Histoires sans visages

De
Publié par

Un jour, c'est vous. C'est son histoire à elle. Lorsque Alexandra recueille un petit Philippin, elle se souvient que le visage du malheur peut recouvrir celui de l'enfance...

Publié le : samedi 6 avril 2002
Lecture(s) : 41
EAN13 : 9782748101645
Nombre de pages : 181
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Histoires sans visages
Oliver Bauer
Histoires sans visages
ROMAN
© manuscrit.com, 2002 ISBN: 2-7481-0165-0 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-0164-2 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
Prologue
Il fait nuit. Il erre, apeuré dans les nuits glacées de Paris. Il est seul. Le moindre bruissement le ter-rifie. Chaque passant le dévisage tel un indésirable. Regards emplis de répulsion, sertis dindifférence. Il a froid, faim. Tous semblent rester impassibles à sa détresse, insensibles à sa souffrance. Personne ne tente de secourir cet enfant pourtant affamé, frigori-fié, exténué. Le petit na pas dix ans, mais paraît dénué dâge tant sont meurtris les traits de son visage, par trop marqués dempreintes et de souillures indélébiles. Seuls quelques linges défraîchis protègent encore son maigre corps endolori. Jusquà ses mains, presque totalement flétriesIl semble être à la recherche dun abri, dun toit où sabriter de ces torrents deau qui se déversent depuis quinze jours déjà sur notre capitale. Un petit coin où se blottir, un lieu où trouver enfin un peu de réconfort, un soupçon de chaleur, un semblant dhumanité
Lenfant seffondra sur le sol. Incapable de sup-porter davantage ce pesant fardeau. De poursuivre ce long périple, cet interminable calvaire. Son maigre corps inanimé était tout recroquevillé, comme pour se protéger. Se protéger du monde, des adultes, de leur perversité.
7
Histoires sans visages
Lenfant se tenait là, près dun porche, blême. Dune lividité saisissante, dune pâleur qui semblait émaner doutre-tombe. Une pâleur qui sapparentait à une image angoissante, répulsive. Limage résolue de la fin.
8
1ERE PARTIE
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.