l'amour pour remède

De
Publié par

Un parcours de vie chaotique En 2050, l'amour est toujours le plus fort Francois est alcoolique et va retrouver sa dignité grâce à une rencontre à la beauté irréelle. Il va ainsi accomplir un long voyage fait de désillusions, de désespoir mais aussi de joie et de nouveaux sentiments qui lui étaient jusque-là inconnus. La guérison de cette dépendance qui l'entraînait dans les abîmes de la déchéance, se fera aussi grâce à son ami de travail, un cuistot qui le prend en amitié malgré son penchant pour l'alcool. Il va même renouer, petit à petit, des liens avec une famille qui s'était éparpillée dans la douleur et le malheur, à cause d'autres vices...
Publié le : vendredi 10 juin 2011
Lecture(s) : 58
EAN13 : 9782304022827
Nombre de pages : 209
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1
2
Titre
L’amour pour remède
3
4
Titre Jean-Pierre Brinet
L’amour pour remède
Roman d’anticipation sociale
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02282-7 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304022827 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02283-4 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304022834 (livre numérique)
6
7
8
François-Xavier traînait dans les rues ce jour là, seul, désœuvré. Le ciel était bas, en ce mois de Septembre. Les vacances étaient terminées et la rentrée venait de se faire. Il travaillait dans un lycée comme plongeur. Quand il y pensait, il avait envie de crier sa haine au monde entier, à la vie, qui l’avait si mal doté. Tout avait raté pour lui. Son physique, sa vie sentimentale, pro-fessionnelle et familiale. Enfin tout quoi. Il marchait dans les rues vides de Paris, quand il aperçut un bistrot d’ouvert. Il y entra, s’installa et commanda une bouteille de vin rouge et un verre. Nous étions en l’an 2050 et il n’y avait pas grand-chose de changé. Si ce n’est quelques améliorations dans tous les domaines. Les voi-tures roulaient au gaz ou à l’énergie nucléaire. Quand au pétrole, il ne servait plus qu’à l’alimentation et aux produits cosmétiques. François s’était donc installé et regardait la télé-vision. Un grand écran plat l’avait remplacé qui s’étalait au dessus du bar. Pour écouter, il y avait un casque pour ne pas gêner les voisins. Ainsi, ceux qui voulaient regarder la télé,
9
L’amour pour remède
n’indisposaient pas les joueurs de belote, de dame, et autres jeux de société. Pour François, il ne risquait pas d’ennuyer son entourage, vu qu’il était pratiquement seul, à part quelques immigrés. La France avait recueillit la plupart d’entre eux, qui fuyant un pays soit en guerre soit un pays complètement anéanti par la folie des hommes. Depuis, ils avaient proliférés. Ils se contentaient de très peu de loisirs, de quel-ques nourritures et de beaucoup de travail. Ils s’amassaient par famille de dix à douze person-nes dans des H. L M que les français n’habitaient plus à présent. Automatiquement, ce surnombre de population déclencha le chô-mage, les guérillas et finalement, la guerre des années 2030-2040. Une guerre pire que la dernière. Elle com-mença entre l’Iran et l’Amérique, petite guérilla qui ne fut pas trop importante. Mais quand la Russie s’en mêla, ce fut l’apothéose. Ensuite tous les pays voulurent s’en mêler. Parce q’en France il y avait trop d’étrangers, parce que le racisme revenait en force, parce que d’autres pays sombraient dans le sous-développement, parce que la haine contre les juifs recommen-çait, parce que....parce que…Parce que tout le monde en avait ras le bol. Pendant cette terrible guerre, François tra-vaillait dans le lycée comme auxiliaire. Il n’avait pas fait la guerre ayant été réformé. Il traversa
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Léo- On n'a pas toujours 2 vies

de editions-sylvain-harvey

Perversions

de les-editions-du-38