L'Antétalibé

De
Publié par

Dandjir est un village ordinaire de l'intérieur du Sénégal où il ne se passe vraiment rien. Tous les habitants sont des talibés, c'est-à-dire des membres de confrérie religieuse. Or être talibé, ce n'est pas une simple adhésion, c'est un engagement quotidien et permanent auprès de la confrérie et du marabout qui en est le chef. Des événements inattendus, portés par des individus atypiques vont bouleverser la vie du village et créer l'antétalibe. Un infirmier qui aspire à faire des omelettes sans casser d'œufs, un instituteur qui traîne son passé comme un boulet de galérien, une femme à la recherche de rédemption, un bigleux qui ne pratique pas la religion comme l'aurait souhaité ses parents, un notable qui se prend pour un poisson.
Publié le : mercredi 15 juin 2011
Lecture(s) : 100
EAN13 : 9782304012149
Nombre de pages : 385
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
L’Antétalibé
3
Titre Papa Samba Badji
L’Antétalibé
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01214-9 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304012149 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01215-6 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304012156 (livre numérique)
6
Ce que je crains le plus pour ma communauté, c’est le savant libertin et l’ignorant dévot. Celui là perd les gens par son libertinage, celui-ci les égare par sa dévotion. Hadith A astou Vénus éclatante étoile du berger, mon épouse Astou Niane. A Cheikh Ababacar Dieng homme de Dieu grâce à qui je vois Dieu d'une autre manière. A madame Astou Diop Toukara de l'AGETIP pour son soutien. .
8
I
Toute sa vie durant, Abdou ne devait jamais oublier ce jour où pour la première fois il s’était présenté au poste de santé pour faire soigner son épouse malade. C’était réellement ce jour où tout avait commencé. Aujourd’hui encore, enfermé ou plutôt barricadé dans sa case avec tout le village, prêt à le défendre, il pensait à ce fameux jour. Cette journée était pourtant banale dans le contexte de la campagne mais pour Ab-dou c’était à partir de ce moment que sa vie al-lait basculer. Il en était tellement convaincu qu’il n’entendait pas la clameur des paysans mais se revoyait dans le bureau de l’infirmier chef de poste. Ce dernier avait fini d’examiner son épouse et écrivait sur un bout de papier. C’était sûrement une ordonnance qu’il ne pourrait ja-mais acheter, se dit Abdou. Mais ce qui le dé-rangeait le plus, c’était le silence de l’infirmier. Il n’avait pratiquement pas ouvert la bouche de-puis le début. Je m’inquiète beaucoup pour mon épouse, risqua-t-il. Elle ne dort plus la nuit. Et elle ne
9
L’Antétalibé
sait même pas ce qui lui fait mal exactement. Je crois que c’est à cause de sa grossesse. L’infirmier ne semblait pas l’entendre. Abdou détourna son regard et le fixait sur la photo du grand cheikh accrochée au mur. Cette image qui, certainement, renseignait les visiteurs sur les croyances de l’infirmier réconfortait Abdou. Ils étaient tous deux de la même confrérie. C’était suffisant pour qu’il pût lui faire confiance. Il n’était plus à ses yeux un simple infirmier, mais un parent, car vénérant le même cheikh. Abdou se demandait s’il ne devait pas lui dire qu’il était lui aussi un disciple. Cela pourrait contribuer à changer l’attitude de l’infirmier. En lui révélant ses croyances reli-gieuses, il cesserait sûrement d’être ce simple époux anxieux comme l’infirmier en voyait des dizaines chaque matin. Il deviendrait un condis-ciple. Quelqu’un à qui il devait des égards, comme l’avait recommandé le grand cheikh. Mais il n’eut pas le temps de se présenter. L’infirmier venait de se redresser et lui tendait le papier sur lequel il avait inscrit une longue liste de médicaments. Abdou prit le papier sans avoir l’air de comprendre ce que cela signifiait. Ce n’est pas seulement à cause de sa gros-sesse. Ton épouse a une autre maladie. Le cœur d’Abdou se mit à battre la chamade. Il sentait bien qu’avec cette indifférence qu’il affichait à son égard, l’infirmier ne pouvait que
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.