Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

L’italienne

De
250 pages
Le parcours d’une femme à la ténacité étonnante

"Marie-Rose : Je savais que cette femme qui montait les escaliers de la boutique avec son chapeau cloche allait compter dans ma vie.
Sylviane : Je lui ai donné ma carte, mon téléphone, alors que je ne le fais jamais.
Marie-Rose: Sylviane représentait la femme que j’aurais voulu être.
Sylviane : « Marie-Rose m’a donné l’occasion de me racheter de la chance que j’ai dans la vie.

Elles disent parce que c’était elle, parce que c’était moi. Deux sœurs.

On rêve qu’on a pleuré avec elles, qu’on a pleuré de rire dans leurs bras lorsqu’elles se sont raconté leurs vies l’hiver passé dans l’appartement lausannois de Marie-Rose. On envie la confiance qu’elles ont placée l’une dans l’autre, immédiatement, aux premières paroles dites. Instinctivement, en sachant d’avance qu’elles auraient une histoire commune.

Deux femmes. Une écrivaine, Sylviane Roche, professeur de français à Nyon, et une Italienne du Sud, vendeuse de mode dans une boutique lausannoise, qui lui ressemble, Marie-Rose De Donno. Mères et femmes, brunes et fortes. Lumineuses. Mères, mamans comme une évidence : c’est par Sandro que tout a commencé, que ça ne finira jamais. Sandro, ce fils éblouissant, retrouvé mort il y a trois ans au bas de l’esplanade de Montbenon à Lausanne, écrasé sur la station-service. (…) Elle veut savoir, cette mort ne la laissera pas en paix tant qu’il y aura encore quelque chose à comprendre, à expliquer…" - Isabelle Falconnier, L’Hebdo

Un roman biographique porté par la merveilleuse harmonie qui unit deux femmes exceptionnelles

EXTRAIT

Je m’appelle Marie-Rose, mais quand j’étais petite, tout le monde me disait Rosetta. Je suis née le 19 août 1950, en Italie du Sud dans une petite ville qui s’appelle Maglie. Nous étions cinq enfants. Je suis la dernière. Évidemment ma mère ne me voulait pas ! Elle a tout essayé pour avorter : les aiguilles à tricoter, des bains avec de l’eau salée, tous les vieux trucs de bonne femme. Elle a tout fait pour que je ne naisse pas. Rien à faire. Je m’accrochais déjà, tu vois. Obstinée. Après, elle s’en voulait, elle avait très peur que je ne sois pas normale avec tous ces trucs ! Elle culpabilisait, la pauvre. Eh bien non. Je suis venue au monde malgré tout et tout à fait normale. Enfin j’espère !
Alors voilà, ça c’est l’histoire de ma naissance. Tu vois, ça commence bien.

A PROPOS DES AUTEURES

Sylviane Roche, d’origine française, est née à Paris, dans le quartier du Marais. Elle est venue en Suisse à l’âge de vingt ans et s’est installée à Lausanne. Elle s’y est mariée et a eu deux enfants, Emmanuel et Élodie. Elle a aussi obtenu une licence de lettres à l’Université de Lausanne. Bien qu’elle ait été très bien accueillie et intégrée en Suisse, elle s’est toujours sentie dépaysée, exilée à Lausanne, et reste très attachée à Paris et à la France où vit toute sa famille et où elle rentre souvent.

D’origine italienne, Marie-Rose De Donno vit et travaille en Suisse depuis de très nombreuses années. Elle a raconté son parcours dans L’Italienne, écrit avec Sylviane Roche.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

L'étoffe des songes

de editions-luce-wilquin6926

Nos rires et mes larmes

de editions-verone

Le parcours d’une femme à la ténacité étonnante

"Marie-Rose : Je savais que cette femme qui montait les escaliers de la boutique avec son chapeau cloche allait compter dans ma vie.
Sylviane : Je lui ai donné ma carte, mon téléphone, alors que je ne le fais jamais.
Marie-Rose: Sylviane représentait la femme que j’aurais voulu être.
Sylviane : « Marie-Rose m’a donné l’occasion de me racheter de la chance que j’ai dans la vie.


Elles disent parce que c’était elle, parce que c’était moi. Deux sœurs.

On rêve qu’on a pleuré avec elles, qu’on a pleuré de rire dans leurs bras lorsqu’elles se sont raconté leurs vies l’hiver passé dans l’appartement lausannois de Marie-Rose. On envie la confiance qu’elles ont placée l’une dans l’autre, immédiatement, aux premières paroles dites. Instinctivement, en sachant d’avance qu’elles auraient une histoire commune.

Deux femmes. Une écrivaine, Sylviane Roche, professeur de français à Nyon, et une Italienne du Sud, vendeuse de mode dans une boutique lausannoise, qui lui ressemble, Marie-Rose De Donno. Mères et femmes, brunes et fortes. Lumineuses. Mères, mamans comme une évidence : c’est par Sandro que tout a commencé, que ça ne finira jamais. Sandro, ce fils éblouissant, retrouvé mort il y a trois ans au bas de l’esplanade de Montbenon à Lausanne, écrasé sur la station-service. (…) Elle veut savoir, cette mort ne la laissera pas en paix tant qu’il y aura encore quelque chose à comprendre, à expliquer…" - Isabelle Falconnier, L’Hebdo

Un roman biographique porté par la merveilleuse harmonie qui unit deux femmes exceptionnelles

EXTRAIT

Je m’appelle Marie-Rose, mais quand j’étais petite, tout le monde me disait Rosetta. Je suis née le 19 août 1950, en Italie du Sud dans une petite ville qui s’appelle Maglie. Nous étions cinq enfants. Je suis la dernière. Évidemment ma mère ne me voulait pas ! Elle a tout essayé pour avorter : les aiguilles à tricoter, des bains avec de l’eau salée, tous les vieux trucs de bonne femme. Elle a tout fait pour que je ne naisse pas. Rien à faire. Je m’accrochais déjà, tu vois. Obstinée. Après, elle s’en voulait, elle avait très peur que je ne sois pas normale avec tous ces trucs ! Elle culpabilisait, la pauvre. Eh bien non. Je suis venue au monde malgré tout et tout à fait normale. Enfin j’espère !
Alors voilà, ça c’est l’histoire de ma naissance. Tu vois, ça commence bien.

A PROPOS DES AUTEURES

Sylviane Roche, d’origine française, est née à Paris, dans le quartier du Marais. Elle est venue en Suisse à l’âge de vingt ans et s’est installée à Lausanne. Elle s’y est mariée et a eu deux enfants, Emmanuel et Élodie. Elle a aussi obtenu une licence de lettres à l’Université de Lausanne. Bien qu’elle ait été très bien accueillie et intégrée en Suisse, elle s’est toujours sentie dépaysée, exilée à Lausanne, et reste très attachée à Paris et à la France où vit toute sa famille et où elle rentre souvent.

D’origine italienne, Marie-Rose De Donno vit et travaille en Suisse depuis de très nombreuses années. Elle a raconté son parcours dans L’Italienne, écrit avec Sylviane Roche.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin