//img.uscri.be/pth/56eb5d98a3c4dc553e1d6b3a232bd6f2970e4d97
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

IL FAUT CHOISIR SON CAMP

De
115 pages
Mais quel est donc le point commun qui réunit un vieux garde-forestier qui sent la mort approcher et un jeune surdoué, issu de la communauté " des gens du voyage"?Tous deux sont tourmentés par un passé trop lourd, un passé ignoré qui touche à notre histoire.JOEL MANGIN, historien,s'est inspiré de faits réels , l'internement et la déportation des Tziganes pendant la seconde guerre mondiale, sujet oublié et occulté par l'histoire pendant de longues années et qui surgit pour la premiere fois dans la littérature contemporaine.A cette époque, comme aujourd'hui, les protagonistes de ce drame ont appris que chacun doit constamment choisir son camp
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2

Il faut choisir son camp

3
Joël Mangin
Il faut choisir son camp

Roman
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-9560-4 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748195606 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-9561-2 (livre numérique)
ISBN13 (livre numérique)

6





À tous les gens du voyage, fils et filles du vent…
À toutes les victimes connues ou inconnues de la
guerre…
À mes petits-enfants chéris : Grégoire, Maxime,
Camille, Mathieu,
avec l’espoir qu’ils ne vivront jamais
dans un monde où l’on enferme des enfants… .
8
JOURNAL DE LÉON BEAULIEU
erMercredi 1 Septembre 2004
J’ai décidé de parler… Le poids du secret
pèse trop lourd sur moi surtout depuis que je
viens de doubler le cap des 87 ans et que le
médecin m’a avoué que le mal qu’il soigne
depuis longtemps mérite vraiment le nom de
longue maladie …
– À votre âge, çà n’évolue plus et vous avez
une bonne chance de finir centenaire ! a-t-il
ajouté avec un clin d’œil qui se voulait
complice …
Mais toute son attitude démentait ses paroles.
Mes jours sont comptés … Ça ne m’attriste pas
plus que ça car ma vie n’est plus qu’une longue
solitude… Charles Aznavour brutalement s’est
mis à fredonner dans ma tête …
« Il faut savoir quitter la table
Quand le meilleur est desservi
Et qu’il ne reste que le pire
Dans une vie bête à pleurer… »
9 Il faut choisir son camp
Tu parles, Charles, comme si ç’était facile
même quand c’est accepté ! La seule chose qui
m’amuse, c’est d’imaginer ce que diront de moi
à mon enterrement, ceux qui m’ont connu ou
côtoyé … J’aurai déjà droit à plusieurs faire-part
dans le Bien Public, ce n’est pas si courant pour
un très vieux monsieur, retraité depuis 27 ans !
À côté du traditionnel et modeste avis
familial, l’Administration de l’ONF , autrefois
Eaux et Forêts, les membres du Conseil
municipal de Varnot et surtout l’Amicale des
(rares) Anciens Déportés du Strutthof
honoreront leur vieux camarade de leurs regrets
éternels. J’entends déjà les réflexions de ceux
qui me connaissent …
Le père Beaulieu ? Pour un ancien déporté, il
a rudement bien tenu le coup ! Dans les Eaux et
Forêts, il ne se cassait pas trop la santé à se
balader tout le temps dans la nature ! L’État lui
a payé une convalescence à vie dès l’âge de
trente ans !
Monsieur Beaulieu ? Un bien brave homme
un vrai héros et si modeste !

Le vieux schnok qui habitait au bout du
village ?… Il paraît qu’il était un rien cinglé …
Il prétendait qu’il fallait parler aux arbres et que
la vie en forêt permet de guérir toutes les
maladies possibles et imaginables ! Un vrai
dingue !
10 Journal de Léon Beaulieu
Le Léon ? Un écolo avant l’heure, le dernier
spécimen en son genre, quelqu’un qu’on aurait
dû écouter avec plus d’attention …
Le vieux garde-forestier ? Il paraît qu’il a
inspiré un de ses personnages à l’écrivain Henri
Vincenot ! Si, si, je le sais de bonne source !
Et patati et patata, au moins il y a matière à
causer et la correspondante du journal pourra
pondre un article nécrologique bien étoffé !
Mais trêve de morosité, je dois parler…
Parler de quoi ? Ça, mon cher lecteur, pour
l’instant encore inconnu, tu le sauras en temps
voulu…
Le secret à confesser est trop lourd, il faut
que quelqu’un le porte avec moi pour me
présenter plus léger devant le Juge Suprême…
Je l’avais pas mal oublié celui-là depuis quelques
temps… Le voilà, qui lui aussi, refait surface…
Il paraît que lorsque l’on devient gâteux, ce sont
les souvenirs les plus lointains qui se projettent
d’abord dans la mémoire… Je vais donc en
profiter pour mieux préparer ma confession…
11