La chambre ardente

De
Publié par

Et si le Versailles de Louis XIV cachait derrière ses splendeurs « un abîme de crimes » ? 
Le Roi-Soleil lui-même a institué une « Chambre ardente » chargée d’enquêter et de juger. 
Mais peut-on poursuivre la favorite du roi, la marquise de Montespan, soupçonnée d’avoir empoisonné des rivales et usé de philtres et de poudres pour retenir le roi et ranimer ses ardeurs ? 
Max Gallo raconte cette affaire des poisons, mène l’enquête. Il nous conduit dans les basfonds du Grand Siècle, là où l’on célèbre des messes noires et prépare des « poudres de succession » qui facilitent les héritages. 
« Il y a des modes de crimes comme d’habits », écrit Saint-Simon. Du temps de Louis XIV, « ce n’étaient qu’empoisonnements ».

Publié le : mercredi 3 septembre 2008
Lecture(s) : 59
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213639086
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Et si le Versailles de Louis XIV cachait derrière ses splendeurs « un abîme de crimes » ? 
Le Roi-Soleil lui-même a institué une « Chambre ardente » chargée d’enquêter et de juger. 
Mais peut-on poursuivre la favorite du roi, la marquise de Montespan, soupçonnée d’avoir empoisonné des rivales et usé de philtres et de poudres pour retenir le roi et ranimer ses ardeurs ? 
Max Gallo raconte cette affaire des poisons, mène l’enquête. Il nous conduit dans les basfonds du Grand Siècle, là où l’on célèbre des messes noires et prépare des « poudres de succession » qui facilitent les héritages. 
« Il y a des modes de crimes comme d’habits », écrit Saint-Simon. Du temps de Louis XIV, « ce n’étaient qu’empoisonnements ».
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.