Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Limite

de tiers-livre-editeur

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Du même auteur
La Haine aux tripes(roman) La Naissance du Cerveau(Policier) (www.edilivre.com/doc/9471)
Jean Marie Birger
LA DERNIÈRE COURSE ET L’ENFANT NOIR
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0115307.000.R.P.2010.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2010
À Geneviève
Ce roman étant de fiction pure, toute ressemblance avec des personnes vivantes ou ayant vécu, ne saurait être que le fruit dune ressemblance fortuite.
I La ligne droite des Hunaudières. Laiguille du tachymètre frôle, puis dépasse, 320 km/h. Les deux mains en position « neuf heures un quart », le pied au plancher, Alain profite de la ligne droite pour vérifier, dun bref coup dil, les instruments du tableau de bord. Cest en effet le seul moment du circuit lui permettant deffectuer les indispensables vérifications de la pression dhuile, température dhuile et deau, ampèremètre, essence, sans oublier le compte-tours quil sagit de surveiller pour éviter la tentation facile de pousser « au bout » sur cette portion du circuit. Les « 24 heures » est en effet la course « aux instruments » par excellence, et il sagit dêtre le plus rapide, mais sans perdre de vue quil faut avant tout « arriver » ! Alain est en pleine forme. Cest la deuxième fois quil participe aux « 24 heures » et si, lannée précédente, il a joué de malchance en cassant sa boîte de vitesses à quelques heures de larrivée, cette fois-ci il sent comme il ne la jamais senti, la possibilité dune victoire. Sa Porsche 917 est parfaitement au point et lors des essais il a approché le record du tour de deux dixièmes de secondes. Alain nest pas encore un vétéran de la course, mais depuis quil a débuté sa carrière de pilote, il y a près de cinq ans, sa valeur a été rapidement reconnue et il est certainement considéré comme lun des grands « espoirs » pour les prochaines saisons. Il avait débuté simplement, en rallye, sur des voitures privées, dabord en tant quéquipier dun amateur assez fortuné pour pouvoir prendre à sa charge lachat, la préparation et
9
LA DERNIERE COURSE ET L’ENFANT NOIR
lentretien de la petite « Alpine » de leurs débuts. Il avait eu la chance de démontrer assez rapidement sa valeur, et, en peu de temps, fut accepté dans une écurie officielle. Son escalade avait été rapide ensuite. Après avoir gagné plusieurs grandes épreuves, son ambition était une victoire au Mans, la plus belle course automobile du monde. La chance continuait à le favoriser par labsence totale des Ford GT 40 qui avaient remporté la palme les années précédentes. En fait, outre la possibilité de « casser » sa voiture, il ne craignait vraiment que les « Ferrari 512 », extrêmement rapides et également décidées à vaincre. Pour linstant il était bien placé et se contentait de maintenir sa moyenne en ménageant au maximum sa mécanique. Devant lui une grosse « Corvette » blanche et bleue. Il naimait pas rester dans le sillage dune autre voiture car chaque conducteur a sa façon bien à lui de négocier les virages par exemple, et il perdait de précieuses secondes à se demander comment son prédécesseur allait se comporter dans telle ou telle partie du circuit. Lidéal aurait été de pouvoir la dépasser dans la ligne droite Hélas, lénorme Américaine était aussi rapide, sinon plus que lui dans les lignes droites. Depuis deux tours Alain se morfondait derrière cette voiture et le pilote, chose rare, ne semblait pas avoir le « fair-play » de le laisser passer. Alain se dit quil fallait « forcer » le passage. Sa seule chance était à la sortie dun virage, au moment de la reprise où sa voiture, beaucoup plus légère, était avantagée. Les commissaires de piste agitaient vainement leurs drapeaux bleus signifiant « un concurrent veut vous doubler », le pilote de la Corvette faisait semblant de ne pas sen apercevoir. Alain se décida. Il se mit dans la « roue » de lautre, quelques centaines de mètres avant la courbe des Hunaudières, dans lintention de « passer » en accélération à la sortie du virage de Mulsanne. Brusquement il se rendit compte que quelque chose nallait pas dans le comportement de la voiture se trouvant devant lui. Il vit la corvette amorcer un flottement, et, avant quil ne puisse freiner pour se mettre à distance, la voiture bleue et blanche se
10