Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,45 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Pourquoi tu souris

de editions-amalthee

Un cri silencieux

de love.titine

L’éternel Camélia
Valérie Guilmé
L'éternel Camélia





NOUVELLES











Le Manuscrit
www.manuscrit.com












© Éditions Le Manuscrit, 2006
20, rue des Petits Champs
75002 Paris
Téléphone : 08 90 71 10 18
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-6927-1 (fichier numérique)
EAN : 9782748169270(fichier numérique)
ISBN : 2-7481-6926-3 (livre imprimé) 8169263(livre imprimé)













8



PROLOGUE


Comme la plupart d’entre-nous, j’ai été sensible à
certain nombre de faits d’actualité. J’ai remarqué que
lorsqu’il se produit une catastrophe, les victimes font la
une des médias et puis petit à petit, elles tombent dans
l’oubli.

J’ai voulu à travers ce recueil de nouvelles, faire
perdurer la mémoire de ces gens, rendre hommage à
ceux qui se battent tous les jours contre les séquelles
laissées par les accidents de la vie. Et les autres...

Chacune de ces personnes mérite de demeurer
éternelle, bien à l’abri entre les pages d’un livre.
Et puis, si ma dernière histoire était vraie, ils seraient
encore là !

C’est le moment pour moi de dire merci à J.M et H.
Ils sont les « héros » de deux de ces nouvelles et aussi
mes amis. Je leur souhaite une longue et belle vie.

Je vous souhaite à tous, une très bonne lecture.
À très bientôt.
L’ÉTERNEL CAMÉLIA
10 VALÉRIE GUILMÉ











VU D’EN HAUT

11L’ÉTERNEL CAMÉLIA
12 VALÉRIE GUILMÉ








Je n’appose pas de nom sur l’état dans lequel je me
trouve. Jusqu’à ces deux derniers jours, il m’était
inconnu. Moi, d’ordinaire si stressé, perpétuellement
aux aguets, je suis maintenant parfaitement détendu. Me
voilà capable de jeter un regard par-dessus mon épaule
et d’analyser les évènements qui me sont arrivés ces
dernières années, jusqu’à avant-hier. Je suis comme en
apesanteur, comme détaché de la réalité. Il y a fort à
parier que c’est pour cela que je peux de nouveau
parcourir le chemin, en sens inverse.

Je me prénomme Peter, j’ai trente-deux ans. Je suis
anglais, londonien, pour être plus précis. Il y a dix ans,
je suis parti vivre aux États-Unis. Au début, je croyais
que cela resterait provisoire, et puis, progressivement, je
me suis installé. Tout est permis de l’autre côté de
l’Atlantique pour qui sait être ambitieux, travailleur et
doté d’une bonne dose de culot. Je débordais
d’imagination, j’avais l’insouciance de ma jeunesse et des
projets à revendre. Le rêve américain n’est pas un
mythe, il existe, il est à portée de main. Je le sais, je l’ai
touché du doigt.

J’ai achevé mes études à l’université de Cleveland.
C’est sur le campus où je logeais, que j’ai rencontré celle
qui allait devenir ma femme ; Dorothy. New-yorkaise de
13