//img.uscri.be/pth/b04da5759696078350e70fdcbc9c06a331c9818b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Hypocrises

De
293 pages
Voici sept récits inspirés du quotidien mais qui ne sont pas exempts d'insolite, d'anticipation ni de surnaturel. Des sujets aussi sérieux que l’étiolement politique d’un cacique local, l’amour filial chez les déshérités, la retraite contrite d’un petit chef, le retour d’un enfant prodigue au XXe siècle y sont abordés non sans un certain détachement goguenard. Des échantillons de la vie de gens pour la plupart ordinaires, des destins imprégnés de banalité qui dérivent soudain vers l’incontrôlable, les hypothèques d’un passé qu’on croyait oublié, voici la composition de ces HYPOCRISES. Point d’ambition prophétique ni de projet édifiant dans ces textes : juste un éclairage tamisé et parfois rasant sur les insignifiances qui peuvent changer notre existence.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Hypocrises
Christian Hyommeph
Hypocrises
NOUVE LLE S
Le Manuscr it w w w . m anuscr it . com
© É ditions Le Manuscrit, 2005 20, rue des Petits Champs 75002 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@ manuscrit.com ISBN : 2748149297 (fichier numérique) ISBN : 2748149289 (livre imprimé)
CH R I S T I A NHY O M M E P H
Préambule : RE NCONTRE S MUSICALE S « Commentmêmecommenceràtoutcouchersurlepapier, sanscescontraintesraffinéesettoutesces entraves, quoi, les tabous littéraires et les frayeurs grammaticales… »Jack KE ROUA C  Minuit, autrefois l’heure du crime, est devenu désormais la clé de voûte du succès commercial. Les artificiers de la mercatique ( toubonisme populaire ) ont donc décidé, pour attiser la concupiscence des chalands, d’entamer la diffusion de produits très attendus des masses avides de primeur à ce moment fantasmagorique du cycle terrestre.  Ainsi se vident les étagères de leurs contenus, PlayStation 2 ouHarry Potter 4, derniers avatars du décervelage poststallonien. Personnellement, les Potter, je les préfère musiciens ; Tommy, l’ancien, contrebassistesidemanParker, ou Chris, le jeune, de talentueux anchiste du jazz newyorkais contemporain. L’autre, le petit sorcier, est trop pokémonisant pour ne pas susciter ma défiance.
9
HY P O C R I S E S
…la MusiqueFini ! la Musique ! en l’an 2000, plus d’Musique. L éo FE RRÉ – Mister Giorgina (1962)j’étais fasciné par les accordéonistes deE nfant, mon quartier qui étalaient, deux ou trois fois l’an, leur virtuosité sous les kiosques des jardins publics. Plus tard, j’ai viré ma cuti pour les souffleurs de Dixieland. La paresse m’a fait renoncer à l’apprentissage du solfège, cette syntaxe du langage anciennement universel.  E nfin, Clifford et Trane vinrent et je ne décollai plus de laGreat Black Music. …la Musique Toute musique qui ne peint rien n’est que du bruit.  Jean L e Rond d’A L E MBE RT Présentement, la musique dominante est comme l’idéologie de même nature, rabâchée, numérisée, calculée, formatée, prédigérée pour un succès assuré. Tout est de la même veine que les brimborions chèrement monnayés servis en médianoche.  Bien sûr, le Ministère Mondial de la Culture veille à ce qu’il reste quelques créateurs épars et mal considérés dont lesMajors étranglent les initiatives, édulcorent le répertoire, les conduisant lentement à la muséification.
10