L'odeur âcre de la Peur

De
Publié par

Les tueurs à gages, les vrais, n’ont ni l’air froid et glacé d’Alain Delon, ni une vie de flambeur à grande vitesse, avec un costard de chez Smalto, une Ferrari rouge, des pompes en croco et des petites amies top models potentiels. Je sais de quoi je parle. Je suis un tueur. Si, maintenant, je me mets à vous raconter ma vie, c’est parce que je redoute, j’angoisse un peu : j’ai bien peur de ne pas être loin de la mort. J’ai toujours été près de la mort , peut-on me faire remarquer... Mais cette fois-ci, c’est de la mienne qu’il s’agit. Si maintenant vous, vous être en train de lire ce texte, il y a de fortes chances pour que je sois mort... On ne rigole pas avec ce milieu-là...
Publié le : jeudi 2 mai 2002
Lecture(s) : 44
EAN13 : 9782748111507
Nombre de pages : 155
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lodeur âcre de la Peur
Samuel Mourier
Lodeur âcre de la Peur Mémoires dun tueur
BIOGRAPHIE(FICTION)
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2-7481-1151-6 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-1150-8 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
manuscrit.com  maison dédition francophone  a pour vocation de réunir les conditions idéales pour que tous les manuscrits trouvent leur public. Pour ce faire, manuscrit.com sest doté du plus grand réseau de lecteurs professionnels : composé de libraires et de critiques, il est entièrement voué à la découverte et à la promotion dauteurs de talent, afin de favoriser lédition de leurs textes. Dans le même temps, manuscrit.com propose  pour accélérer la promotion des uvres  une diffusion immédiate des manuscrits sous forme de fichiers électroniques et de livres imprimés. Cest cette édition que le lecteur a entre les mains. Les imperfections quil y décèlera peut-être sont indissociables de la primeur dune telle découverte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
AVANT DE COMMENCER MON HISTOIRE
Si je commence à écrire lhistoire de ma vie, cest parce que, certains soirs, elle défile devant mes yeux comme un mauvais film de série C, et, par cette confession, jespère un peu exhorciser ma peur Je ne sais pas par quel moyen mon récit est sous vos yeux en ce moment Si vous lisez, cest quil y a de fortes chances que jai été obligé de diffuser ce document dune manière ou dune autre
Il y a ceux qui penseront que tout a été inventé Tant mieux pour eux. Puis, il y a ceux qui croiront que cest vrai Pour ceux-là, je suis donc volontairement flou (ou menteur) sur de nombreux détails : les prénoms, les villes, les rues, les dates, mon propre nom Jai exécuté tant de contrats qui sont passés pour des morts accidentelles que je ne tiens pas à enlever les illusions de certains
Je ne vous souhaite pas une bonne lecture On ne dit pas « bienvenue » à quelquun qui va partager votre cauchemar
7
I
Faut pas croire ce quon voit au cinéma. Faut pas croire, non plus, ces presque vieux qui se vantent dans les « cimetières des éléphants ». Vous savez ? Ces boites où ils font tourner entre leurs bras des femmes finissantes. Je veux parler de celles qui ne se prennent pas à rêver dêtre encore désirables entre les bras de jeunes égarés pour qui elles sont, soit des brouillons, soit le gage infligé pour un morceau de pain resté au fond du caquelon de fondue du pré-réveillon. Ces demi-vieux là nont jamais été les porte-flingues de quelconques truands patentés, ils sont plutôt des retraités des chemins de fer qui, entre deux trains, ont beaucoup lu de romans policiers et seulement tiré les palombes. Les tueurs à gages, les vrais, nont ni lair froid et glacé dAlain Delon, ni une vie de flambeur à grande vitesse, avec un costard de chez Smalto, une Ferrari rouge, des pompes en croco et des petites amies top modèles potentiels.
Je sais de quoi je parle. Je suis un tueur.
Un vrai tueur, cest quelquun qui nexiste pas, quelquun qui na pas de vie, pas dami, pas de rela-tion. Cest presque un fantôme. Pourtant, il ne faut pas croire que cest quelquun dinsensible, comme
9
Lodeur âcre de la Peur
lobotomisé. Non, au contraire, cest un gars pas-sionné. Un fou de quelque chose ; un gars qui aime des trucs inattendus : des disques de jazz, les pe-tites voitures des années 50, un château dans les Corbières, les insignes militaires, les statuettes en bronze Et il aime cela plus que la vie, plus que la vie des autres, bien sûr Mais aussi plus que la sienne même ; car un tueur, parce quil est tueur, ne vit pas. Sa vie est une vie transparente, comme écrite sur du calque : translucide, sans incidence sur le regard distrait que jette le vulgum pecus sur ses congénères. Sans amis, sans amour, sans collègues Juste sa passion Moi, si je suis tueur cest parce que je suis un fondu de guitares électriques.
Si, maintenant, je me mets à vous raconter ma vie, cest parce que je redoute, jangoisse un peu : jai bien peur de ne pas être loin de la mort. Jai toujours été près de la mort ; peut-on me faire remarquer Mais cette fois-ci, cest de la mienne quil sagit. Jen connais les signaux, surtout de celle qui est sur commande, de la pas naturelle, de la sur mesure, de la cousue main Mais si je connais son bruit, son odeur, ses circonstances, je sais aussi quelle va me laisser le temps de raconter un bout de la non-vie qui a été la mienne, juste éclairée, de temps en temps par les merveilleux reflets des ver-nis de quelques demi-caisses, de quelques guitares de jazz, de quelques solid-bodies de légende, tenues de longues nuits entre les mains. Vous, si maintenant, vous être en train de lire ce texte, il y a de fortes chances pour que je sois mort. Ou quoncroie que je le suis On ne rigole pas avec ce milieu-là Alors ne men veuillez pas si je reste imprécis quand aux lieux, si je mens au sujet du nom des rues, si je ne précise pas toutes les dates, si je ne
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Fabio Montale

de editions-gallimard

Blanès

de editions-gallimard