Jolie Poupée

De
Publié par

Joanie vit dans une cité pauvre de l’Essex. Son quotidien est fait de promiscuité, de ragots, d’entraide et de petits trafics. Le chômage sévit durement, on survit seulement. Son salaire, elle le gagne sur le bitume avec des hommes de passage. Joanie assure : une maison soignée, des enfants bien élevés, habillés, nourris. Elle est respectée pour son courage, sa justesse et son intelligence. Mais elle tremble à l’idée qu’on lui enlève Jon-Jon, 15 ans, métisse jamaïcain beau comme le jour, l’homme de la maison ; Jeanette, 11 ans, un peu paumée mais le cuir déjà bien tanné, et Kira, 8 ans, un petit ange blond si sociable, presque simple. La vie se passe, Jon-Jon fait ses premiers pas dans le business, Jeannette entre en pleine crise et la petite se lie d’amitié avec Tommy, un adulte obèse, autiste, qui vit avec son père, un homme violent. Tommy collectionne les poupées Barbie, il en a des dizaines, avec leurs costumes, leurs accessoires… Un vrai paradis pour Kira. Mais l’horreur frappe, absolue : Kira disparaît. La police n’agit pas, personne ne comprend. Joanie s’enfonce dans le désespoir, avec une seule obsession : découvrir l’identité de celui qui lui a pris sa fille et se venger. La vindicte populaire se porte sur Tommy. Jon-Jon organise une expédition punitive, Joanie veut elle aussi le faire payer. Innocent, Tommy vit un martyr : il a perdu sa petite amie chérie, sa nouvelle famille, alors il mange, mange, mange interminablement. La réalité dépasse l’entendement. Une jeune amie de Kira avoue que des messieurs qui « leur faisaient des choses » ont emmené sa copine. On s’affole, on remue ciel et terre, et l’on découvre que Kira est tombée entre les mains de trafiquants roumains qui prostituent les enfants aux quatre coins de l’Europe. Quand Paulie, le mac de Joanie, qui a des parts dans l’affaire, comprend que la petite en est morte et qu’en plus elle était certainement sa propre fille, il se donne la mort. Martina Cole, dont on a compris, à travers Deux Femmes, La Proie et Le Clan, l’attachement à la famille, en particulier aux enfants, décrit avec justesse un nouvel aspect d’East London, celui des cités de l’Essex où elle a vécu un grand nombre d’années. Jolie Poupée est livre très émouvant, inattendu, ramassé. Martina Cole décrit sans fioritures, d’une plume acérée, l’horreur et la cruauté, à travers une histoire hélas trop fréquente : la disparition d’un enfant, la maltraitance et la pédophilie. Elle sait faire remonter, des abîmes où sombrent ses personnages, les lueurs d’espoir qui nourrissent leur humanité. Véritable tragédie moderne campée sur la scène d’une banlieue londonienne fermée, Jolie Poupée illumine un nouveau personnage de mère rédemptrice, courageuse et bafouée, et fourmille d’une infinité de personnages qui brossent un portrait riche, complexe et terriblement humain d’une banlieue sinistrée d’une des plus grandes capitales du monde.
Publié le : mercredi 18 février 2009
Lecture(s) : 51
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213664941
Nombre de pages : 484
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Joanie vit dans une cité pauvre de l’Essex. Son quotidien est fait de promiscuité, de ragots, d’entraide et de petits trafics. Le chômage sévit durement, on survit seulement. Son salaire, elle le gagne sur le bitume avec des hommes de passage. Joanie assure : une maison soignée, des enfants bien élevés, habillés, nourris. Elle est respectée pour son courage, sa justesse et son intelligence. Mais elle tremble à l’idée qu’on lui enlève Jon-Jon, 15 ans, métisse jamaïcain beau comme le jour, l’homme de la maison ; Jeanette, 11 ans, un peu paumée mais le cuir déjà bien tanné, et Kira, 8 ans, un petit ange blond si sociable, presque simple. La vie se passe, Jon-Jon fait ses premiers pas dans le business, Jeannette entre en pleine crise et la petite se lie d’amitié avec Tommy, un adulte obèse, autiste, qui vit avec son père, un homme violent. Tommy collectionne les poupées Barbie, il en a des dizaines, avec leurs costumes, leurs accessoires… Un vrai paradis pour Kira. Mais l’horreur frappe, absolue : Kira disparaît. La police n’agit pas, personne ne comprend. Joanie s’enfonce dans le désespoir, avec une seule obsession : découvrir l’identité de celui qui lui a pris sa fille et se venger. La vindicte populaire se porte sur Tommy. Jon-Jon organise une expédition punitive, Joanie veut elle aussi le faire payer. Innocent, Tommy vit un martyr : il a perdu sa petite amie chérie, sa nouvelle famille, alors il mange, mange, mange interminablement. La réalité dépasse l’entendement. Une jeune amie de Kira avoue que des messieurs qui « leur faisaient des choses » ont emmené sa copine. On s’affole, on remue ciel et terre, et l’on découvre que Kira est tombée entre les mains de trafiquants roumains qui prostituent les enfants aux quatre coins de l’Europe. Quand Paulie, le mac de Joanie, qui a des parts dans l’affaire, comprend que la petite en est morte et qu’en plus elle était certainement sa propre fille, il se donne la mort. Martina Cole, dont on a compris, à travers Deux Femmes, La Proie et Le Clan, l’attachement à la famille, en particulier aux enfants, décrit avec justesse un nouvel aspect d’East London, celui des cités de l’Essex où elle a vécu un grand nombre d’années. Jolie Poupée est livre très émouvant, inattendu, ramassé. Martina Cole décrit sans fioritures, d’une plume acérée, l’horreur et la cruauté, à travers une histoire hélas trop fréquente : la disparition d’un enfant, la maltraitance et la pédophilie. Elle sait faire remonter, des abîmes où sombrent ses personnages, les lueurs d’espoir qui nourrissent leur humanité. Véritable tragédie moderne campée sur la scène d’une banlieue londonienne fermée, Jolie Poupée illumine un nouveau personnage de mère rédemptrice, courageuse et bafouée, et fourmille d’une infinité de personnages qui brossent un portrait riche, complexe et terriblement humain d’une banlieue sinistrée d’une des plus grandes capitales du monde.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.