//img.uscri.be/pth/6be344862573e329a1f9e2a5f86a0e1b1683c5b8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'ombre blanche

De
99 pages
Lui, c’est un corps de chair qui voudrait s’appeler Gabriel Simon. L’Autre, Paul, lui annonce sa mort prochaine, s’il n’écrit pas. Il n’a que cinq nuits puisque, le jour il travaille. J’avoue, Moi son âme, préférer le voir faire un vrai métier. L’Autre était son âme avant que Lui se rende compte que l’écriture ne lui rapportait rien. Lui passe ses nuits tiraillé entre son désir et sa peur de créer. La folie, qui ne lui est plus d’aucun secours, le fait sombrer dans le néant. Seule Elle pourrait le sauver mais, elle est trop loin. Les personnages de ses romans l’implorent, ils ne veulent pas le suivre dans la mort. L’Autre voudrait reprendre sa place dans ce corps, je n’ai pas envie de la lui rendre et seul un duel peut nous départager.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Lombr’ e blancheGabriel Simon
Lombr’ e blanche
ROMAN' manuscrit.com, 2002
ISBN: 2-7481-0613-X (pourlefichiernumØrique)
ISBN: 2-0612-1 (pour le livreimprimØ)Avertissement de l Øditeur
DØcouvertparnotrerØseaudeGrands Lecteurs(libraires,revues,critiques
littØraires etde chercheurs),ce manuscritestimprimØ telunlivre.
D Øventuellesfautesdemeurentpossibles;manuscrit.com,respectueusede
lamiseenformeadoptØeparchacundesesauteurs,conserve,àcestadedu
traitement de l ouvrage, le texte en l Øtat.
Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com
5bis, rue de lA’ sile Popincourt
75011 Paris
TØlØphone:0148075000
TØlØcopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comEntrezenvous-mŒme,cherchezlebesoinquivousfait
Øcrire : examinez s il pousse ses racines au plus pro-
fond de votre coeur. Confessez-vous à vous-mŒme :
mourriez-vous s’il vous Øtait dØfendu d Øcrire ? Ceci
surtout, demandez-vous à l heure la plus silencieuse
devotrenuit: «Suis-jevraimentcontraintd Øcrire?»
R. M. RILKE. Lettres à un jeune poŁte.
A tous mes bourreaux et,
à Elle, pour sa patience et sa foi…
7NUIT 1
J enfoncelaclØdanslaserrure,latourneetouvre
la porte. La chambre est noire mais je n Øclairepas.
Je distingue le lit. J entre et ferme la porte. J y
suis enfin arrivØ, c’est la nuit. Je pose mes affaire
dans l entrØe et vais m’allonger. Je respire l odeur
de cette obscuritØ. Je laisse sortir de moi la fatigue
du voyage. Je pense à ce moment que je vis.
Oø me va conduire cela pas je ne sais ? Exac-
tement plus, de ne le savoir que trop bien j ai peur.
Qu une issue : la mort je crains qu il n y ait.
Voil que je recommence à tout inverser. La fa-
tigue certainement. Il est temps maintenant de ran-
ger mes affaires et de travailler. C’est ma premiŁre
nuit ici, dans un h tel de Nancy. Cet instant, je l ai
attendu si longtemps que je n ose le croire enfin l .
Je le dØsirais pour enfin Œtre seul et loin de tout. Je
le redoutais aussi, parce que j en suis certain, je ne
vais pas rester seul longtemps.
J allumelalumiŁrepuisjem installe. Jeposesur
le bureau mon bloc de papier et mon stylo encre.
Tout est prŒt. Je regarde la chambre et essaie d’en
saisir le moindre dØtail. Il n y a rien d autre que les
mursetlesolblancs. DecetteblancheursedØtachent
9