L'oeil de Galilée

De
Publié par

                Les bâtisseurs du ciel : Tome 3

Octobre 1601. Aux funérailles de l’astronome et mathématicien Tycho Brahé, son successeur, Johann Kepler, s’appuie sur la canne léguée par le défunt : le bâton d’Euclide. Ce que tout le monde ignore, c’est que cette canne est creuse et que Kepler y a dissimulé les milliers d’observations volées à la rapacité des héritiers de Tycho.
L’espion anglais Asquew aimerait en prendre connaissance pour aider à la navigation des vaisseaux de sa Majesté Elisabeth I. Les préoccupations de Kepler, elles, sont d’ordre purement scientifique : il s’agit de déterminer l’orbite des planètes, en particulier Mars, sans recourir à des artifices mathématiques. Il a alors l’idée de changer de point de vue et de refaire ses calculs comme s’il était sur la planète rouge. Les trois lois de Kepler qui vont bouleverser notre vision de l’Univers sont en passe d’être découvertes.
Cependant, en Italie, Galilée invente sa lunette astronomique et découvre les satellites de Jupiter. Kepler avait tenté jadis d’entrer en correspondance avec lui, mais Galilée n’y avait pas donné suite, craignant qu’un échange avec ce protestant ne le mette en danger auprès du Vatican et de l’Inquisition. A Prague, enfin en possession de la fameuse lunette, Kepler confirme les découvertes de l’Italien….
Publié le : mercredi 21 janvier 2009
Lecture(s) : 37
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709633970
Nombre de pages : 350
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les bâtisseurs du ciel : Tome 3

Octobre 1601. Aux funérailles de l’astronome et mathématicien Tycho Brahé, son successeur, Johann Kepler, s’appuie sur la canne léguée par le défunt : le bâton d’Euclide. Ce que tout le monde ignore, c’est que cette canne est creuse et que Kepler y a dissimulé les milliers d’observations volées à la rapacité des héritiers de Tycho.
L’espion anglais Asquew aimerait en prendre connaissance pour aider à la navigation des vaisseaux de sa Majesté Elisabeth I. Les préoccupations de Kepler, elles, sont d’ordre purement scientifique : il s’agit de déterminer l’orbite des planètes, en particulier Mars, sans recourir à des artifices mathématiques. Il a alors l’idée de changer de point de vue et de refaire ses calculs comme s’il était sur la planète rouge. Les trois lois de Kepler qui vont bouleverser notre vision de l’Univers sont en passe d’être découvertes.
Cependant, en Italie, Galilée invente sa lunette astronomique et découvre les satellites de Jupiter. Kepler avait tenté jadis d’entrer en correspondance avec lui, mais Galilée n’y avait pas donné suite, craignant qu’un échange avec ce protestant ne le mette en danger auprès du Vatican et de l’Inquisition. A Prague, enfin en possession de la fameuse lunette, Kepler confirme les découvertes de l’Italien….
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.