire le même élan que lorsque son regard rencontre le vôtre. Ses yeux sont clairs, verts ou bleus, selon la lumière. Jusqu’à l’adolescence, ses cheveux sont restés trop blonds, ses traits trop fins. Il aurait pu en souffrir. Ça n’a pas été le cas. Il ne se soucie pas de son apparence. À SaintHippolyteduFort, chez les enfants de troupe, puis dans les zouaves au soleil d’Alger, il a gagné un visage, un cou et des mains auxquels conviennent les gros savonnages. Quant à faire l’élégant, comme il n’en a jamais eu les moyens, il n’en a pas pris le goût.
11
Depuis l’âge de seize ans il se satisfait des uniformes que l’armée fournit. Son unique folie, il l’a faite à Saint Maixent, il y a deux ans, après avoir entendu la voix du colonel commandant l’École faire retentir son nom aux échos de la cour, devant les nouveaux officiers rangés au gardeàvous : il était major de sa promotion. Sitôt la cérémonie terminée il a couru chez le bon bottier et a commandé des bottes à ses mesures. Grand seigneur par timidité, il ne s’est enquis du prix que lorsqu’il était trop tard pour se dédire : cinquante francs. Il était furieux. Ces ruineuses merveilles sont galbées si près du mollet qu’il faut l’aide de deux hommes pour les tirer. Il les fait durer : depuis qu’il les possède, il ne les a pas mises dix fois. Mais il ne s’en sépare pas. Pour l’heure, alors qu’en quittant Grenoble il a fait expédier toutes ses affaires à Marseille dans une cantine, les bottes et leurs embauchoirs de bois pèsent au fond du sac qu’il a balancé sur son épaule. Le train l’a laissé à Foix après dixhuit heures de trajet et trois changements. Au buffet de la gare il a mangé, à même la table de bois, une cuisse de canard et une assiette de haricots. Puis il a traversé la ville et s’est engagé sur la route de Daillou. Depuis deux heures il marche. Il marche à foulées comptées, attentif à ressai sir le vif de sensations très familières. Il n’est pas né à Daillou. Dans la ferme de son grand père il n’a jamais passé que le temps des vacances, lorsqu’il était enfant. Adulte, il n’y est revenu, à de longues années de distance, que pour quelques jours, entre deux trains, comme aujourd’hui. Et pourtant, son pays c’est ici, c’est l’Ariège : ces vallées où, suivant leurs troupeaux, se sont succédé ses ancêtres, ces montagnes que son père a été le premier à quitter. Sur les pentes, l’herbe est couchée, longue et jaunie. Son uniforme de chasseur alpin fait une tache bleunoir sur ces fonds pâles.
12
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin