Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Publications similaires

L'ArtDeLaChute Coquine

de les-editions-du-38

L'ArtDeLaChute Cocasse

de les-editions-du-38

Portrait au bocal

de Presses-Electroniques-de-France

Vous aimerez aussi

suivant
Extrait


1. Blondeurs

Assise sur un banc, j’aime observer autour de moi cette vie qui coule dans les allées du parc.

J’imagine la vie des gens, leurs joies, leurs peines, leurs secrets… Certains sont transparents comme de l’eau, je devine aisément leur destin, d’autres sont plus opaques ou distants ; je les sens fermés, fuyants. J’observe ces familles heureuses qui jouent dans les premiers rayons du printemps, je me dis que je regrette un peu d’avoir travaillé autant toute ma vie, d’avoir consacré si peu de temps à mes enfants : les premiers pas, les premiers mots, les jeux de ballons, les bulles de savon… c’est leur grand-mère qui en a profité, c’est elle qui les a élevés.

Et aujourd’hui que je pourrais être grand-mère à mon tour, mes grands fils ne m’offrent pas de rejeton… trop pris par leur vie, tant pis.

Ce matin, le jeu des devinettes est facile : face à moi sont assis sur un banc une jeune femme blonde et potelée et deux bambins aussi blonds qu’elle, de 5 ou 6 ans. Le frère et la sœur se chamaillent pour une corde à sauter. La femme les sépare doucement et explique avec une pointe d’accent slave que ce serait mieux de jouer ensemble plutôt que de se disputer. Les enfants font la moue puis cèdent assez facilement au raisonnement. Je leur souris, complice. Les petits commencent à sautiller l’un après l’autre, puis demandent à leur maman de compter leurs prouesses. Elle s’exécute en souriant. Au bout de quelques minutes, la petite file tombe et se blesse au genou. Elle se jette dans ses bras en pleurnichant. J’admire la douceur de cette femme qui sait trouver les gestes et les mots, qui minimise l’incident, souffle sur le bobo, tamponne avec un mouchoir et un peu d’eau. Un câlin, un baiser et l’enfant recommence à gambader.

Je ne peux m’empêcher de lui faire mes compliments :

— Madame, vous avez là de bien jolis enfants.

— Merci, me répond-elle en souriant.

— Ils ont de la chance d’avoir une maman aussi douce et patiente.

La jeune femme au casque blond me lance un regard mélancolique :

— Je ne suis pas leur maman. Les miens sont restés en Roumanie… Cela fait deux ans que je ne les vois plus.

Je reste sans voix puis je me dis que je vieillis… je ne sais plus deviner les personnes et leurs destinées.