//img.uscri.be/pth/34c64b1c692a404335253c6ed02bf78386d38fc4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Galys

De
249 pages
Lisbeth et Daniel, séparés par les adultes, par une mer, par la vie, peuvent-ils se résigner à laisser échapper ce bonheur que quelques jours d'intimité et de liberté leur ont fait entrevoir ? Mais à treize ans peuvent-ils se soustraire à la dictature des adultes ? Et si malgré cette jeunesse, ou grâce à elle, ils trouvaient dans leur amour toutes les ressources pour décider de leur avenir ?... Si cette évidence de n'être pas deux, mais un, leur faisait réaliser l'impossible ? C'est ce que nous dévoile le deuxième volet de Galys.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2
Titre
Galys
3
Titre Frédéric Gabriel
Galys ...et la diversité de l'être  Deuxième partie
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01172-2 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304011722 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01173-9 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304011739 (livre numérique)
6
.
8
CHAPITREI
Les deux oncles de Daniel l’attendaient au port. Michel, qui effectuait son service militaire quelque part en métropole, et Yves, l’aîné, celui qui tenait naguère un atelier de peintre-décorateur sur les hauteurs d’Alger et qui, au-jourd’hui, ne possédait plus rien. Même cette voiture, une Dauphine bleue, lui avait été prê-tée. L’adolescent leur parut trop silencieux. Il répondait à peine à leurs questions. Il les écou-tait distraitement parler du lieu où l’Histoire l’avait expédié, l’annexe de la maternité de Bourg-en-Bresse, qui avait été rouverte pour accueillir quelques familles de rapatriés. Michel finit par deviner qu’il ne pouvait y avoir qu’une histoire de fille pour expliquer la mélancolie du garçon. On pouvait lui faire confiance pour ses jugements dans ce domaine, sa réputation de séducteur avait été faîte depuis longtemps dans la famille. Son neveu semblait avoir suivi son exemple. Il posa les questions qu’il fallait. Celui-ci répondit avec une immense fierté qu’elle était Anglaise, que c’était la fille la
9
Galys
plus blonde et la plus belle qu’il ait jamais vue. Elle lui avait laissé son adresse. Il allait tout de suite lui écrire. Il ne dit rien de ce qu’il s’était passé entre eux, même à Michel qui avait ten-dance à se vanter de ses conquêtes féminines. Mais il se sentit un peu mieux après avoir parlé d’elle. Les trois pieds-noirs dormirent dans la Dau-phine avant le passage de la frontière espagnole. Ils reprirent la route à l’aube parmi des vacan-ciers insouciants. Et pendant tout le trajet, Da-niel pensa à sa princesse, il lui semblait sentir sa main dans la sienne, son genoux contre le sien, sa présence chaude et parfumée sur le siège à côté de lui. Il regretta de s’être lavé, il avait per-du l’odeur de son amour pour lui… Comme elle lui manquait. Jamais de tout son séjour il n’avait été séparé d’elle aussi longtemps. Il avait une telle envie de revoir ses merveilleux yeux gris. Ce n’était pas de ses baisers, ses câlins, son corps dont il se sentait le plus frustré. Mais juste de sa présence, de l’attention qu’elle ne cessait de lui porter en toutes circonstances. Cette sen-sation d’être son centre du monde à elle… Quand elle était à ses côtés, il existait. Loin d’elle, il n’était plus qu’un animal en train de crever. Il apprit au cours du voyage qu’il ne revien-drait jamais en Algérie, ni lui, ni aucun membre de sa famille. Sa mère resterait là-bas tant
10