L'amour en ligne Tome 1

De
Publié par

Monique, maman célibataire en camping n’éteint jamais son pc portable. Elle découvre la messagerie Internet. Son périple autour de l’hexagone lui fait découvrir des accros du web d’une variété surprenante, parfois enrichissante, souvent affligeante. Samuel en étant le spécimen le plus attachant, le plus apte à faire face à la forte personnalité de Monique. Ils échangent de multiples messages sous forme d’écrits, de photos et de vidéos. Cette correspondance de plus en plus serrée fait naître une idylle virtuelle qui croît jusqu’à l’exaspération des sens. La rencontre très réelle avec Christian viendra contrarier cet amour naissant et Samuel fera les frais aussi bien de son éloignement que de sa naïveté et de son inconséquence.
Publié le : vendredi 5 mars 2004
Lecture(s) : 129
EAN13 : 9782748138702
Nombre de pages : 331
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L'amour en ligne...
Monique Ditner
L'amour en ligne...
Tome 1
Le Manuscrit www.manuscrit.com
© Éditions Le Manuscrit, 2004 5bis, rue de l’Asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.comISBN : 2-7481-3871-6 (fichier numérique) ISBN : 2-7481-3870-8 (livre imprimé)
-1-Jesuis d’humeur vagabonde, ce soir, et je n’ai vraiment rien prévu de faire avec ma soirée. Celle-ci sera donc le fruit de mon imagination du moment, de l’instant, et je sens déjà une idée poindre dans ma petite tête enfiévrée. Il faut dire qu’il fait une chaleur suffocante depuis plusieurs jours et que cela semble devoir durer. Mon métier d’institutrice — en Alsace — fait que je suis en vacances depuis déjà une petite semaine et que ma liberté va s’étendre encore jusqu’à la fin du mois d’août. Cette année, j’ai décidé de partir à l’aventure, de papillonner d’un camping à l’autre, également d’après l’inspiration du jour, ou même de l’heure… Ma fille Karine, qui a eu dix ans le mois dernier, était parfaitement d’accord avec l’idée que je lui ai, bien sûr, soumise auparavant. Ma fille est adorable. Je l’aime. Je l’aime pour dix. En tous cas pour deux puisque son géniteur est un fantôme disparu tranquillement dans le brouillard d’un pâle matin d’automne haut-rhinois il y a une dizaine d’années. Mais je ne veux pas remuer ces souvenirs douloureux. Or donc, nous sommes rapidement tombées d’accord toutes les deux, et je l’ai fait participer aux préparatifs, c’est-à-dire d’abord à l’établissement de
 7
L'amour en ligne...
la liste des affaires à emporter. En nous basant sur le fait que nous serions en voiture, et absentes pendant exactement deux mois. Un sacré projet pour une petite fille, aussi débrouillarde et volontaire fût-elle ! Je dois dire qu’elle a été parfaitement raisonnable, sobre dans ses choix, habituée qu’elle est avec moi aux déplacements fréquents, que ce soit, en auto, train ou avion. J’ai seulement dû insister un peu pour qu’elle se munisse de quelques lectures instructives, moi-même me promettant de lui voler de temps à autres des instants de sa liberté pour lui faire faire quelques menus travaux scolaires, ne serait-ce que pour un entretien minimal des neurones… Mon but était de rejoindre les bords de la Manche au plus vite avant de commencer un « tour de France » des côtes jusqu’aux extrémités sud-est du pays, avant de remonter rapidement vers l’Alsace en fin de parcours. J’ai donc mis le cap sur l’Ile de France pour une première étape de six cents kilomètres. Notre premier arrêt a été pour un magnifique camping près de Mézières sur Seine, à Épone très exactement. Sur les hauteurs de la rive droite de la Seine. Un site boisé, donc ombragé, fort accueillant avec ses jardinets fleuris et arborés, coquets au possible car entretenus régulièrement par des occupants à l’année, ou au mois, tout au moins en ce qui concerne les mobil-homes et les bungalows. Le reste du camping est occupé par des caravanes plus ou moins vagabondes, des emplacements pour tentes complétant les possibilités de villégiature. Une grande piscine tient le centre du camp, avec ses installations sanitaires d’une parfaite propreté,
8
Monique Ditner
tandis qu’un petit magasin jouxte la réception, local où l’on peut se procurer du ravitaillement de première nécessité ainsi que ce qu’il faut pour satisfaire des enfants toujours avides de sucreries ou de boissons rafraîchissantes. J’ai pu obtenir un grand bungalow de huit mètres sur plus de trois, comportant deux chambres, un séjour confortable et une kitchenette entièrement équipée. Un cabinet de toilettes complétait le tout. Chacune de nous a pris ses quartiers et Karine n’a pas tardé à être sollicitée par une fillette du voisinage qui l’observait depuis un moment. J’ai dû terminer seule notre installation, mais j’y suis habituée… Ah ! Il faut préciser ici que l’une des conditions sine qua non pour que j’emménage dans un tel habitat est la présence impérative d’une prise téléphonique ! En effet, je ne pourrais en aucun cas me passer de ce media sur lequel mon ordinateur portable est connecté quasiment en permanence ! Je suis une « accro » du courrier électronique. Tous mes proches peuvent être reliés avec moi en toutes circonstances, dès que je le décide, c’est un besoin vital pour moi. Je me demande souvent comment j’ai pu vivre tant d’années auparavant sans ce moyen fantastique de communication avec le monde entier ! L’une de mes premières actions, après avoir défait les valises et les sacs, et rangé l’essentiel des affaires dans les multiples placards disponibles, a été de choisir un emplacement judicieux pour LE pc. De façon à ce que celui-ci soit en permanence disponible sans gêner l’accomplissement des tâches courantes dans ce lieu somme toute relativement exigu.
 9
L'amour en ligne...
Après chose faite, je suis allée chercher ma fille pour visiter le camp avec elle. J’ai fini par la retrouver dans la piscine, se dépensant sans compter avec une joyeuse bande exubérante de gamins de son âge. Lorsqu’elle m’a aperçue, elle a daigné sortir de l’eau pour me rejoindre, se montrant ainsi vêtue d’un triangle de tissu rouge lui tenant lieu de maillot, vêtement de baignade que je ne connaissais pas… Et on appelle ça un « maillot » ! Un cache-sexe plutôt, mais bon, à dix ans, ça passe… Je ne pensais pas que les copains de son âge se préoccupaient beaucoup de cette tenue légère, c’était plutôt les gros vieux adipeux qui tournaient autour du plan d’eau en feignant d’admirer les jardinets alentour qui me préoccupaient. Mais je ne pensais pas qu’il y ait eu un danger quelconque ! - C’est Marjorie qui m’a prêté un des siens, maman, je ne voulais pas te déranger pendant que tu déballais ! - Oui, bien sûr chérie, lui ai-je répondu d’un ton songeur… Tu as bien fait. D’ailleurs je vais te rejoindre, il fait vraiment chaud. Cette annonce n’a pas semblé la combler d’enthousiasme, aussi décidai-je de surseoir pour les laisser entre eux. Et voilà pourquoi, après une heure de lecture, seule sur ma terrasse de bois, à l’ombre d’un parasol Orangina, avec les cris lointains des enfants s’ébattant dans l’eau fraîche, j’ai vu l’heure tourner et la soirée s’annoncer un peu creuse… Et mon idée a surgi : pourquoi ne pas « surfer » sur le net, à la recherche
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.