//img.uscri.be/pth/2fc973acc04add2f95246ab1f69b6020fe5e9a2c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'amour au tournant

De
192 pages

Pour ses quatre-vingt-cinq ans, Nordine Boukhalfa, ancien chirurgien-dentiste veuf et solitaire persuadé que chaque jour nouveau est superflu, reçoit un cadeau assez inattendu de la vie... Il est dans un square d'Alger, en train de ruminer ses idées noires sur un banc, lorsqu'un inconnu vient s'asseoir à côté de lui et, sans lui laisser vraiment le choix, engage la conversation. La liberté de ton et l'optimisme étonnant de ce vieux sage excentrique ne tardent pas à piquer sa curiosité et c'est ainsi que les deux vénérables compères, tels deux philosophes péripatéticiens, décident de poursuivre leur discussion en marchant dans la ville. Ils feront la tournée des bars et des restaurants, et aussi le tour d'une grande question : un homme peut-il se passer de l'amour, fût-il plus près de l'hiver de sa vie que de son automne ?


Avec ce banquet platonicien à la mode algéroise, Samir Kacimi nous convie à un véritable festin littéraire, parvenant à tenir ses lecteurs en haleine par des moyens assez peu conventionnels et à pointer en filigrane, loin du folklore et des idéologies officielles, ce que peut être l'Algérie d'aujourd'hui.


Auteur algérien arabophone né en 1974, Samir Kacimi a signé son premier roman (Déclaration de perte, non traduit à ce jour) en 2008. Avec huit titres publiés et une reconnaissance qui dépasse largement les frontières du Maghreb, il est l'une des voix les plus marquantes de sa génération. L'Amour au tournant est le premier de ses romans à être traduit en langue française.


Traduit de l'arabe (Algérie) par Lotfi Nia


Voir plus Voir moins
L’AMOUR AU TOURNANT
SAMIR KACIMI
L’AMOUR AU TOURNANT
r o m a n
TRADUIT DE L’ARABE (ALGÉRIE) PAR LOTFI NIA
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
La citation de la p. 9 est tirée de : Alberto Moravia,L’Attention, traduit de l’italien par Claude Poncet, Paris, Flammarion, 1966, p. 312313.
Titre original :Hubb fî kharîf mâ’il Éditeur original : Difaf Publishing / Editions ElIkhtilef, Beyrouth / Alger © Samir Kacimi, 2014 isbnoriginal : 9786140211360
isbn9782021283471
© Éditions du Seuil, avril 2017, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.3552 et suivants du Code de propriété intellectuelle.
www.seuil.com
En guise de dédicace
J’ai commencé à écrire ce roman fin 2011, alors que je rédigeais les derniers chapitres d’un autre ouvrage, 1 AlHâlim. J’ai rapidement pris la décision de finir ce que j’étais en train de faire et de garder pour plus tardle nouveau livre, d’autant que je me rendais compte qu’il me serait difficile d’en assumer la paternité sans renoncer au plaisir d’être (et de passer pour) une personne respec table. Et, en effet, il m’a fallu descendre dans les régions les plus obscures de mon être, ce qu’on appelle aller au fond de l’abîme. Je voudrais faire justice à tous ceux que j’ai connus entre 2012 et 2014, ces hommes et ces femmes qui, en me donnant accès à leur monde caché, m’ont permis de construire mon histoire. À tous ceuxlà, dans leur vérité et leur mensonge, dans leur pureté et leur vice, je dédie donc ce livre.
1.Le Rêveur, roman non traduit en français à ce jour.(Note du traducteur.)
7
L’AMOUR AU TOURNANT
À eux encore, je présente mes plus sincères excuses… non seulement pour le temps, les sentiments et les fragments d’existence que je leur ai pris, mais surtout pour n’avoir pas su leur offrir ce qui n’était pas en ma possession…
S’il est vrai, comme j’en suis convaincu, qu’un roman ne peut être que réaliste, mon journal démontre qu’il n’existe pas de limites au réalisme, que rien ne peut être exclude la réalité, pas même les rêves, pas mêmeles mensonges, pas même cette illusion vitale qui, un jour, m’avait inspiré la honte d’avoir vécu. Alberto Moravia