La carrière

De
Publié par

C'était durant l'été, il y a quelques années, Jean-lou et Léo avaient découvert ces ruines et s'y étaient aventurés lors d'une escapade loin de la maison pour découvrir toujours un peu plus loin, par goût de l'inconnu. Ils avaient à l'aide d'une vieille planche en bois aplati les ronces et étaient parvenus à grimper sur un pan des murs. Léo avait ressenti ce déclic. Il avait ressenti une présence invisible qui le contactait. C'est un peu comme un oeil qui s'ouvre à l'intérieur de soi, un oeil et une oreille. C'est à la fois effrayant et intéressant au sens que cela excite la curiosité. Mais à l'époque, Léo avait eu conscience de refermer cet oeil ou cette oreille. Cela avait duré quelques secondes à peine.
Publié le : lundi 7 avril 2003
Lecture(s) : 52
Tags :
EAN13 : 9782748129588
Nombre de pages : 73
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

La carriŁreLudovic CouØ
La carriŁre
ROMAN' manuscrit.com, 2003Avertissement de l Øditeur
DØcouvertparnotrerØseaudeGrands Lecteurs(libraires,revues,critiques
littØraires etde chercheurs),ce manuscritestimprimØ telunlivre.
D Øventuelles fautesdemeurentpossibles;manuscrit.com,respectueusede
lamiseenformeadoptØeparchacundesesauteurs,conserve,àcestadedu
traitement de l ouvrage, le texte en l Øtat.
Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com
5bis, rue de lA’ sile Popincourt
75011 Paris
TØlØphone:0148075000
TØlØcopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comLe bruit du balai qui cogne contre les plinthes
vientderemplacerceluidelavaisselledansl Øvier;
il doit Œtre un peu moins de huit heures.
Cela fait un moment dØj que LØo, jeune gar-
çon âgØ de treize ans ne dort plus, couchØ en chien
defusil,lesyeuxouvertsdanslapØnombredesa
chambre, la tŒte confortablement enfoncØe dans ce
merveilleux oreiller bourrØ de plumes.
Cetoreiller,ilaØtØchŁrementgagnØetdØsormais,
personne ne met plus en doute qu il lui appartient :
« Cet oreiller est à moi ! » Pense-t-il en soupirant
d’aise. C est lepollardà LØo! C est mon pollard !
Cette agrØable pensØe le pousse à Øtreindre son
oreiller avec voluptØ.
A c tØ de lui, Jean-lou, son petit frŁre gØ de
douze ans dort toujours, petite tŒte blonde reposant
dans l insouciance de son jeune ge.
Les deux frŁres dorment dans la mŒme chambre
dans un grand lit, et ce, depuis toujours, faute de
place. Seule Carole, leur petite soeur de trois ans
plus jeune que LØo bØnØficie d’une chambre indivi-
duelle.
7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.