FR Eldorado

De
Publié par

Partir, partir quand la conscience prend le pas sur l'immobilisme, quand vouloir s'en sortir est plus fort que le lien indéfectible de l'amour qui unit la famille. Partir, émigrer de chez soi, quelquefois pour des dizaines d'années, laissant derrière soi sa famille, ses amis, sa culture, son histoire, ses amours. Partir parce que c'est la seule solution, pour avoir une socialisation de sa vie quelque peu correcte, qui permette de prendre le relais des parents. Partir, unique moyen, quand tout le reste est épuisé. Partir pour refuser le repli sur soi, l'assistanat outrancier, seule consolation quand la désespérance jette son dévolu. Partir c'est quelquefois une nécessité inéluctable pour qui veut sortir de l'exécrable pour atteindre le meilleur. Il faut pour cela trouver son eldorado.

Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 21
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789999996903
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Il est évident que Robert qui, depuis des années, espérait une chance d’avoir un bon emploi bien rémunéré, aurait pu profiter de cette opportunité pour partir comme tous ces jeunes de sa génération l’avaient fait ou étaient prêts à sincèrement l’envi-sager, le but étant d’éviter les galères quotidiennes qu’ils rencontraient dans l’immédiat et d’avoir un emploi stable. Il voulait travailler mais refusait l’idée de s’expa-trier loin de sa famille, sans aucune assurance de pouvoir les revoir quand il en ressentirait l’envie. C’est une démarche qui, sur le moment, était au-dessus de ses forces. Il subissait depuis déjà longtemps les dures lois du chômage et s’en accommodait autant qu’il le pouvait sans se plaindre. « À chaque jour suffit sa peine », pensait-il pour se donner du cœur à l’ouvrage quant il trouvait un job comme il avait coutume d’appeler ces engagements qui ne dépas-saient pas le temps d’une récolte ou des besoins immédiats d’une quelconque entreprise. « Le destin est quelquefois cruel », grognait-il souvent, quand il se voyait recalé par le directeur d’une entreprise à laquelle il avait expédié un CV, qui sous des prétextes plus où moins fallacieux refusait son engagement.
7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.