Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'enfant au piano

De
323 pages
Joseph Rouvel, artiste peintre au bord du suicide, est doté d'une imagination extravagante qui lui a souvent joué des tours. Un matin, un homme sorti de nulle part, se présente à lui. Serait-ce un ange ? il annonce à Joseph qu’il peut le doter du pouvoir de réaliser tout ses désirs. Mais ces pouvoirs ont une limite : celle-ci franchie, tous les bénéfices obtenus se transformeront en mal. Les premiers souhaits exaucés profiteront au jeune prodige du piano, Sébastien Jourdin, mais pour combien de temps ...
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Lenfant au piano
François Cyriaque
Lenfant au piano Tome I
ROMAN
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2-7481-1811-1 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-1810-3 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
PREMIER CHAPITRE
Monsieur Huguelin ne supportait pas que ses élèves arrivent ne serait-ce quune seule minute en retard. - Comment pouvez-vous comprendre et ap-prendre la musique si vous navez pas la moindre notion de ce quest le temps ! Disait-il en colère à celui qui se hasardait à montrer son nez en dehors des horaires scrupuleusement fixés. Cest à cela que pensait Sébastien qui arrivait en vu de Lavardin, à mi cote, là où lon commence à apercevoir le donjon, il venait de passer le carrefour de la Fosse Poudrière, où le vent de la plaine souffle en rafales désordonnées et furieuses, des grosses gouttes deau commençaient à tomber. Monsieur Huguelin ne supportait pas que ses élèves arrivent en retard, certes, mais il supportait encore moins quils arrivent trempés à tordre. Leau ruisselait de leurs vêtements et venait tomber sur lépais tapis du vestibule de cette maison si triste et si sombre quon pouvait sattendre à tout moment voir surgir quelques spectres. Il levait ses bras décharnés, déjà spectre lui-même, il éclatait rouge de colère - Maudits faquins ! ! veuillez ressortir immédiate-ment, vous naurez pas votre cours aujourdhui, mais je vous préviens, il me sera dû ! !
7
Lenfant au piano
Il claquait violemment la porte dentrée et ter-minait sa colère sur les autres élèves ayant eut ce jour-là, la chance darriver à lheure et secs. Sébastien était désormais en retard, vingt heures venaient de sonner à Saint Genest, même si il se met-tait à courir, le retard était prit et il arriverait trempé par la pluie, le professeur allait être terrible ! Bien sûr, Sébastien était accoutumé, réprimandes, avanies et brimades étaient de son pain quotidien. A linstant où il passait devant les portes du château, une trombe deau sabattit avec un fracas de tonnerre, comme si le ciel avait explosé. Les rares passants qui étaient là, senfuirent, chacun sabritant ça et là. Certains pes-tant contre le ciel, dautres subissant docilement la tête enfouie dans les épaules. Sébastien faisait partie de ses derniers. Il se contenta seulement de relever le col usé de son manteau et denfouir ses mains gelées dans ses poches, il entra dans la Grandrue. La mai-son de monsieur Huguelin était à une cinquantaine de mètres face au clocher carré Sans ce maudit tracteur qui avait sournoisement choisit cette heure pour se mettre en panne et les roues avant enfoncées jusquaux moyeux dans une ornière. Il aurait pu être ponctuel à son cours, il était rare quil fut en retard, mais il avait fallu quil reste avec Guillaume pour aider ; bien que son frère et les autre auraient pu se débrouiller sans lui, car, pour sa part, il ne connaissait rien à la mécanique, il nétait doté daucune force physique et puis, que ce tracteur fut en panne, il sen moquait éperdument. Guillaume et César en avaient profité pour le retenir à la ferme, les coquins le faisaient à chaque fois que loccasion sen présentait, avec leur petit esprit malfaisant et perfide. La satisfaction quils avaient tous de nuire gratuitement et sournoisement. Le peu de liberté dont Sébastien disposait, trois
8
François Cyriaque
fois par semaine, et ainsi que son maigre salaire, dis-paraissait dans les cours de piano que donnait mon-sieur Huguelin. Non point que ce fût-là le meilleur professeur, mais cétait le plus proche. Le temps ga-gné sur le déplacement était acquit sur le temps de cours. Sébastien avait de très larges dispositions, ou bien même le talent dêtre instruit par un professeur supérieur, voire être admit dans un grand conserva-toire. Lélève avait très nettement dépassé le maître, mais il lignorait. Au même moment, monsieur Huguelin trépignait, il lançait des regards hargneux en direction du ta-bouret de piano inoccupé et à la grosse pendule ro-coco sur la cheminée. Il se mit à arpenter la pièce en foudroyant des yeux les trois autres élèves qui atten-daient sans souffler mot. - Vous voyez messieurs, éclata-t-il soudain, vous jugerez par vous-mêmes lingrate incorrection de votre compagnon, cestcest intolérable ! !Ce monsieur, à qui jai fait lhonneur, que dis-je ! ? Limmense privilège de lui permettre de jouerIl sarrêta en manque de souffle, leva un index mauvais et continua à vociférer. - En public ! ! Et quel public ! ? Monsieur le Conseiller Général, Monsieur le sénateur, Monsieur le sous-préfet et madameUne si pieuse femmeMonseigneur lévêque du MansEst-ce que vous vous rendez compte ! ? Le groupe délèves hocha gravement la tête, mal-heur à celui qui naurait pas partagé cet avis. - Et ce monsieur se permet darriver en retard pour lune de nos ultimes répétitionsEn retard ou pas du tout, allez savoir, rien ne me surprend plus de la part des ingrats. Les dents du professeur grincèrent sous leffet de la rage. Dun geste teigneux, il frappa sa baguette sur le rebord du pupitre.
9
Lenfant au piano
- Reprenons, voulez-vous ! A la cinquième me-sure, pour le violoncelleEt tâchez à que se soit parfait. Le jeune Julien serra larchet entre ses doigts tremblants et respira profondément. Larchet glissa sur la corde dans un Sol profond dominé par le tin-tement aigre et faux de la cloche du portail dentrée. Le professeur se raidit sur la pointe des pieds, serra les dents, faillit briser sa baguette et, furieux, quitta la pièce. Sébastien nosait faire un pas, il restait figé sur le perron, le visage ruisselant, les épaules tremblantes sous leffet du froid et de leau qui le pénétrait sa maigre peau jusquà los, les tripes tordues par lan-goisse. - Monsieur Jourdin, pour quoi prenez-vous cette maison ! ? Sébastien ne répondait pas. - Quattendez-vous pour ôter votre manteau ! ? Je vous prierai de le retirer dehors et de le suspendre à la balustradeCe nest quune ridicule averse, il séchera bienSi le contraire était, alors, tant pis pour vous ! Puis il ricanait. Pour lélève, tenter une excuse nétait que peine perdue. Le ciel sembla compatir aux déboires du jeune homme, la pluie cessa. Sébas-tien ôta son manteau et le déposa sur la rampe mé-tallique. - Vous allez aussi retirer vos chaussures ! Et puis dépêchez-vous ! Le froid entre ! On voit que ce nest pas vous qui payez le chauffage ! Des entrailles de la maison, une voix grinçante leur parvint : - La porte ! ! va-t-on fermer cette satanée porte ! ! Comme si ce fut le diable lui-même qui parlait, Huguelin entra la tête dans ses épaules et eut un re-gard terrorisé. Il saisit son élève entre deux doigts,
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin