L'Ermite de Mafate

De
Publié par

Quand un refoulé sexuel imprégné de mysticisme et affligé de nombreux complexes rencontre une nymphomane, elle-même en proie à des croyances et superstitions ancestrales, il se passe des choses assez singulières. Dans un roman captivant où chaque page réserve une surprise, l'auteur nous entraîne dans le sillage de son héros Bruno Schwartz et de sa compagne Natacha Khanilov, au gré d'une trame insolite s'étendant des hauteurs de la Butte Montmartre aux sommets de l'île de La Réunion, en passant par la campagne creusoise. Cette fiction qui tient le lecteur en haleine jusqu'à son dénouement tragique incite à réfléchir sur des sujets majeurs tels que pathologies comportementales, complexité de la relation amoureuse et phénomènes sociétaux. L'érotisme est également très présent, dans un cadre tourmenté où le sérieux le dispute à la fantaisie, la profondeur à la légèreté, le tout imprégné d' une certaine noirceur. Un ouvrage dont la lecture ne laisse pas indifférent.
Publié le : jeudi 24 mai 2012
Lecture(s) : 27
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748385410
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748385410
Nombre de pages : 118
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
De Creuse à Paris à pied,1990 Des marcheurs au bout de leur rêve,1991 Jacques Lanzmann ou le sens de la marche,1994 Par monts et par mots,2000 Tsomo, lexilée tibétaine,2010 La Route des copains,2011 Laristocrate et le brayaud,2012 LInde quil ne faut pas voir,2012
Jean-Michel Auxiètre
L’ERMITE DE MAFATE
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0117559.000.R.P.2012.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2012
Cet ouvrage est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ne serait que coïnci-dence
1 Bruno Schwartz souffrait, depuis des années, dun déséqui-libre psychique et de troubles comportementaux que les thérapies successives navaient jamais endigués. Son mal-être était permanent. Bourré de complexes, il traversait la vie dans la souffrance. À trente ans bien sonnés, il lui semblait impossible de dépasser cet état dinsatisfaction prolongée qui lenfermait dans une prison sans barreaux. Les psychologues et les psy-chiatres sinterrogeaient sur son cas. Ils étaient surpris quen dépit des affections quil cumulait il parvînt à mener une exis-tence quasi « normale », sans porter préjudice à quiconque. En effet, rien ne le distinguait des autres, si ce nest cette angoisse à fleur de peau, ces peurs irraisonnées, ces blocages à répétition  et linsondable tristesse qui ne le quittait que très rarement. Nayant jamais pu affronter une relation féminine malgré quelques élans très vite refoulés, il était resté vieux garçon. Sa seule expérience sexuelle qui remontait à la fin de ladolescence, dans un bordel parisien, navait fait quaccroître le manque de confiance en soi dont il était imprégné. Son inhibition était telle que lacte navait pas failli saccomplir. Indulgente, la prostituée sétait contentée de sourire. Mais en descendant lescalier, Bru-no sétait retrouvé face à ses inaptitudes, convaincu que désormais il lui faudrait assouvir lui-même ses désirs, sous peine de se couvrir de ridicule. En évoquant les problèmes de Bruno, les spécialistes par-laient volontiers de syndrome dépressif, mais cétait davantage encore. À intervalles plus ou moins réguliers, des crises de mys-
9
L’ERMITE DE MAFATE
ticisme le transportaient dans un monde surnaturel peuplé de saints, de démons, de fantômes, et entraînaient des rituels com-pliqués qui rendaient à la fois mystérieuse et inquiétante la dimension pathologique de sa personnalité. Lendroit où il sétait fixé, à Paris, rue Gabrielle, sur la butte Montmartre, à deux pas du Sacré-Cur, lui permettait de rejoindre aisément cet univers éthéré, où il se réfugiait pour conjurer ses craintes et fuir les basses contingences dun quotidien quil supportait fort mal. Limposante basilique navait plus de secrets pour lui. Il en avait exploré tous les recoins. Certains jours, dans la vaste nef où il restait figé durant des heures, il se livrait à la méditation, mains jointes, paupières baissées, le visage crispé et parcouru de tics nerveux. Ses prières demeuraient vaines. Aucune divinité, hélas, navait jusque-là, allégé ses tourments. On avait, bien sûr, recherché dans sa prime enfance et son entourage familial les possibles raisons de ce déséquilibre, mais aucun élément sérieux ne permettait dexpliquer le désespoir et les déviances auxquels cet homme était en proie. Bruno avait été un bébé sans histoires. Ses parents, enseignants lun et lautre, lavaient élevé selon des méthodes inspirées du juste milieu, ni trop sévères ni trop douces, sans que la relation de ce petit noyau ne fût ternie par un conflit majeur. À lécole on re-marqua cependant, chez cet enfant renfermé et quelque peu atone, une propension à la solitude, confortée par le fait quil était fils unique. Il ne fuyait pas le contact dautrui mais jouait peu avec ses camarades, se contentant dêtre là, passif et om-brageux, au sein dune communauté scolaire qui le laissait indifférent. Ses maîtres conseillèrent aux parents le bénéfice dun suivi psychologique, que ces derniers acceptèrent volon-tiers. Bruno se rendit donc chaque semaine, de la maternelle jusquà la sixième, à des séances de rééducation censées le faire sortir de son enfermement. Dès son entrée au collège, les choses semblèrent saméliorer. Cétait un élève docile, attentif et
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant