Gare de Viarmes

De
Publié par

Quand je t'ai vu arriver sur ce sentier, alors que j'étais assise sur une souche d'arbre, je crois, j'ai tout de suite compris que tu étais ailleurs. Non pas au sud, au nord ou à l'est mais complètement à l'ouest. Le pas bienveillant, certes, mais un peu anxieux tout de même, la tête baissée croulant sous le poids d'un milliard de points d'interrogation qu'on voyait à l'oeil nu. J'ai instantanément compris que c'était toi que j'attendais. Le maître des questions sans réponse. L'expert en interrogations futiles. Le seul, probablement, qui croit encore qu'on peut trouver midi à quatorze heures. En cherchant bien. Même physiquement, station debout et sur le profil droit, tu ressembles à un point d'interrogation. Avec ton ventre rond en avant, la courbure de tes reins, tes chevilles qu'on voit à peine et tes petits pieds qui font le point. Voilà, c'est ça! Tu fais le point avec tes pieds! Oméga éclata de rire comme si on lui avait raconté une bonne blague qu'elle ne connaissait pas.
Publié le : mercredi 28 mai 2014
Lecture(s) : 24
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342023756
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342023756
Nombre de pages : 102
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Jean-Paul Dessioux GARE DE VIARMES
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0119650.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2014
C’est le début… C’est la fin aussi. Le début, la fin, c’est pareil… Début de quoi ? Fin de quoi ? Enfin, disons ceci, aujourd’hui, pour Alpha, c’est le début de quelque chose et la fin d’autre chose. Nos vies sont rythmées par des débuts et des fins. On commence un nouveau travail, on rompt avec celui ou celle qu’on a aimé. On arrête de fumer, on reprend le sport. Ou l’inverse… On change de logement, on se fait couper les cheveux. On jette de vieux vêtements, on achète une nouvelle voiture… Nos vies sont faites de ruptures et de rebonds censés faire renaître l’espoir. Tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la vie… Toute cette agitation est inutile, on le sait… On meurt à la fin. Alors on est tentés. Ah ça oui, on est tentés ! On est tentés de laisser tomber. On se dit souvent, à quoi bon… Tout ça n’a pas de sens ! Enfin, Alpha se dit ça… Et quelques autres. Pas si nombreux. Alpha est incorrigible. Il pense. Oh, bien sûr, les autres aussi pensent. Ses collègues de travail, par exemple, pensent aussi. Ils pensent à des tas de choses! Ils pensent même à des choses auxquelles Alpha n’a jamais pensé. Acheter une maison. Se constituer un patrimoine. Protéger sa famille en souscrivant une assurance décès. Ils pensent à leur carrière, à leur retraite. Ils pensent à acheter du pain avant de rentrer chez eux…
7
GARE DE VIARMES
Alpha, quant à lui, pense à des trucs complètement inutiles. Il en souffre. Tenez ! Pas plus tard que ce matin… Le début de l’histoire. Alpha fait le constat suivant : « Je ne suis pas libre ! ». Je suis enchaîné de toute part. Les liens sont invisibles mais bien réels. Mes faits et gestes sont épiés. Mes pensées sont dirigées. Mon esprit est manipulé. Mes désirs sont suscités. Ma conduite est imposée. Mes écarts sont sanctionnés. Mon allégeance est récompensée. Ma neutralité, quoique suspecte, est tolérée. Je suis fiché, étiqueté, classifié, visionné, numérisé, formaté ! Alpha n’a pas tort… Prenons l’exemple d’une journée ordinaire d’Alpha : Le matin, le réveil sonne à six heures trente. Alpha doit se lever. Il n’en a pas envie. Son employeur n’admet aucun retard. Ce réveil prématuré lui est imposé. Coercition… Il allume la radio. Les infos. Le journaliste lui apprend que la taxe d’habitation va augmenter de cinq pour cent. C’est comme ça. Rien sur son salaire qui n’a pas évolué depuis trois ans. Sujétion… La météo. Le commentateur précise qu’il va faire froid aujourd’hui. Il lui conseille de bien se couvrir. Alpha n’y aurait pas pensé. En été, ce même commentateur l’invitera à se protéger du soleil et à boire de l’eau. Conseils, ô combien utiles, tant il est vrai que, d’une année sur l’autre, on a tendance à oublier qu’il fait froid en hiver et chaud en été. Infantilisation… La pub. Dans ce domaine, l’approximation, l’équivoque, la confusion, voire le mensonge, sont la règle. Exemple: un annonceur nous fait savoir que son produit est « probablement »le meilleur du marché. Invérifiable. Inattaquable. Meilleur en quoi? Par rapport à quoi? Probablement? Ce n’est pas sûr alors ? Personne ne prendra la peine de prouver le contraire. D’ailleurs, on s’en fiche un peu. Ça doit être vrai.
8
GARE DE VIARMES
Et les messages politiques paissent et gambadent dans les mêmes champs sémantiques que les messages publicitaires. Normal, un fabricant de papier hygiénique et un candidat à l’élection présidentielle peuvent faire appel à la même agence publicitaire pour leur promotion. Manipulation… Alpha est prêt. Il va sortir de chez lui. Il vérifie tout. Ses papiers en cas de contrôle. Sa carte bleue, son chéquier pour ne pas paraître indigent. Son portable pour être en phase avec le monde. Dans le hall de l’immeuble, il passe devant une première caméra de surveillance. Dans la journée, il sera filmé plus de dix fois sans qu’il le sache. Le jour et l’heure exacts de son passage sont enregistrés quelque part sur une bande ou une puce. Où ça ?Susceptible d’être visionnée par qui? Dans quelles circonstances ?Alpha n’en sait rien. Il pourrait peut-être le savoir. La loi le prévoit sans doute. Mais à qui s’adresser? Il faut écrire. À qui dites-vous? Trop compliqué. Pas le temps. Obstruction… Dans le métro, il rencontre une équipe de contrôleurs. Pas moins de dix agents planqués à la sortie d’un virage! Il croise également un groupe de CRS sur un quai et une patrouille de paras dans le hall de la gare. Intimidation… Il arrive au travail. Ce ne sont qu’injonctions, préconisations, recommandations, obligations… Il finit sa journée. Il décide (mais va savoir…) d’acheter le dernier CD de « Machin » dont il a entendu un extrait à la radio à maintes reprises et qui ne lui est pas sorti dela tête. Suggestion… Il paie avec sa carte bleue. Dès lors, une éventuelle enquête policière pourra déterminer avec une précision toute informatique qu’Alpha achetait un CD à 17 h 45, à 500 mètres de son bureau, alors que sa fin de service est normalement fixée à 18heures. À défaut d’être accusé du meurtre de la petite vieille, trucidée dans ce même magasin de CD dix minutes après
9
GARE DE VIARMES
qu’Alpha en fut sorti (car Alpha n’est pas un assassin…), il devra sans aucun doute expliquer à son employeur, quand les policiers auront de mauvaise grâce remisé leurs soupçons, ce qu’il pouvait bien fiche dans ce coupe-gorge à 17h 45alors qu’il était censé attendre sagement l’heure du départ en mettant de l’ordre sur son bureau ! Inquisition… Le portable d’Alpha, comme tous les portables, même éteint, accroché à sa hanche droite, fait usage de balise. On peut le suivre à la trace ! Dans cette même enquête policière, on aurait pu démontrer qu’il se rendait fréquemment sur lePont de Tolbiac et toujours par temps debrouillard! On n’ose imaginer les conclusions qui auraient pu être tirées de ces pérégrinations si l’enquête avait été poursuivie! La police voit desmystèresoù il n’y a que des coïncidences. C’est son métier. Alpha est très prudent avec son portable… Ainsi, il s’interdit de prononcer des mots, des noms propres ou des formules comme : « TNT, OGM, Centrale nucléaire, Frais de bouche à la mairie de Paris, Fraude électorale, Action directe, Anarchie, Ben Laden, Athéisme » sous peine d’avoir la DST, les RG, la CIA, la NSA à ses trousses. « Échelon… ». Alpha n’est pas libre et un peu parano… La liberté est-elle seulement possible ? La question est-elle seulement utile? Alpha sait qu’elle ne l’est pas. Mais Alpha, il est comme ça. Quand on est en prison, on sait que la liberté est derrière le mur. C’est simple. Nul besoin de philosopher. D’abord sortir de là. On verra après. Alpha n’est pas en prison. Il peut se déplacer, dormir et manger quand il veut. Enfin dans la mesure où son patron lui en laisse le loisir… Et dans la mesure où il n’a pas d’obligations domestiques, familiales, administratives, logistiques ou que sais-je encore…
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant