L'Autre Jeanne

De
Publié par

Au sortir de la guerre en 1945, Jeanne, fille d'une riche famille parisienne, est destinée à épouser un bon parti. Cependant, malgré l'assurance d'un futur prospère, la jeune aristocrate refuse de suivre la voie tracée pour elle par ses parents. Jeanne devient enseignante, se lance dans l'écriture et milite pour le droit des femmes. Cette insoumise est bien décidée à jouer un rôle plus important que celui que la société veut bien lui donner. Pourtant, rien ne la satisfait vraiment, rien n'est jamais suffisant et rien n'est à la hauteur de ses espérances. Jeanne a tout pour être heureuse, mais tout ne suffit pas. Parce qu'elle est incapable d'échapper à ce qu'elle est, Jeanne s'obstine, pour devenir un jour la femme qu'elle a toujours voulu être.
Publié le : jeudi 16 janvier 2014
Lecture(s) : 25
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342018158
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342018158
Nombre de pages : 266
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Les Enragés, 2009 Un homme presque ordinaire, 2011
Noémie Boer
L’AUTRE JEANNE
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0119173.000.R.P.2013.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2013
Retrouvez lauteur sur son site Internet : http://noemie-boer.monpetitediteur.com
Remerciements Je remercie tous ceux grâce à qui mon histoire est devenue un livre ; Christine Dumestre pour la réalisation de la couverture, Laetitia Boer pour la relecture, la correction du roman et ses conseils avisés, Cécile Claverie pour la correction du roman, Nicolas Rouy, pour sa présence, son soutien et son aide, plus précieuse quil ne limagine, Michel Tollis, Patricia solu, Bernadette Villerot et Domi-nique Villerot, pour avoir donné vie à mes premiers projets, Et enfin, un grand merci à Mon Petit Éditeur et à toute léquipe de publication.
7
1945 À seize ans, Jeanne Léon était déjà très différente des autres filles de son âge. Elle ne partageait ni les mêmes centres dintérêts ni les mêmes préoccupations. Sa mère lui reprochait régulièrement son manque délégance et de féminité. Sa dé-marche maladroite et son regard fougueux manquaient manifestement de grâce. Grande, un mètre soixante-dix envi-ron, les cheveux châtains, mi-longs, et les yeux noirs, la jeune fille nétait pas vraiment belle. Elle avait des membres galbés, une musculature plus marquée que la plupart des autres femmes et des hanches bien dessinées, résultat de son obsession pour la nourriture et les sucreries. Bien que venant dune famille de riches aristocrates, elle ne laissait paraître aucun signe extérieur de sa fortune. Elle portait des vêtements quelconques, au grand désespoir de sa mère, Odette. La couturière de sa famille lui confectionnait de nombreuses robes, belles et distinguées, mais cela nintéressait pas Jeanne. Préférant la simplicité aux ma-nières surfaites, elle demandait des tenues moins sophistiquées, et bien que son armoire fût pleine, elle portait toujours la même vieille robe délavée et déformée. Passionnée par la littérature depuis son enfance, Jeanne était très cultivée. Ambitieuse, elle regrettait dêtre une femme car elle savait que cela rendrait son ascension difficile. Elle pensait souvent que les choses auraient été plus simples si elle avait été un homme. La famille Léon organisait un repas ce soir-là. Depuis la fin de la Guerre quelques semaines auparavant, les dîners mondains
9
L’AUTRE JEANNE
se succédaient chez les parents de la jeune femme. Elle les ju-geait longs et ennuyeux mais ne pouvait y échapper. Leur hôte du jour était un certain Robert. Daprès ce que Jeanne avait compris, il sagissait du nouvel avocat collaborateur recruté par son père. Louis Léon, le père de Jeanne, dirigeait lun des cabi-nets davocats les plus renommés de la capitale. Lorsque Jeanne savança enfin dans la salle à manger, tout le monde était déjà présent ; ses parents, sa sur Constance, ainsi que Robert. Louis se leva et prit la parole :  Jeanne, jai lhonneur et le plaisir de te présenter Robert, notre nouvel avocat, il va travailler avec nous au cabinet.  Je suis enchanté de faire votre connaissance, déclara Ro-bert à lattention de Jeanne. Votre père ma beaucoup parlé de vous. Elle lobserva. Il paraissait faux et narquois ; cet homme transpirait larrogance. Elle seule semblait néanmoins le remar-quer. Martine, la femme à tout faire de la famille Léon, vint servir lentrée et les hommes commencèrent à discuter et parler af-faires, pendant quOdette et Constance racontaient tous les derniers potins du quartier. Jeanne, elle, restait silencieuse. Elle naimait pas ces repas interminables et ces conversations futiles. Sa sur paraissait toujours plus bête quelle ne létait, et sa mère moins odieuse.  Je vous trouve bien silencieuse Jeanne, remarqua Robert. À quoi pensez-vous ?  Rien de particulier, je suis soulagée que la guerre soit en-fin terminée, même si je narrive pas à le réaliser. Nous en avions tellement rêvé.  Oui enfin, votre famille nen a pas souffert, vous en avez même un peu profité. Jeanne le dévisagea, le regard glacial.  Pardon ?
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant