Journal d'un journaliste

De
Publié par

Journal d’un journaliste (première édition : Grasset, 1974) débute au lendemain d’une soirée chez Cocteau en 1927 et se clôt en 1971 par la relation d’une discussion avec André Malraux. Un demi-siècle de portraits et de confidences. L’auteur ne fréquente pas que les gloires. L’homme de la rue est là aussi, dont il recueille les perles. Cela ne fait pas oublier la grande histoire. De l’arrivée de Hitler au pouvoir aux horreurs de la guerre, Saint Jean n’oublie rien. Certains personnages reviennent dans ce passionnant journal : Green, Cocteau, Gide, Malraux, Mauriac, d’autres surgissant pour des portraits inattendus, tels Julien Gracq, Arthur Koestler ou Albert Camus. Et l’auteur est toujours juste. Un adjectif lui suffit pour dévoiler Louis d’Aragon ou le général de Gaulle. Journal d’un journaliste dessine une comédie humaine. Julien Green y occupe une large part. Comme il disait lui-même de Saint Jean : « Il est toujours intéressant par quelque bout qu’on le prenne. »
Publié le : jeudi 12 novembre 2009
Lecture(s) : 29
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246792000
Nombre de pages : 490
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Journal d’un journaliste (première édition : Grasset, 1974) débute au lendemain d’une soirée chez Cocteau en 1927 et se clôt en 1971 par la relation d’une discussion avec André Malraux. Un demi-siècle de portraits et de confidences. L’auteur ne fréquente pas que les gloires. L’homme de la rue est là aussi, dont il recueille les perles. Cela ne fait pas oublier la grande histoire. De l’arrivée de Hitler au pouvoir aux horreurs de la guerre, Saint Jean n’oublie rien. Certains personnages reviennent dans ce passionnant journal : Green, Cocteau, Gide, Malraux, Mauriac, d’autres surgissant pour des portraits inattendus, tels Julien Gracq, Arthur Koestler ou Albert Camus. Et l’auteur est toujours juste. Un adjectif lui suffit pour dévoiler Louis d’Aragon ou le général de Gaulle. Journal d’un journaliste dessine une comédie humaine. Julien Green y occupe une large part. Comme il disait lui-même de Saint Jean : « Il est toujours intéressant par quelque bout qu’on le prenne. »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi