L'arbre de mémoire

De
Publié par

Certaines nuits, des ombres s’animent sur les murs de la chambre d’une fillette esseulée. Serait-ce un message que tente de lui communiquer son grand-père ? Ou est-ce simplement l’ombre des branches du saule pleureur qui s’agitent au gré du vent? Angelina, cadette d’une fratrie de quatre enfants, accepte mal qu’il y ait autant de lacunes dans le passé de ses ancêtres. Elle va collecter les histoires des uns et des autres et retrouver peu à peu les bribes d’un passé enfoui, que tous tentent de dissimuler. L’arbre de mémoire fait ressurgir tout en élégance et retenue les secrets d’une famille déchirée. Invoquant le temps humain, ce roman sonde les liens étroits et douloureux qui unissent les êtres et traversent les générations.
Publié le : vendredi 17 juin 2011
Lecture(s) : 68
EAN13 : 9782304033847
Nombre de pages : 238
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
L’arbre de mémoire
3
Titre Stanislas F.J.Tarabula
L’arbre de mémoire Dans l’ombre des mots
Contes et Nouvelles
5 Éditions Le Manuscrit Paris
© Éditions Le Manuscrit, 2010 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-03384-7 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304033847 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-03385-4 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304033854 (livre numérique)
6
Tous mes remerciements : A Lilly et Rudy, pour leurs chaleureux compliments. A Claudie et Robert, pour leur inconditionnel soutien à continuer dans la voie de l’écriture. A Christiane, ma femme et fidèle témoin de mes états d’âmes, première lectrice et correctrice de ce livre. A mon père, pour le dernier message qu’il m’a laissé de son vivant et sans lequel ce livre n’aurait pu être. A tous mes petits-enfants.
L’arbre de mémoire
À quoi pouvait bien penser Angelina, la tête penchée sur la revue posée sur ses genoux, sans même tourner une page, tandis qu’inlassablement, derrière son oreille gauche elle enroulait une mèche de cheveux autour de son index ? Un moulin à prière pour apaiser une angoisse ? Un geste d’enfance, un de ces gestes qui l’avaient rassurée, couchée dans son lit, la tête enfouie sous la couette, les nuits où le vent agitait la ramure de l’arbre qui jouait avec l’éclairage blafard du lampadaire de la rue. Des bruissements de feuillage inquiétants précédaient l’arrivée d’ombres menaçantes. Mues par le balancement des branches d’un saule pleureur, elles se glissaient au travers des persiennes pour prendre vie sur le mur de sa chambre. Elle se souvenait de cette affreuse nuit, ses pleurs étaient parvenus jusqu’à effleurer l’inquiétude de son père. Par les nuits de grands vents, les sens en alerte, derrière le léger voile entourant son sommeil, un père veillait. Elle le savait, et ce soir-là, elle l’espérait.
9
Stanislas F.J.Tarabula
Il connaissait chaque bruit nocturne frôlant le silence de la maison endormie, un peu comme les merles se faufilaient, tête baissée sous les lauriers de son jardin, en quête de nourriture. Lorsque le hourvari du mauvais temps survenait, son père sommeillait plus qu’il ne dormait. Au cours de ces longs moments de veille, soulevant fréquemment sa tête de l’oreiller afin de percevoir les éventuelles plaintes de sa fille, il souhaitait que le silence de l’aube naissante les surprît endormis. Rassuré, il refermait les yeux en pensant à ce petit être aux prises avec ses premiers démons. Déjà. Elle entendit craquer les marches en bois de l’escalier conduisant aux chambres. Il montait la voir, pour la rassurer. Comme chaque fois. Quand son père pénétra dans la chambre, il ne vit qu’une masse informe sur le lit tourmenté. De sa tête toujours cachée, seules quelques mèches blondes dépassaient de la couette. L‘apaisante présence aura suffit à dissiper la peur. Des doigts se faufilèrent jusqu’au bord de l’édredon puis, avec une lenteur voisine de l’hésitation, un bras s’enhardit, et, enfin, un visage portant la trace d’une larme récente apparut. Une larme qui, après s’être désespérément accrochée sur une joue à la peau de pêche, avait fini par céder à l’expression de l’anxiété. Les contours d’un sourire, à l’esquisse
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'enfant du lac

de presses-de-la-cite

Douze

de Mon-Petit-Editeur