//img.uscri.be/pth/e6b6b1b2698d7a92725680d81922a8961695abdc
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Fragments d'une planète inconnue - Tome 2

De
194 pages
Durant les dernières années de sa vie, Ariane Buisset a beaucoup écrit de nouvelles. Venant à la suite du premier tome "Comme un duvet sur la vitre", ce deuxième tome regroupe – comme elle le souhaitait – des oeuvres variées, graves ou plus légères qui, à la façon d'un kaléidoscope, constituent une sorte de testament. Et si la Terre était une planète inconnue, quel regard extérieur poserait-on sur l'humanité? Thèses philosophiques, textes législatifs, rituels, tranches de vies, extraits d'oeuvres fictionnelles..., autant de vestiges d'un métissage de cultures sur lequel l'auteur choisit de se pencher avec humour. Au fil de nouvelles décalées, variées dans leurs formes et thématiques, Ariane Buisset se moque, s'interroge, s'amuse, s'étonne. Il y a de quoi!
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Fragments d'une planète inconnue
Du même auteur
Comme un duvet sur la vitre – Tome 1, Éditions Publibook 2015
Les Religions face aux femmes, Éditions Accarias 2008
La Poignée de riz du Bouddha, Éditions Almora 2005
Le Maître de la laque, Éditions du Relié 2003
Le Petit livre des religions, Éditions Trajectoire 2001
La Réconciliation, Éditions Adyar 1996
Pour l’amour de terre, Éditions Souffle d’Or 1991
Le Dernier tableau de Wang Wei, Éditions Albin Michel 1988
Ariane Buisset Fragments d'une planète inconnue Œuvres posthumes. Tome 2 Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 175, boulevard Anatole France 93200 Saint-Denis – France Tél. : +33 (0)1 84 74 10 24 IDDN.FR.010.0120291.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
Introduction Les documents et témoignages qui vont suivre ont été trouvés sur les fragments d’une planète inconnue dont les débris signalés par divers navigateurs, ont été récupérés par des écumeurs de l’espace, revendus au marché noir, puis mis à l’abri par des scientifiques, pour être étudiés en détail. L’ensemble des histoires qui y sont rapportées, des thèses philosophiques qui y sont développées, des textes législatifs et des rituels qui y sont consignés, couvre de toute évidence une longue période. Ce n’est pas une civili-sation qui apparaît sous nos yeux, mais un tissage de cultures multiples dont la seule caractéristique commune est de ne rien avoir de commun avec la nôtre. Mon travail a été de tenter d’offrir pour la première fois au public ces documents dans leur ensemble, en tentant dans la maigre mesure de mes moyens de les dater, d’établir entre eux quelques liens, et dans le cas de pièces inachevées d’en résumer la fin probable, ou celle que le croisement avec d’autres sources avait fait connaître. Ce travail est d’autant plus urgent que nombre de textes publiés sur la planète inconnue par des auteurs sans scru-pules et avides de profit ont donné naissance à une pléthore de fausses croyances et à des religions dont les dogmes détestables constituent une menace autant pour les individus que pour l’Etat. Ces écrivaillons illuminés n’ont pas hésité à rassembler les foules au nom de révélations fallacieuses, alors même qu’ils n’avaient jamais eu les textes de la Véritable Reli-gion en main, ceux-ci se trouvant depuis toujours dans la
9
bibliothèque blindée du Centre de Recherche Intergalac-tique. Ils n’avaient en leur possession que quelques cailloux occultes sans valeur circulant dans l’illégalité et dont la plupart se trouvèrent être des faux, quand bien même, sur la planète inconnue, ils avaient éveillé l’attention de plusieurs milliardaires assez naïf pour les acquérir. Fragment UN Extrait d’un livre pseudo-religieux Dieu le Père et Déa la Mère En ce temps-là, la Grande Déesse qui était tout et vivait seule face à elle-même, décida d’aller voir les Terriens qui n’étaient rien, mais dont elle était cependant la mère et la créatrice, tandis qu’ils ignoraient qu’ils étaient Elle, de la même manière qu’une cellule de l’estomac est totalement l’Etre dont elle n’est qu’une cellule, tout en menant sa vie propre, et sans rien savoir des desseins qui la dépassent. La Grande Mère donc, tout en étant les feuilles des arbres et les larmes des lacs, les pics enneigés des mon-tagnes et le charbon noir des mines, les biches agiles et les rampants vers de terre, ainsi que les humains femelles et mâles, ignorait elle aussi comment ceux-ci vivaient, affli-gés des perspectives limitées qui étaient les leurs. De l’infini vers l’infime et de l’infime vers l’infini, identité n’est pas savoir. Identité est ignorance mutuelle. La Grande Mère, dans son immense compassion décida d’aller vivre un temps chez les humains afin de voir com-ment elle pourrait les aider. Mais pour cela, bien que n’ayant ni début ni fin, il lui fallait naître. Ici le fragment est si détérioré qu’il devient impossible à lire.
10