L'Homme aux ciseaux d'argent

De
Publié par

– Tu vas donc dessiner des vestes pour des gros, des maigres, des petits, des grands et des mal foutus…
– Un tailleur doit pouvoir habiller tout le monde !
– C’est un métier d’artiste que tu apprends… mais je suis ton grand-père, je suis certainement mauvais juge !


En ce début des années cinquante, Jacques est fasciné par le tailleur de son village du Cantal. Après le certificat d’études, il entre auprès de lui en apprentissage. Un choix audacieux car tous ses camarades se moquent de lui, considérant que la couture est un métier pour les filles. Mais Jacques n’en a cure et travaille avec acharnement malgré les tentations de l’adolescence. Son coeur est mis à rude épreuve par les vacancières venues de la ville, attirées par ce campagnard un peu artiste. À force d’application, de passion, grâce, surtout, à la bienveillance de son mentor, Jacques apprend à maîtriser à la perfection les grands ciseaux d’argent de son patron. Vient le jour d’une décision difficile : rester fidèle à ce maître auquel il doit tout ou rejoindre les lumières de la ville pour se forger son propre destin…

À travers ce roman sensible et d’une grande justesse, l’auteur de La Pierre marquée et de tant d’autres succès nous livre un plaidoyer très actuel en faveur de l’apprentissage, un magnifique éloge de la transmission.

Publié le : mercredi 15 janvier 2014
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702152317
Nombre de pages : 352
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
– Tu vas donc dessiner des vestes pour des gros, des maigres, des petits, des grands et des mal foutus…
– Un tailleur doit pouvoir habiller tout le monde !
– C’est un métier d’artiste que tu apprends… mais je suis ton grand-père, je suis certainement mauvais juge !


En ce début des années cinquante, Jacques est fasciné par le tailleur de son village du Cantal. Après le certificat d’études, il entre auprès de lui en apprentissage. Un choix audacieux car tous ses camarades se moquent de lui, considérant que la couture est un métier pour les filles. Mais Jacques n’en a cure et travaille avec acharnement malgré les tentations de l’adolescence. Son coeur est mis à rude épreuve par les vacancières venues de la ville, attirées par ce campagnard un peu artiste. À force d’application, de passion, grâce, surtout, à la bienveillance de son mentor, Jacques apprend à maîtriser à la perfection les grands ciseaux d’argent de son patron. Vient le jour d’une décision difficile : rester fidèle à ce maître auquel il doit tout ou rejoindre les lumières de la ville pour se forger son propre destin…
À travers ce roman sensible et d’une grande justesse, l’auteur de La Pierre marquée
et de tant d’autres succès nous livre un plaidoyer très actuel en faveur de l’apprentissage, un magnifique éloge de la transmission.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.