Il a plu sur nos rêves

De
Publié par

Etre spiritualiste ou ne pas être ? Exister à moitié ? Hasard ou Intention, qui décide pour nous ? C'est ainsi que, par une nuit d'octobre, je longeais une petite route, un de ces routins de chez nous qui sont blancs au soleil, bleuâtres au clair de lune et bordés de noyers. Comme je regardais le ciel sans y rien remarquer de particulier, je me suis étalé de tout mon long dans le fossé et me suis relevé en proie au sentiment ambivalent d'être à la fois celui qui compte les étoiles filantes et celui qui essuie la boue de son pantalon. Une des deux moitiés était manifestement de trop et j'ai renoncé pour toujours à la part du brosseur. Je n'ai jamais regretté ce choix et pourtant, depuis cette nuit d'automne, ma vie est devenue un enfer.
Publié le : vendredi 17 juin 2011
Lecture(s) : 46
EAN13 : 9782304026849
Nombre de pages : 355
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Il a plu sur nos rêves
3
Titre André Pignon
Il a plu sur nos rêves
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02684-9 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304026849 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02685-6 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304026856 (livre numérique)
6
.
.
8
Il a plu sur nos rêves
ÀLOMBRE DES LUMIÈRES
Dans l’abîme qui sépare notre vision du monde de celle des islamistes, l’influence des Lumières serait, dit-on, déterminante. Opinion politiquement correcte : Pour criti-quer tant soit peu l’Islam la caution de nos bons encyclopédistes est le minimum acceptable. Correcte mais aussi inepte, le fossé qui existait déjà au temps de Pascal est la traduction de nos interprétations respectives du monde. Faute de pouvoir établir une chronologie indiscutable des causes et des effets, faute de pouvoir nous exprimer librement sous le regard de censeurs méprisables mais puissants, il convient de rester circonspects dans le regard que l’on porte sur l’irréfutable interaction qui unit, dans ce do-maine particulier, nature et culture. Un fossé, donc, existe bien qui, avec le temps, paraît infranchissable, mais la poignée de penseurs qui a incarné un temps la vision de l’homme en Occident en est-elle responsable ? Ils ont tendu la main à l’univers, mais l’univers ne l’a pas saisie. Leur sourire, assurent certains,
9
Il a plu sur nos rêves
n’était pas assez large pour dissimuler la guillo-tine. D’autres avouent avoir gardé les yeux fixés sur l’autre main, celle qui n’était pas tendue, celle qui restait fermée. Il semblerait, de sur-croît, que les uns et les autres se soient trompés d’univers. Depuis plus de quatre mille ans, pourtant, l’affaire couvait, les prophètes l’avaient annoncée, hautbois et musettes l’avaient claironnée, la terre était labourée, le terrain préparé. Episode signifiant dans une continuité plurimillénaire, le siècle des encyclo-pédistes héritait d’une noble lignée (Montaigne, Descartes, Pascal, Montesquieu - pour ne citer que des Français). Après quelques regrettables accidents de parcours, d’autres étaient montés en scène pour jouer l’acte suivant (Chateau-briand, Constant, Tocqueville, Renan, xxxx, xxxxx… - à partir de Renan - et même un peu avant - tous les noms sont censurés.) Barytons gallois, sopranos roumaines, ténors italiens, asperges d’Argenteuil : à chacun son terroir et sans doute notre sol est-il propice à l’éclosion d’une forme particulière de culture ? Une parenté existe bien entre un cheval du Ca-dre Noir et une oie gavée du Gers ou, si l’on préfère, entre lesMémoires d’outre-tombele dans rôle du cheval et l’Etre et le néant danscelui de l’oie. Fruit sec du succès très relatif de 3000 ans d’efforts helléno-judéo-chrétiens, l’homme des
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.