//img.uscri.be/pth/2d4ccc5a1beb681b54237520fc84b537caf48bf1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Je m'appelle Jennylyn

De
192 pages
Jennylyn entreprend un voyage à travers l'Europe, sur les traces de son père inconnu...

À 20 ans, Jennylyn décide de prendre une année sabbatique pour partir à la recherche de son père qu’elle n’a jamais connu. Ce poète russe a autrefois vécu un été passionné avec sa mère, avant de disparaître sans savoir qu’il allait devenir père.

De Genève à Odessa, en passant par Paris, Vienne et Prague, Jennylyn recrée le passé de son mystérieux père, remplissant en même temps les trous de sa mémoire. Cela lui permet d’asseoir son identité. Les lieux, comme des tableaux, prennent réellement vie au fur et à mesure que la jeune femme avance dans sa quête.

Ce roman retrace avec sensibilité un parcours initiatique féminin à l'aube de l'âge adulte.

EXTRAIT

Je m’appelle Jennylyn. Les gens aiment ce prénom, du moins ceux qui m’entourent, comme la plupart de mes nouvelles connaissances. Quand mon père et ma mère se sont rencontrés, ils sont partis quelques jours à la montagne dans un petit chalet rustique caché au milieu des mélèzes. C’est dans ce nid d’amour que j’ai été conçue, selon les dires de ma mère. Le chalet s’appelait Jennylyn, ce nom était gravé sur une planche au-dessus de la porte d’entrée.
L’habitat en question avait appartenu à des Anglais. Ils y avaient résidé, année après année, du printemps jusqu’à l’automne, durant presque quatre décennies. John Lee, qui avait baptisé la maison du prénom de son épouse, formait avec celle-ci un couple uni, exemplaire, que seule la mort sépara, pas pour longtemps cependant puisqu’ils décédèrent à quelques mois d’intervalle. Les héritiers – un fils et une fille à Londres – confièrent le chalet à une agence de la région qui le louait aux touristes amoureux de l’endroit : une station alpestre perchée à 1500 mètres d’altitude.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Une aventure humaine écrite avec finesse. Un ouvrage très agréable à lire. - Anne-Catherine Biner, Weblittera

À PROPOS DE L'AUTEUR

Peintre, musicien et écrivain, Pierre von Gunten, alias Francis Bonca – anagramme du peintre Francis Bacon, qu’il admire – mène la double carrière de chef d’orchestre et d’artiste peintre. En tant qu’écrivain, il est l’auteur de romans, Peindre l’éternité, et de récits, Les miroirs du temps. Il a collaboré à diverses reprises aux revues Intervalles et Le Persil. Il préside et organise depuis huit ans les Soirées littéraires biennoises.

Francis Bonca est né en 1946 dans le Jura bernois et vit et travaille à Bienne depuis 1960.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Je m'appelle Jennylyn