Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

Le Manuscrit www.manuscrit.com
La bourrelle
Le Manuscrit www.manuscrit.com
Béatrice Deparpe
La bourrelle
ROMAN
Le Manuscrit www.manuscrit.com
© Éditions Le Manuscrit, 2006 20, rue des Petits Champs 75002 Paris Téléphone : 08 90 71 10 18 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com communication@manuscrit.com ISBN : 2-7481-6843-7 (fichier numérique) ISBN : 2-7481-6842-9 (livre imprimé)
Quand l’enfance s’enfuit, il faut trouver un autre soleil à sa vie.
BÉ A T R I C EDE P A R P E
1 – Antoine ! Antoine ? Où est-ce qu’il est ?… Élodie ? Élodie ! – Oui ? Zut ! Élodie referma son livre. Assise sur son lit, les pieds retrouvant l’aplomb du sol, elle corna sa page à regret avant de poser l’ouvrage sur son chevet encombré, poussant perles et colliers, laissant Barbie tomber si brusquement que la poupée en perdit un de ses minuscules souliers roses, lequel roula sous le lit. – Zut ! Zut et Zut ! Oh, et puis, elle n’a qu’à les ranger, ses jouets… Elle, c’était la petite Judith. Qui partageait sa chambre, ses bijoux, ses livres, ses secrets parfois. La petite sœur qui écoute tout docilement, même à n’y rien comprendre. Élodie n’avait pas le temps de chercher après les souliers de Barbie. De l’autre côté du mur, sa mère s’impatientait. – Qu’est-ce qu’il y a ? s’enquit la gamine, du milieu du couloir. Il lui fallut attendre de revenir sur la salle à manger pour que sa mère, les jambes au repos sur le tabouret, le reste du corps sur le canapé, lui réponde:
9
L a b o u r r e l l e
– Ah ! Tu es là ! Où est ton frère ? demanda me M Lacoche, vaguement inquiète. – Je ne sais pas… il est pas devant ? – Il aurait dû, être devant ! Bon, habille-toi, il faut aller chercher ta sœur… Dépêche-toi, il est vingt ! – Mais… – Dépêche-toi ! Sans plus de résistance, Élodie se pressa d’enfiler ses tennis, restées sur la serpillière, dans l’entrée. – Tiens, prends le porte-monnaie ! Tu ramèneras le pain en même temps, la retint sa mère. – Une baguette ? – Deux. – J’y vais… mais si tu vois Antoine, dis-lui que c’était son tour ! Je ne vais pas encore y aller la semaine prochaine ! Station debout difficile, varices, rétention d’eau et phlébite avaient eu raison de la mobilité de la maîtresse de maison, pourtant vaillante. À force de traitements, de me repos et de régimes désodés, M Lacoche retrouvait lentement ses capacités motrices d’avant la maladie, mais il faudrait attendre encore des mois avant de la revoir se promener seule en ville ou faire ses commissions. Depuis qu’elle avait « perdu ses jambes », comme elle le répétait avec humour aux voisines qui venaient, encore trop souvent, lui tenir compagnie alors que le remède idéal aurait été le repos et uniquement le repos, Élodie et Antoine avaient été mis à contribution pour effectuer quelques tâches. Demi-pensionnaires tous les deux au collège Les Merisiers, à l’autre bout de e e la ville, respectivement en classe de 4 A et de 3 D, les adolescents assuraient le dépannage pour les courses
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin