L'accident de téléportation

De
Publié par

Egon Loeser n’est pas un héros banal. C’est un obsédé sexuel mais il ne couche jamais ou presque. Il est obnubilé par une jeune femme, Adele Hitler (aucun rapport avec Adolf), plongée dans la débauche la plus totale. Il est aussi obsédé par la téléportation mais toutes ses tentatives de mettre en scène une machine capable de ce prodige échouent lamentablement. On suit ce drôle de type de 1931 à 1962, de Berlin à Paris en passant par Los Angeles et Washington, D.C. Il est le jouet des événements et des rencontres dans ce roman qui fourmille astucieusement de personnages secondaires jubilatoires. Loeser ne maîtrise pas grand-chose, participe même à un autodafé à Berlin en 1933, pensant qu’il s’agit d’une joyeuse réunion d’étudiants. Il n’est pas loin de se prendre pour un justicier sorti tout droit des pages d’un roman noir. Mais demeure cette grande question : arrivera-t-il à faire l’amour avec Adele ?
"L’accident de téléportation est un roman singulier – singulièrement intelligent, singulièrement audacieux, singulièrement bizarre – d’un singulier jeune auteur témérairement doué." Ben Cosgrove, Time.
Publié le : jeudi 8 janvier 2015
Lecture(s) : 10
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072528385
Nombre de pages : 368
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
EDITIONSJOELLELOSFELD Littérature étrangère
L’accident de téléportation
COLLECTION DIRIGÉE PAR JOËLLE LOSFELD
Illustration de couverture : Illustration © La Boca.
Titre original :The Teleportation Accident
© 2012 by Ned Beauman. First published in Great Britain by Sceptre, an imprint of Hodder and Stoughton. © Éditions Gallimard, 2015, pour la traduction française.
Ned Beauman
L’accident de téléportation Roman
Traduit de l’anglais par Catherine Richard
ÉDITIONSJOËLLELOSFELD
Je hais la politique, et la foi en la politique, parce qu’elle rend présomptueux, doctrinaire, buté, obstiné et inhumain. Thomas Mann, Considérations d’un apolitique
… Il me suffisait de descendre dans le métro. C’étaitcomme d’aller à la pêche. Je descendais dans le métro, et je remontais avec une fille.
Philip Roth, La tache
I Réalisme littéraire
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Ascension

de Milady

Léonard Wons

de Mon-Petit-Editeur

suivant