Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 7,90 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Le Français de Roseville

de editions-de-l-aube

Le Français de Roseville

de editions-de-l-aube

Figurant d'époque - article ; n°1 ; vol.14, pg 37-39

de MATERIAUX_POUR_L-HISTOIRE_DE_NOTRE_TEMPS

2
Titre
L'odeur du violon
3
Titre Anis Djaad
L'odeur du violon
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02556-9 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304025569 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02557-6 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304025576 (livre numérique)
6
A mes parents, A ma soeur, A mes nièces, Wafa, Lina, Nour
8
Petite biographie de l’auteur
-1-
Le poète catalan Joan Maragall l’appelait la belle magicienne. Un siècle s’est écoulé depuis et elle n’a pas perdu un gramme de cette potion ensorcelante qu’elle jette tout en douceur sur chaque routard qui passe et sur chaque visiteur qui séjourne. Je ne vous apprends rien en prétendant que toute ville à sa propre âme. Mais celle de Barcelone est singulière au point de devenir étrange. Il est vrai que toutes ses semblables n’ont pas cette chance de voir le souffle de la divinité vagabonder toute la nuit, puis, s’envoler au petit matin. Il ne partira pas bien loin, nichant à son accoutumée en haut de ces platanes qui bordent lesRamblasque le et vent d’hiver fait frémir en ce mois de novembre polaire. Le flux touristique a fini par se détourner la ville des prodigesles voies maritimes et les par couloirs aériens au bord d’une saturation hystérique. Le soleil est mort, au revoir le port où le navire-musée de Colomb va subir son
9
L'odeur du violon
énième lifting au risque de couler par la faute de ses cales désertées. Il tangue à perte, au gré de la vacuité de son équipage. Quelqu’un pour venir faire craqueler le parquet vernis à neuf ? Du Montjuïc, cette colline majestueuse où les luxuriants jardins maudissent les oukases du givre, Barcelone semble si léthargique. Reste à se méfier des villes qui dorment, il se passe toujours quelque chose durant leurs longues somnolences matinales. De si loin, pourtant, la vue imprenable se voile tel un cliché datant du temps du cinéma muet. Autant que ces perpendiculaires qui se frôlent en contrebas et qui finissent par se rejoindre dans un croisement que seul l’intelligent centre du trafic routier sait réguler comme un mécanisme d’une montre suisse. Attendez-vous à ce que le réveil des magiciens imaginaires se fasse brusque. Probablement, due à une brise marine qui elle-même ignore sa provenance. Elle s’abat sans prévenir mais sans ne jamais provoquer de sursauts frénétiques parmi la population catalane. Eté comme hiver, elle s’étire jusqu’à nourrir abondamment sa prestesse originelle. Le tempo est à concerter dans le mythique marché de laBoqueriaoù l’on s’y habitue vite au frais de la marchandise qui s’arrache à la force des gorges déployées de ces grasses marchandes espagnoles. Il leur suffit de déplacer
10